AMicale des COXiens

Forum des actionnaires particuliers de NicOx
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Naproxcinod 375 une nouvelle histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Vaillantpvailla8



Nombre de messages : 1765
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Naproxcinod 375 une nouvelle histoire   Sam 21 Avr - 22:26

Naproxcinod 375
La réunion du 3 avril de Nicox avec la FDA a conclu :
Un nouveau dossier pour l’indication de l’arthrose limitée au genou.
De nouvelles études nécessaires en accord avec la FDA
Un partenaire pour le financement, la conduite de tout développement et la commercialisation.

Il existe un gros travail de réorganisation des données en ciblant le Naproxcinod 375.
Peu de données permettent la comparaison du Naproxcinod 375 au Naproxène d’un dosage équivalent : Naproxène 250.
La plupart des données concernant la pression artérielle ne sont pas significatives y compris par rapport au Naproxène dosage 500.
Les données des études précédentes doivent permettre de dimensionner une étude. Cependant le nombre de patients à inclure parait important pour montrer une moindre hausse de la pression artérielle. Ce qui apparaît peu compatible avec le temps limité et le coût potentiel. La pression artérielle pourrait apparaître comme un mauvais marqueur du risque cardio-vasculaire pour le Naproxcinod au dosage 375.
La non approbation de la commercialisation du Naproxcinod 750 et 375 sur la base d’une moindre hausse de la pression artérielle est en cours de réexamen dans une procédure de recours. Ces études reposent essentiellement sur la différence de pression artérielle obtenue avec le dosage à 750 du Naproxcinod. L’élévation de la pression artérielle est considérée comme l’un des facteurs de risque cardio-vasculaire. Les experts de la FDA ont considéré que la moindre élévation de la pression artérielle lors de la prise du Naproxcinod ne pouvait être admise comme facteur de diminution de mortalité et de morbidité sans le démontrer. Les conclusions à venir de ce dossier deviennent très importantes pour diriger l’abord stratégique d’une commercialisation du Naproxcinod. Doit-il passer par des études concernant cette procédure de commercialisation avec des études de durée acceptable ou doit-on d’abord s’orienter vers la commercialisation du Naproxcinod 375 sur peut être un autre avantage par rapport aux autres AINS ?

La discussion avec la FDA du 3 avril 2012 me parait davantage orienté vers un autre avantage du Naproxcinod.
La première question qui se pose :
Pourquoi avoir choisi le Naproxcinod dans son dosage à 375 alors que les données concernant la pression artérielle sont moins favorables que pour le dosage à 750 ?
Si cet avantage ne concerne pas la pression artérielle une autre question en découle :
Quels sont les avantages que l’on connaît du Naproxcinod :
Le premier avantage du Naproxcinod est sa bonne tolérance générale significative proche du placébo dans son dosage à 375.
Le premier avantage contesté par la FDA et abandonné lors des discussions avec la FDA est l’avantage gastro-intestinal avec une tendance favorable mais non significative dans un dosage plus important à 750. On sait que les plus faibles dosages des AINS présentent la meilleure tolérance gastro-intestinale.
Le plus faible dosage améliore la tolérance, le risque dans une population fragile âgée présentant de nombreux risques cardio-vasculaires ou pathologies ainsi qu’un risque d’interaction médicamenteuse chez des patients poly médicamentés.

Pourquoi faire revenir le Naproxcinod sous un autre dosage parallèlement à la procédure en cours ?
Le besoin médical n’est pas satisfait pour traiter la douleur, d’autant qu’un certain nombre d’effets secondaires ont fait évoluer les données de sécurité.
La FDA a besoin de recommander un antalgique présentant de faibles effets secondaires :
Les effets cardio-vasculaires néfastes des AINS sont maintenant admis pour tous les AINS
Les effets gastro-intestinaux des AINS sont toujours un gros problème qui na pas été résolu : Les avantages du Celebrex sont contestés, l’association d’un inhibiteur de la pompe à proton est contesté. Le Celebrex va bientôt être généricable.
Les effets secondaires du Di-Antalvic sont connus et ont fait retirer le produit
Les effets secondaires du Tramadol ont placé le produit sous surveillance par l‘AFSSAPS.
La hiérarchie des antalgiques est contestée car se basant sur des études manipulées.
Il apparaît donc qu’un produit présentant de moindres effets secondaires a besoin d’être approuvé pour répondre à un besoin urgent du marché.

Comment définir le besoin et comment y répondre ?
1) Ce produit doit répondre à plusieurs critères :
Dans ses indications : une indication incontestable pour justifier d’un risque même faible.
Dans sa fréquence d’utilisation : suffisamment limitée mais pas trop pour avoir un impact sur la santé public.
Une classe thérapeutique ayant de faibles effets secondaires qui ont bien été étudiées sur une longue période.
Permettre une réorientation des prescriptions vers cette classe thérapeutique à un faible dosage à travers un nouveau médicament. Le marketing pourrait être apprécié ainsi très positivement par les autorités de santé.

2) Quels sont les antalgiques les moins mal tolérés et les plus utilisés.
Parmi les utilisations les plus fréquentes on retrouve les AINS ou le Paracétamol.
Le Paracétamol a l’inconvénient d’avoir un pouvoir antalgique moins important que l’AINS mais surtout la possibilité de faire évoluer la prescription vers le Paracétamol Codéiné avec un pouvoir antalgique plus important mais avec des effets secondaires proches des morphinomimétiques et qui ont des effets secondaires très différents et beaucoup plus importants que le Paracétamol. L’adjonction simple de « codéiné » au Paracétamol induit incontestablement une méprise dans l’esprit du public.
Un AINS faiblement dosé apparaît l’antalgique le moins à risque. L’évolution de la prescription vers un dosage plus important pourrait apparaître comme un moindre risque. D’autant que l’AINS prescrit actuellement dans l’arthrose est le dosage le plus important. L’apparition d’une nouvelle molécule dans un dosage moins important aurait l’intérêt de redéfinir l’indication d’un AINS dans son dosage le moins important.

Le marché a besoin d’un AINS ayant de faibles effets secondaires d’autant plus qu’il est utilisé sur une population âgée à risques et multi médicamentée.

Cet avis n’est évidemment que le mien et en aucun cas celui de Nicox dont je ne connais pas les motivations. Je comprendrais bien cette orientation de la stratégie de la présentation du Naproxcinod 375 et des études qui pourraient en découler.
Des études concernant une tolérance générale avec de multiples critères pris en compte sur une population générale arthrosique voire d’études complémentaires sur une population plus ciblée à risque pour renforcer le critère de sécurité me paraîtrait ainsi plus adaptée. Cette approche aurait le mérite d’enfoncer les portes ouvertes de la sécurité d’un antalgique en orientant la prescription actuelle vers un dosage moindre. La vision de la FDA du marketing de Nicox ne serait plus à risque mais renforcerait les orientations des recommandations des autorités de la santé publique pour l’utilisation des dosages les moins importants.
Parallèlement, dans une approche ciblée sur le risque gastro-intestinal, les nouveaux critères pour l’appréciation du risque de la FDA pour l’évaluation du risque gastro-intestinal, pourraient être utilisés pour la première fois.
Nicox a pu être opportuniste soulignant le besoin médical non satisfait et obtient une approbation tacite de la FDA de l’intérêt d’un AINS faiblement dosé.
Cet acte de contrition de Nicox pourrait avoir déjà été bien perçu par la FDA, des études ont été proposées par la FDA en vu d’une commercialisation du Naproxcinod 375.

Nicox pourrait ainsi utiliser dans son dossier :
L’action antalgique du Naproxcinod 375 supérieure au placebo et semblables au Naproxène 500.
Les effets secondaires du Naproxcinod 375 proches du placebo
Les effets secondaires du Naproxcinod 375 vs Naproxène 500 ou 250 (l’AINS le moins à risque).
Les effets secondaires du Naproxcinod 375 vs Ibuprofène (l’AINS le plus prescrit aux USA)
Les études des dosages à 750 ou plus, pourrait être placées dans le dossier sécurité d’emploi.
Les études concernant la pression artérielle pourrait être placées dans celui d’une population à risque fréquent (40% de patients hypertendus chez les patients arthrosiques).


« Un partenaire sera à rechercher pour le financement mais aussi la conduite du développement ainsi que la commercialisation. »
L’arrivée d’un partenaire financier ne permettrait pas la prise en charge de la conduite du développement sauf si le partenaire financier est un partenaire industriel.
La possibilité de l’arrivée d’un partenaire sans participation au capital de Nicox n’est cependant pas à exclure. L’arrivée de Pfizer s’était faite avec une participation au capital alors que l’arrivée de Merck 3 semaines plus tard s’était faite sans participation au capital. Peut être existe-t-il une clause dans le contrat avec Pfizer n’autorisant pas une participation au capital d’un autre laboratoire. Quoiqu’il en soit cette clause pourrait être contournée par un spin off de la branche antalgique de Nicox.

Le Naproxcinod a peut être une nouvelle histoire à écrire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibiscus



Nombre de messages : 217
Age : 62
Localisation : Fort de France
Date d'inscription : 05/03/2008

MessageSujet: Re: Naproxcinod 375 une nouvelle histoire   Dim 22 Avr - 4:52

Une histoire de réve qui plaira aux actionnaires ; attendons la communication de nicox avant le 16 mai sur le partenaire américain et sur les études demandées ; si on va dans le sens décrit par Philippe alors je dis : RESPECT pour Philippe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
skipper



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Naproxcinod 375 une nouvelle histoire   Jeu 3 Mai - 15:24

Bonjour, est ce que l'un des membres du forum a un avis sur l'article paru dans PARISMATCH paru ce jour (3 mai) page 108 et qui evoque deux nouveaux traitements de l'arthrose du genoux. Est ce qu'il s'agit de medicaments concurents de notre Napro ?? Il s'agit du "rénalate de stontium" et du "tanezumab".

J'ai scanné l'article mais je n'arrive pas à le joindre a mon mail
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Chèvre



Nombre de messages : 1214
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: Re: Naproxcinod 375 une nouvelle histoire   Jeu 3 Mai - 17:55

concurent du napro?

le napro est mort, pas sur le marché et on nous parle meme ajd d'autres indications (une farce!!!)

J'aimerai ecouter pvailla car il ecrit bien mais malheureusement en deux ans, aucune de ces analyses positives n'a été validée. Pourtant ce qu'il écrit est censé!!

mais nous sommes tous manipulés par ce que dit Nicox et MG.

Suffit de voir la difference entre l'article d'ajd et ceux qu'esperais certains...

quand je disais qu'on voterai meme a l'AGE sans une seule autre avancée..c'est que j'avais bien perçu la lettre..

on le connait le MG!

ps: le projet B&L me semble solide, ne pas me faire dire ce que je dis pas contre

cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibiscus



Nombre de messages : 217
Age : 62
Localisation : Fort de France
Date d'inscription : 05/03/2008

MessageSujet: Re: Naproxcinod 375 une nouvelle histoire   Sam 5 Mai - 2:08

L' idée du Napro 375 pour les arthroses du genou, est-elle de l'initiative de la FDA ou de celle de Nicox.
Cela n'est pas pareil ; il vaudrait que cela soit une proposition de la FDA.

Avez-vous une idée ? j'ai relu le communiqué et cela n'est pas précisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
skipper



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Naproxcinod 375 une nouvelle histoire   Lun 7 Mai - 12:05

Hibiscus a écrit:
L' idée du Napro 375 pour les arthroses du genou, est-elle de l'initiative de la FDA ou de celle de Nicox.
Cela n'est pas pareil ; il vaudrait que cela soit une proposition de la FDA.

Avez-vous une idée ? j'ai relu le communiqué et cela n'est pas précisé.


Il me semble qu'au debut de l'AVENTURE Napro, il s'agissait d'un medicament destiné a soulager les arthroses, du genoux en particulier. Ses deux avantages etaient: excellentes tolerances gastrique et peu ou pas d'elevation de la pression arterielle.

Ces trois points n'on pas ete mis en evidence ou pas suffisament ce qui a provoqué le rejet de la FDA.

Je ne suis pas un specialiste des ces questions donc si quelqu'un peut confirmer ou infirmer... merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naproxcinod 375 une nouvelle histoire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Naproxcinod 375 une nouvelle histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HISTOIRE VRAIE.....EN RESUME DU SUJET
» heures sup nouvelle loi
» Valeur du point, nouvelle classification, dernières actu
» PETITE NOUVELLE
» Une nouvelle arivante depuis l'Auvergne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMicale des COXiens :: Forum public :: Echanges sur NicOx-
Sauter vers: