AMicale des COXiens

Forum des actionnaires particuliers de NicOx
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NEOVACS 2011.2012.201.....suivi actu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
vinsse



Nombre de messages : 515
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: NEOVACS 2011.2012.201.....suivi actu   Ven 21 Oct - 18:27

Points forts
Atouts de la technologie.
Elle ne
génère pas de résistance comme
les traitements actuels, pour lesquels
30 % des patients ne répondent plus.
Structure du capital.
La présence
du fonds de Novartis (22 %) aux côtés
de Truffle Capital (35 %) valide l’intérêt
de la technologie.
Structure de coûts faibles.
Elle repose
sur une vingtaine de personnes de haute
qualification.

Points faibles
Ressources.
La société génère entre
5 et 8 millions de pertes par an et sa
trésorerie lui assure un an de visibilité.
En l’absence de partenariats, elle devra
de nouveau faire appel au marché.
Risque clinique.
Il est encore élevé
en phase clinique II avec un taux
d’échec estimé à 60 %.
Volatilité. Le titre peut réagir fortement
en fonction des annonces cliniques,
les résultats financiers étant peu significatifs.



cette société peu connue propose une alternative possible dans son domaine l'immunthérapie;je pense qu'elle va mériter une file...enfin je l'espère
titre qui a finalement peu corrigé depuis l'été et peu liquide du fait d'une forte proportion d'institutionnel

vont suivre résultats de phases polyarthrite rhumatoide dans la semaine qui vient puis lupus au cours de l'acr de chicago et un peu plus tard la 3 eme dose vaccinale polyarthrite et enfin les resultats crohn ,échéance mars 2012 avec resultats juin

interview 19/10/2011
« NYSE Alternext permet de financer l’accélération de notre développement clinique »

Le 8 novembre prochain, à Chicago, Néovacs présentera les résultats de ses travaux sur le lupus au Congrès de l’Association Américaine de Rhumatologie (ACR). En avant-première, son Directeur Général Guy-Charles Fanneau de la Horie présente ses projets en cours et ses ambitions pour l’avenir.





Quelles sont les activités développées par Néovacs ?

Nous sommes une biotech spécialisée dans le développement de produits que l’on peut qualifier de vaccins thérapeutiques, destinés non pas à prévenir, mais à traiter des maladies auto-immunes. Ce sont des médicaments qui n’ont pas d’effet en eux-mêmes, mais qui font travailler le système immunitaire des patients. Il s’agit d’un principe très novateur, que nous sommes aujourd’hui les seuls au monde à utiliser et à développer dans ces pathologies.

Pouvez-vous dresser un rapide historique de votre entreprise ?

Néovacs a été fondée en 1993 par le Professeur Zagury, qui enseignait à l’Université Pierre et Marie Curie. Pendant les dix premières années, la société a œuvré comme un laboratoire de recherche. A partir de 2003, suite à l’entrée au capital de du fonds de capital-risque, Truffle capital, nous sommes passés d’un laboratoire de recherche pure à une société de Recherche & de Développement, avec l’objectif de tester cliniquement nos produits pour leur permettre ensuite un accès au marché.En 2007, deux autres fonds de capital-risque, Novartis Venture Fund, le fonds d’investissement de Novartis, premier laboratoire pharmaceutique mondial, et OTC asset management ont rejoint Truffle Capital lors d’une augmentation de capital.

Sur quels projets travaillez-vous plus précisément aujourd’hui ?

Nous développons actuellement deux candidats médicaments. Le premier, appelé le TNF-Kinoïde, permettra de traiter deux maladies malheureusement très connues, la polyarthrite rhumatoïde et la maladie de Crohn, qui ont un très fort impact physique et social sur ceux et celles qui en sont atteints et qui diminuent significativement l’espérance de vie.

Le second candidat médicament, appelé l’interféron alpha-Kinoïde ( IFNα-Kinoïde) vise le lupus. C’est une maladie qui touche très majoritairement les femmes et qui présente des symptômes variés telsque des douleurs articulaires, une insuffisance rénale, des atteintes cardiaque, pulmonaire ou neurologique..La maladie réduit l’espérance de vie du patient. Son traitement n’a pas connu d’évolution depuis 50 ans. Nous venons de recueillir les résultats de notre seconde vague de tests cliniques. Ils sont très positifs et nous sommes invités à les présenter le 8 novembre prochain, à l’occasion du Grand Congrès international de l’Association Américaine de Rhumatologie- ACR, à Chicago. Nos résultats ont également été sélectionnés pour être présentés pendant la conférence de presse qu’organise l’ACR le même jour, ce qui souligne l’intérêt qu’y a trouvé le comité scientifique de ce prestigieux congrès.

Précisément, que représente pour vous cette invitation ?

C’est une formidable reconnaissance de nos travaux. Notre business model repose sur notre capacité à préparer et à développer nos médicaments puis à conclure des partenariats avec des grands laboratoires pharmaceutiques, qui en assureront la distribution. Notre crédibilité renforcée auprès de la communauté scientifique est un atout supplémentaire dans nos négociations.

Médiatiquement, l’impact est également très fort, puisque nous aurons un accès direct à l’ensemble de la presse scientifique internationale.

Vous êtes, depuis août 2010, cotés sur NYSE Alternext. Quels bénéfices tirez-vous de cette cotation ?

Nous étions arrivés à un point où le développement clinique de nos produits s’accélérait et nécessitait l’apport de nouveaux fonds. La bourse nous a semblé la solution la plus appropriée. Nous avons levé en avril 2010 10 millions d’euros, dont 20% auprès de particuliers. Nous avons ce printemps procédé à une nouvelle opération auprès d’investisseurs institutionnels. Ces fonds nous donnent la possibilité de poursuivre et d’accélérer notre développement, puisque notre budget est consacré à 85% à nos activités de R&D. La cotation nous donne également plus de visibilité auprès des grands laboratoires pharmaceutiques.

Quels sont vos grands objectifs à court et moyen termes ?

Notre objectif majeur est aujourd’hui de conclure un partenariat avec un grand laboratoire pharmaceutique qui pourra assurer la phase III du développement clinique puis la commercialisation d’au moins un de nos deux candidats-médicaments. Ensuite, nous poursuivrons notre activité de recherche pour la mise au point d’autres Kinoïdes.


http://exchanges.nyx.com/en/node/1309


extraits divers récents (moins d'un trimestre)
invest securities "
Pour NicOx, je suis passé récemment à l'achat, mais le pari est risqué dans la mesure où un «upside» peut venir d'une acquisition de produit ou de société, ce qui, dans le contexte actuel, peut prendre du temps, mais ils ont plus de cash que leur capitalisation boursière.

BioAlliance fait également partie de mes valeurs favorites. La société vient de lever du cash récemment -sa trésorerie représente d'ailleurs plus de 40% de sa capitalisation-, elle dispose de plusieurs produits, d’où un flux de nouvelles assez nourri.

Enfin, je citerai Neovacs qui a plusieurs produits très intéressants en développement, notamment sur le traitement du Lupus..."

bso biosanté
(Boursier.com) -- Le Fonds BSO Bio Santé de Banque Saint Olive investit sur des actions du secteur de la Bio Pharmacie. Ces entreprises sont principalement localisées en Amérique du Nord, en Europe et, à titre accessoire, en Asie.

Au mois d'aoûts, BSO Bio Santé a reculé de 5,2% alors que le MSCI world Pharma-Biotech affiche, lui, une baisse de 4,2%.

Sur le plan des arbitrages enregistrés au sein du portefeuille le mois dernier, notons que les lignes en Galápagos, Evotec, Neovacs, Vivalis et Innate Pharma ont été renforcée tandis que la ligne en Ipsogen a été allégée.

portzamparc l'a intégré dans sa short list 2eme semestre 2011

autre extrait juillet
lupus
Le taux de réponse immunitaire des patients est de 100%, c'est-à-dire que la totalité des malades qui ont reçu le traitement produisent rapidement des anticorps anti-IFN alpa, interféron suspecté de jouer un rôle clé dans la maladie. Parallèlement, « l’IFN alpha-Kinoïde, bien toléré, a une action significative dans la réduction de la surexpression des gènes liés à l’interféron alpha et au lupus », peut-on lire dans le communiqué de la société.

Une bonne nouvelle puisque le lupus est « une pathologie pour laquelle peu d’alternatives thérapeutiques existent et dont l’innovation en termes de traitement disponible demeure pauvre », rappelle CM-CIC Securities, qui estime le potentiel des ventes de l’IFN alpha-Kinoïde dans le traitement du lupus à 800 millions d’euros.

Les résultats détaillés de cette étude de phase I/II seront communiqués d’ici à la fin du troisième trimestre.

« Nous n'avons pas intégré dans notre valorisation de 6,5 euros ce projet car il était trop précoce au moment de nos travaux », prévient Portzamparc avant de préciser : « La confirmation de ces bons éléments par une publication scientifique en septembre permettrait de l'intégrer à notre valorisation NPV (valeur nette actuelle, ndlr.), cela pourrait représenter un upside supplémentaire de 1,5 à 2 euros par action ».





cours 3,25


Dernière édition par vinsse le Sam 3 Mar - 18:19, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinsse



Nombre de messages : 515
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: polyarthrite rhumatoide 26/10   Mer 26 Oct - 20:09

Publication des premiers résultats de l’étude TNF-K-003, essai clinique de phase IIa :
- Premiers résultats obtenus dans la polyarthrite rhumatoïde, 3ème indication ciblée par Néovacs® ; - Confirmation du très bon profil d’innocuité du TNF-Kinoïde® et de sa capacité à induire une réponse immunitaire notamment chez des patients ne répondant plus à au moins un traitement anti-TNF ; - Premières données d’efficacité très prometteuses ;
- Données finales attendues en décembre 2011.


Paris, le 26 octobre 2011 - Néovacs® (Alternext Paris : ALNEV), entreprise de biotechnologie spécialisée dans le domaine de l’immunothérapie active des maladies auto‐immunes, inflammatoires et cancéreuses annonce aujourd’hui des résultats prometteurs observés sur les 24 premiers patients inclus dans l’étude de phase IIa menée avec le TNF-Kinoïde® dans la polyarthrite rhumatoïde. Ces résultats préliminaires confirment le très bon profil d’innocuité du TNF-Kinoïde®, sa capacité à induire une réponse immunitaire chez les patients et suggèrent une efficacité clinique prometteuse.
« Les patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde ne répondant plus aux traitements biologiques anti-TNF sont de plus en plus nombreux et représentent un défi pour les cliniciens. Les premières données cliniques : ACR20 chez plus de la moitié des patients ayant des anticorps anti-TNF et forte baisse de la CRP, générées par l’étude TNF-K-003, sont très prometteuses et encourageantes. Elles confirment les travaux que nous avons menés dans des modèles précliniques », déclare le Professeur Marie-Christophe Boissier, chef de service de Rhumatologie à l’Hôpital Avicenne (AP-HP) à Bobigny.
L’étude de phase IIa, TNF-K-003 menée avec le TNF-Kinoïde® de Néovacs® dans la polyarthrite rhumatoïde comprend 40 patients et est une étude contrôlée versus placebo, randomisée et menée en double aveugle. Les résultats communiqués ce jour concernent les 24 premiers patients ayant reçu les deux premières doses de TNF-Kinoïde® : 6 patients ont reçu la dose de 90 mcg, 12 patients ont reçu la dose de 180 mcg et 6 patients ont reçu du placebo.
Les résultats des 16 autres patients, dont 12 ont reçu la dose de 360mcg et 4 ont reçu le placebo, seront connus en décembre.
........
........
Commentant les premiers résultats publiés dans l’indication de la polyarthrite rhumatoïde, Guy-Charles
Fanneau de La Horie, Directeur Général de Néovacs® déclare : « Ces résultats apportent des données
cliniques complémentaires importantes qui renforcent la validité de la technologie Kinoïde. Ils confortent la
valeur des données d’innocuité et d’immunogénicité obtenus avec le TNF-Kinoïde® dans la maladie de Crohn et
avec l’IFNα-Kinoïde® dans le lupus ».
Pierre Vandepapelière, Vice-Président en charge du Développement Clinique : « les premières données
d’efficacité clinique sont prometteuses : nous constatons dès le jour 84 une tendance à l’amélioration des
symptômes liés à la polyarthrite rhumatoïde et une baisse du taux de CRP, marqueur important de
l’inflammation chez les patients ayant montré une réponse immunitaire contre le TNF suite à l’administration
du TNF-Kinoïde®. L’analyse complète sur les 40 patients de l’étude est prévue pour la fin de l’année et
permettra de mieux définir l’impact du TNF-Kinoïde® sur la polyarthrite rhumatoïde chez des patients devenus
résistants aux traitements biologiques anti-TNF et donc en recherche de solutions thérapeutiques efficaces ».



to be continued ....http://www.rheumatology.org/about/newsroom/2011/2011_ASM_11_immunization_lupus.asp
november the
8 th

cours 3,5


Dernière édition par vinsse le Lun 7 Nov - 22:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D@n (Daniel Beldio)



Nombre de messages : 3210
Age : 64
Localisation : Pays de l'Arbre et de l'Eau
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Re: NEOVACS 2011.2012.201.....suivi actu   Jeu 27 Oct - 16:30

Merci pour le partage Vinsse !

Bonne journée
D@n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinsse



Nombre de messages : 515
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: lupus succes confirmé phase I/II   Mar 8 Nov - 20:46

Succès de l’étude de phase I/II IFN-K-001 dans le lupus : présentation orale et participation à la conférence de presse de l’American College of Rheumatology (ACR) à Chicago.



- Excellente tolérance

- Forte immunogénicité

- Activité significative du Kinoïde® sur des marqueurs biologiques du lupus





Paris, le 8 novembre 2011 - Néovacs® (Alternext Paris : ALNEV), entreprise de biotechnologie leader dans le domaine de l’immunothérapie active des maladies auto‐immunes et/ou inflammatoires, annonce aujourd’hui les résultats définitifs très encourageants de son étude de phase I/II IFN-K-001 dans le lupus. Ces résultats ont l’honneur d’être présentés en avant-première mondiale dans le cadre du prestigieux congrès américain de rhumatologie ACR.



Le professeur Houssiau, chef du département de rhumatologie, Université Catholique de Louvain, Bruxelles, Belgique, et investigateur principal de l’étude, commente : « Le lupus est une maladie grave, multiforme et qui reste un défi thérapeutique pour les médecins. L’interferon alpha (IFNα) joue un rôle important dans cette maladie et un traitement qui neutralise l’IFNa est une approche thérapeutique logique. Nous avons montré que le Kinoïde® neutralise efficacement et de manière sûre l’expression des gènes associés à une surexpression de l’IFNa et cela se traduit par un impact positif sur certains marqueurs de la maladie. Ces résultats sont très encourageants pour l’avenir de cette nouvelle approche thérapeutique ».



Commentant plus particulièrement les résultats obtenus sur les biomarqueurs de la maladie, le docteur Pierre Vandepapelière, Directeur du développement clinique de Néovacs®, ajoute : « La neutralisation de l’expression des gènes surexprimés clairement corrélée aux anticorps induits par le Kinoïde®, ainsi que l’association avec des modifications importantes des taux d’anticorps anti-ADN et de complément C3 chez les patients, constituent des indices de toute première importance d’une activité thérapeutique prometteuse ».



L’analyse détaillée démontre la présence d’anticorps anti-interféron (IFNα) chez 100 % des patients ayant reçu l’IFNα-Kinoïde®. Elle confirme que l’administration de l’IFNα-Kinoïde®, notamment aux doses les plus élevées de 120 et 240 mcg, diminue significativement (p=0,0001) la surexpression des gènes liés à l’interféron α (signature Interféron) et ceux impliqués dans la maladie du lupus (signature lupus). Une nouvelle observation très importante, qui constituerait une première indication du rôle du Kinoïde® dans la réduction de la gravité des symptômes de la maladie : il existe une corrélation significative (p=0,04) entre les taux d’anticorps anti-IFN et l’évolution favorable d’un marqueur biologique important de la maladie lupique, à savoir une augmentation du taux de complément C3. Il est également apparu une association très intéressante entre la diminution de la surexpression des gènes liés à l’interféron et une baisse des taux d’auto-anticorps anti-ADN, autre marqueur de la maladie lupique.

La participation à la conférence de presse organisée par l’American Congress of Rheumatology qui sera suivie de la présentation orale devant les médecins et scientifiques participant au congrès illustre l’importance scientifique des résultats cliniques obtenus avec l’IFNα-Kinoïde® dans le traitement du lupus.





Pour rappel, l’étude de phase I/II, IFN-K-001, menée avec l’IFNα-Kinoïde®, a été effectuée avec 28 patients. C’est une étude randomisée en double aveugle, comprenant quatre niveaux de dose. Le produit était injecté aux jours 0, 7, 28 plus une quatrième injection au jour 84 pour la moitié des patients. Tous les patients inclus souffraient d’un lupus léger à modéré (indice SLEDAI[1] compris entre 4 et 10). Parmi les 28 patients, 7 patients ont reçu du placebo.



Confirmation de la très bonne tolérance du produit

Les données aujourd’hui disponibles à plus de trois mois et 15 mois pour certains patients confirment le très bon profil d’innocuité de l’IFNα-Kinoïde®. Seul un cas de poussée de lupus a été considéré comme un effet secondaire majeur associé au Kinoïde®. Cependant, le patient avait arrêté son traitement de corticostéroïdes deux jours après sa première injection de Kinoïde® sans en référer au médecin responsable de l’étude. En conséquence, le patient a dû être retiré de l’étude.



Les anticorps anti-IFNα liés à l’administration de l’IFNα-Kinoïde® ont une action importante sur plusieurs marqueurs de la maladie

Une diminution des gènes surexprimés et identifiés comme étant liés au lupus est clairement observée, confirmant ainsi l’activité des anticorps anti-IFNα induits grâce à l’IFNα-Kinoïde®. Il existe également un « effet-dose », puisqu’une corrélation a été établie entre la dose d’IFNα-Kinoïde® injectée, le taux d’anticorps anti-IFNα induits et la réduction constatée de la surexpression des gènes suivis.





Différence d’évolution de l’expression de 250 gènes liés au lupus



Une analyse a été réalisée sur un marqueur biologique reconnu comme étant un bon indicateur de la gravité de la maladie : le complément C3, dont la baisse du taux traduit la sévérité du lupus. Il a été démontré une corrélation significative (p=0,04) entre les taux d’anticorps anti-IFNα et la remontée du taux de C3.

De même, les anticorps anti-ADN sont un facteur prédictif d’aggravation du lupus. Chez les patients ayant développé des anticorps anti-IFNα, il a été mis en évidence une association positive entre diminution de la surexpression des gènes liés au lupus et diminution des taux d’auto-anticorps anti-ADN.



Commentant les résultats définitifs de l’étude de phase I/II réalisée avec l’IFNα-Kinoïde®, Guy-Charles Fanneau de La Horie, Directeur Général de Néovacs®, déclare : « Nous sommes très fiers d’avoir été invités à participer à la conférence de presse organisée ce matin par l’ACR ; c’est une formidable reconnaissance des experts de l’American College of Rheumatology pour nos travaux dans le lupus. C’est également une forte reconnaissance de l’approche innovante de Néovacs®, l’immunothérapie active ».



Fort de ces résultats et avec la collaboration des plus grands experts mondiaux, Néovacs® prépare dès à présent la poursuite du développement clinique de l’IFNα-Kinoïde® dans le lupus.



Le communiqué de presse adressé aujourd’hui par l’American College of Rheumatology aux médias internationaux est disponible sur le site web de Néovacs.

cours 3.73

mise à jour le 16
lire
http://www.pharmaceutiques.com/biopharma/archive/bp_3059.html

mise à jour 27/12
http://acr.confex.com/acr/2011/recordingredirect.cgi/id/797 phase 1/2 détaillée


Dernière édition par vinsse le Mer 28 Déc - 23:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinsse



Nombre de messages : 515
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: tchat sur bourso et itw avec directeur société   Ven 25 Nov - 19:39

Animateur Boursorama : Bonjour à tous. Guy-Charles de La Horie est parmi nous.

G-C de La Horie : Bonjour à tous. Je suis content de vous retrouver 18 mois après l'introduction en Bourse de Néovacs.
: Bonjour, où en êtes-vous aujourd'hui des recherches ? Que vous a permis de faire votre introduction en bourse?

G-C de La Horie : Je vous rappelle que nous développons des médicaments pour traiter des maladies inflammatoires ou auto-immmunes. Nous avons deux produits en études cliniques : le TNF-K est testé dans la maladie de Crohn et dans la polyartrite rhumatoïde, le IFN-K est testé dans le lupus. Ce sont toutes des maladies graves, chroniques et dont les traitement actuels sont insuffisants...
G-C de La Horie : ...Le TNF-K est en phase II pour les deux maladies et nous avons annoncé des résultats très prometteurs de l'étude de phase I/II avec l'IFN-K. Il devrait entrer en phase II dans le courant du premier semestre 2012. Tout ceci a été rendu possible grâce aux fonds levés en Bourse.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
: Bonjour,quel sera le newsflow pour la fin de l'année et les 6 premiers de l'année 2012,svp?Merci

G-C de La Horie : Mi-décembre, nous allons annoncer les résultats définitifs de la phase IIa du TNF-K dans la polyartrite rhumatoïde. Courant décembre, le recrutement de la phase II du TNF-K dans la maladie de Crohn sera terminé et en mars/avril 2012, nous devrions en annoncer les résultats. Au cours du S1 2012, nous initierons l'étude de phase II de l'IFN-K dans le lupus.

: L'enthousiasme est généralisé chez Néovacs ,les résultats de ces derniers jours sont encourageants pour les futures phases .Un partenaire d'ici la fin de l'année serait idéal ,un autre le trimestre prochain .Pouvez vous nous faire le point sur le financement des phases à venir? merci

G-C de La Horie : Les résultats présentés ont effectivement engendré beaucoup d'intérêt dans les communautés scientifique et médicale et également auprès des laboratoires pharmaceutiques. Nous avons ainsi des contacts avec plusieurs d'entre eux et préparons des éventuels accords de partenariat;Concernant le financement au 30 juin 2011, nous disposions de 15,3 millions d'euros de trésorerie, ce qui nous amène jusqu'au quatrième trimestre 2012. Cette visibilité financière a été obtenue grâce à la levée de fonds de 10 millions d'euros réalisée avant l'été. Un appel au marché n'est donc pas à l'ordre du jour dans l'immédiat

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
: pourquoi investir dans votre valeur par les temps qui courent?

G-C de La Horie : Rappelons que l'action Néovacs a monté de 38% à ce jour depuis le début de l'année. Nous attendons dans les prochaines semaines les résultats de la phase IIa du TNF-K dans la polyartrite rhumatoïde dont les résultats préliminaires récemment annoncés étaient très positifs. Le newsflow prévisionnel est riche et devrait influencer l'évolution du cours.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
: Bonjour, Quelles sont les échéances prévues pour la commercialisation de vos produits ? comment cela s'organisera-t-il ? merci

: Monsieur, avez-vous un planning de mise sur le marché ?

G-C de La Horie : Pour commercialiser un médicament, il faut une Autorisation de mise sur le marché (AMM). Celle-ci est généralement obtenue à l'issue d'études cliniques de phase III. Nos deux produits sont actuellement en phase II. Pour les pathologies et les patients que nous visons, ce calendrier peut être raccourci en menant des études de phase II/III.
Nous prévoyons d'avoir les résultats de telles études à l'horizon 2014. Néanmoins, notre business model est de mettre en place des partenariats avec des grands laboratoires pharmaceutiques qui assureront le relais jusqu'à la mise sur le marché ainsi que la commercialisation.
------------------------------------------------

Votre société s'appelle Néovacs, cela signifie-t-il que votre approche est parallèle à la vaccination, qui consiste en l'apprentissage du système immunitaire par sa mise en contacte avec des agents pathogènes préalablement diminués, ou bien votre approche consiste-t-elle en un simple renforcement de notre système immunitaire plutôt faible si nous le comparons à d'autres espèces, le requin notamment

G-C de La Horie : Néovacs fait référence au mode d'action de nos médicaments : nos produits sont des vaccins thérapeutiques. Ils provoquent l'apparition d'anticorps spécifiques qui vont traiter la maladie. Ce mode d'action est comparable à ce qui est observé avec les vaccins classiques.
.
-------------------------------------------------------------------------------------------------
j'ai cru comprendre qu'il avait un ou des cas de rémission sur la dernière étude "lupus":estce le casj'espère que votre canal "youtube"sera alimenté régulièrement pour notre information et celle des patients qui espèrent une réponse thérapeutique a des pathologies complexes comme celles que vous esperez traiter du mieux possible merci pour vos réponses

G-C de La Horie : Nous avons annoncé des résultats très prometteurs dans le lupus avec en particulier une très bonne tolérance, une forte production d'anticorps anti-IFN et une action très positive sur certains marqueurs de la maladie,nous n'avons pas rapporté de cas de rémission.Des cas de rémission ont été rapportés chez 50% des patients souffrant de maladie de Crohn dans notre étude phase I/II avec le TNF-K.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
bonjour vous allez être très présent sur le premier trimestre lors de rencontres biotechs pharmas(zurich ,lyon,san francico,new york,bioasia...)certainement en vue d'un partenaire pouvant mener une étude de phase3:mes questions portent sur ce partenariat qui conditionne le futur de neovacs avez vous déjà des contacts(neovacs a déjà une certaine notoriété),votre trésorerie vous assure t elle une situation confortablepour négocier
peut il y avoir de multiples accords puisque vous posséder un pipeline riche de potentiels blockbusters?

G-C de La Horie : Nous avons des contacts avec plusieurs laboratoires pharmaceutiques pour chacun de nos produits. La possibilité d'accords multiples est donc réelle. Il est clair que le très fort potentiel commercial de nos produits (blockbusters) est un facteur clé. Rappelons que le marché des anti-TNF dépasse les 20 MdsUSD et que celui du lupus est estimé à plus de 3 MdsUSD.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
M: Bonjour MR Est il difficile de trouver un partenaire ,par ces temps difficile ?

G-C de La Horie : L'industrie pharmaceutique a besoin de nouveaux médicaments qui sont découverts et développés par les sociétés de biotechs telles que Néovacs. Notre newsflow prévisionnel devrait nous aider à progresser dans nos discussions.


G-C de La Horie : Je vous remercie pour vos questions et l'intérêt que vous témoignez pour Néovacs.

à correler avec celui ci

Source EP Vantage
Company Neovacs
Related: Debiopharm
Date November 25, 2011

With one candidate about to report phase II data in rheumatoid arthritis (RA) and a phase II trial about to begin for a second in lupus, France's Neovacs is hoping to secure a partner soon to finance pivotal trials for its novel immunotherapeutic approach to inflammatory disease.

Speaking with EP Vantage, chief executive Guy-Charles Fanneau de la Horie said he is in the process of seeking a partner for one of its two therapeutic vaccines, which rely on stimulating an immune response to the dysfunctional cytokines that cause RA, lupus and a host of other inflammatory diseases.

Should firm deals emerge, the French group would need to consider the advantages of partnering only one, and using the licensing fees to finance the remaining pipeline, he said.

“What we are looking at is making one deal for one product. This deal would need to be structured in a way to allow us to develop the second product," Mr de la Horie said in an interview at the American College of Rheumatology (ACR) meeting earlier this month in Chicago.

However, if attractive offers came in for both, he says the company would still partner both. "We would be very practical."

Combating cytokines

Overproduction of cytokines is one of the signatures of autoimmune disorders like RA and lupus. In the case of RA, tumour necrosis factor-alpha (TNFa) is the culprit, whilst interferon-alpha is linked to lupus.

The leading biological drugs in both conditions – Humira in RA and Benlysta in lupus - are monoclonal antibodies, which bind at a single epitope on the cytokine. Resistance to antibodies can develop, however, so drugs that are less prone to resistance are needed, Mr de la Horie said.

Neovacs has taken the approach that stimulating the factors that naturally downregulate cytokine production may be a more effective approach.

“The immune system has the capacity to produce antibodies that will neutralise these cytokines,” Mr de la Horie says. “Our bodies do consider the cytokines as normal. They don’t fight against them even when the body is dysregulated."

Neovacs’ technology creates a structure called a kinoid, a de-activated cytokine that the body will recognise as foreign. It is hoped that the resulting immunotherapy can stimulate a natural response to these damaging cytokines, creating a therapy less vulnerable to resistance and effective in a wider patient population.

Early returns

So far the RA drug, partnered with Debiopharm through to the end of phase II, has reported positive early phase II data; 11 of 21 patients who have failed on at least one TNF-alpha therapy dosed with Debio-0512 developed anti-TNF antibodies. Six of the 11 saw a 20% decrease in signs and symptoms of RA, compared with just two of the ten who did not develop an immune response.

That trial is expected to report full phase II data in December, with a second trial in Crohn’s disease recruiting and expected to report data in the first quarter of 2012.

The lupus drug, IFNa Kinoid, reported phase I/II data at ACR; it showed that all 28 patients dosed with the immunotherapy developed an immune response to interferon alpha, while it had a statistically significant effect on the genes related to interferon alpha and those related to lupus disease.

Mr de la Horie said the company is now developing plans for a phase II trial that could number as many as 100 or 150 patients. Recruitment is expected to begin at the end of the first quarter or the beginning of the second quarter next year.

Funding concerns

Neovacs, which floated in April 2010 at €4.80, is funded through October 2012, Mr de la Horie said. Hence the need to come up with a partnership in the near future. The company did three fundraisings earlier this year, netting just over €10m and leaving it with €15.3m at the end of June.

Shares stood at $3.18 in mid-afternoon trading today, off the €5.12 record achieved in June but still up 38% on the year. The company is currently valued at €50m.

He did not put a timeframe on the deal, saying further share sales could help the company get past the October 2012 date if necessary.

“We will not drop products,” he says. “We are very confident we will be able to fund the next steps. We are producing very interesting products; we believe that this is not yet fully valued by the market. It’s up to us to make sure everybody understands the value of the data we are presenting.”

-----------------------------------------
Avec un candidat avec des données de phase II dans la polyarthrite rhumatoïde (PR) et un essai de phase II sur le point de commencer pour une seconde phase dans le lupus, Néovacs la Française a l'espoir de trouver un partenaire rapidement pour financer les essais pivots de son approche d'immunothérapie active à la maladie inflammatoire .

En parlant avec EP Vantage,le chef de la direction de Guy-Charles Fanneau de La Horie a dit qu'il est en train de chercher un partenaire pour un de ses deux vaccins thérapeutiques, qui reposent sur la stimulation de la réponse immunitaire aux cytokines dysfonctionnelle qui causent la polyarthrite rhumatoïde, le lupus et d'autres maladies inflammatoires.
sociétét émergente, le groupe français aura besoin d'examiner les avantages d'un seul partenaire, et en utilisant les droits de licence pour financer le pipeline restant, at-il dit.

"Ce que nous recherchons en fait est un accord pour un seul produit. Cet accord devra être structuré de manière à nous permettre de développer le deuxième produit, «M. de La Horie a déclaré dans une interview à l'American College of Rheumatology (ACR) de réunion plus tôt ce mois, à Chicago.

Cependant, si des offres attractives venu pour les deux, il affirme que la compagnie signerait le partenairiat aussi . "Nous serions très pratique."

La lutte contre les cytokines

La surproduction de cytokines est l'une des signatures de maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde et le lupus. Dans le cas de la PR, facteur de nécrose tumorale-alpha (TNF-a) est le coupable, alors que l'interféron-alpha est associé au lupus.

Les principaux médicaments biologiques dans les deux conditions - Humira dans la PR et BENLYSTA dans le lupus - sont des anticorps monoclonaux qui se lient à un épitope unique sur la cytokine. Résistance à l'anticorps peuvent se développer, cependant, si les médicaments qui sont moins sujettes à la résistance sont nécessaires, M. de La Horie dit.

Néovacs a pris l'approche que la stimulation des facteurs qui régulent à la baisse naturellement la production de cytokines peut être une approche plus efficace.

«Le système immunitaire a la capacité de produire des anticorps qui neutralisent ces cytokines,« M. de La Horie dit. "Notre corps ne considérer les cytokines comme normale. Ils ne luttent pas contre eux, même lorsque le corps est déréglée. "

La technologie Néovacs crée une structure appelée kinoïde, une cytokine désactivé que le corps reconnaît comme étrangères. Il est à espérer que l'immunothérapie qui en résulte peut stimuler une réponse naturelle à ces cytokines néfastes, créant une thérapie moins vulnérables à la résistance et l'efficacité dans une population plus large des patients.

Premiers retours

Jusqu'à présent le médicament RA, en partenariat avec Debiopharm jusqu'à la fin de la phase II, a déclaré un montant positif au début de données de phase II, 11 des 21 patients qui ont échoué à au moins une thérapie de TNF-alpha dosé avec Debio-0512 développée anticorps anti-TNF . Six des 11 ont vu une diminution de 20% des signes et symptômes de la PR, comparé à seulement deux des dix qui n'ont pas développé une réponse immunitaire.

Ce rapport complet de données de phase II est attendu en Décembre, avec un deuxième essai dans le recrutement de maladie de Crohn en attente de rapport de données dans le premier trimestre de 2012.

Le médicament le lupus, l'IFNa-Kinoïde, a rapporté la phase I / II des données à l'ACR, il a montré que tous les 28 patients dosé avec l'immunothérapie développé une réponse immunitaire à l'interféron alpha, alors qu'elle avait un effet statistiquement significatif sur les gènes liés à l'interféron alpha et ceux liés à la maladie de lupus.

M. de La Horie dit que la compagnie est prète à élaborer des plans pour un essai de phase II qui pourrait se chiffrer à 100 ou 150 patients. Le recrutement est prévu de commencer à la fin du premier trimestre ou au début du deuxième trimestre de l'année prochaine.

Préoccupations relatives au financement

Néovacs, qui cotait en avril 2010 4,80 €, est financée jusqu'en Octobre 2012, M. de La Horie dit. D'où la nécessité de trouver un partenariat dans un avenir proche. La société a fait trois levées de fonds plus tôt cette année, un peu plus de 10 M € , 15,3m€ en tresorerie à la fin de Juin.

les Actions s'élevaientt à 3,18 $ en après-midi de bourse aujourd'hui, au large de l'€ 5,12 record atteint en Juin, mais encore en hausse de 38% sur l'année. La société est actuellement évalué à 50 M €.

Il n'a pas mis de calendrier d'augmentation de capital qui pourraient aider l'entreprise à franchir l'echéance d' Octobre 2012 si nécessaire.

"Nous n'allons pas déposer de produits», dit-il. "Nous sommes très confiants, nous serons en mesure de financer les prochaines étapes. Nous produisons des produits très intéressants, nous croyons que ce n'est pas encore pleinement valorisées par le marché. C'est à nous de nous assurer que tout le monde comprend la valeur des données que nous présentons. "



traduction effectuée par mes soins ,corrections possibles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinsse



Nombre de messages : 515
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: resultats phase2a polyarthrite rhumatoide   Jeu 5 Jan - 10:09

Néovacs : Franchissement d’une étape majeure : l’étude clinique de Phase IIa dans la polyarthrite rhumatoïde atteint ses objectifs

PARIS--(BUSINESS WIRE)--Regulatory News:


Nouvelle démonstration de l’excellente tolérance du TNF-Kinoïde ;
Identification de 2 doses et d’un schéma d’immunisation très efficaces ;
Mise en évidence d’une tendance positive d’activité clinique chez des patients devenus résistants aux traitements biologiques anti-TNF.

Nouvelle validation du potentiel des Kinoïdes de Néovacs comme vaccins thérapeutiques prometteurs dans le traitement des maladies inflammatoires et/ou auto-immunes

Néovacs® (Paris: ALNEV)(Alternext Paris : ALNEV), entreprise leader dans les vaccins thérapeutiques pour le traitement des maladies auto-immunes et inflammatoires, annonce les résultats définitifs et positifs de l’étude clinique TNF-K-003 avec le TNF-Kinoïde® dans la polyarthrite rhumatoïde (PR), la troisième indication ciblée par Néovacs. L’efficacité et la tolérance du TNF-Kinoïde® ont été évaluées chez des patients souffrant de PR et devenus résistants aux traitements biologiques anti-TNF dont les anticorps monoclonaux anti-TNF. Ces résultats définitifs confirment le très bon profil d’innocuité du TNF-Kinoïde son efficacité à induire des anticorps anti-TNF et la tendance à l’amélioration clinique des symptômes liés à la maladie.

«Nous sommes très satisfaits des résultats de l’étude dans la polyarthrite rhumatoïde, maladie grave et invalidante. Nous possédons désormais des données supplémentaires confirmant l’activité clinique prometteuse du TNF-Kinoïde chez les patients souffrant de PR quand ces derniers ne répondent plus aux anticorps monoclonaux», commente le Pr Boissier, chef du service de rhumatologie du CHU Avicenne à Bobigny.

L’étude de phase IIa, TNF-K-003 menée avec le TNF-Kinoïde® de Néovacs dans la polyarthrite rhumatoïde est une étude contrôlée versus placebo, randomisée et menée en double aveugle chez des patients ayant tous reçu au moins un traitement anti-TNF avant leur inclusion dans l’étude. L’objectif principal en était d’établir la meilleure dose et le meilleur schéma d’administration sur base de la réponse immunologique.

Les résultats définitifs portent sur 40 patients:

dans les résultats intermédiaires, 6 patients ont reçu la dose de 90 mcg, 12 patients ont reçu la dose de 180 mcg et 6 patients ont reçu du placebo.
sur les 16 derniers patients de l’étude, 12 ont reçu la dose de 360 mcg et 4 ont reçu du placebo.

2 schémas d’immunisation étaient testés : 2 injections à 4 semaines d’intervalle ou 3 injections administrées aux jours 0, 7 et 28.

Il est important de préciser que les patients inclus dans cette étude n’étaient plus répondeurs à au moins un traitement biologique anti-TNF. Certains d’entre eux en étaient à leur second, voire à leur troisième traitement anti-TNF après échec des traitements précédents, et cette population est en forte augmentation. Ces patients sont reconnus pour être souvent réfractaires aux traitements suivants.

L’objectif principal de l’étude était d’identifier une dose et un schéma d’immunisation efficaces. La réponse immunologique 3 mois après l’immunisation est la suivante : à la dose 90 mcg, 50 % des patients seulement développent des anticorps anti-TNF ; cette dose s’avère être faiblement immunogène. A la dose 180 mcg, ce sont 75% des patients et à la dose 360mcg, 91% des patients développent des anticorps, ce qui suggère un effet-dose. Il convient de souligner qu’aux doses de 180 et 360 mcg, le taux de réussite est de 100% avec le schéma d’immunisation comportant 3 injections alors qu’il est de seulement 67% dans le schéma à 2 injections. En conséquence, l’analyse d’efficacité clinique a été faite selon le critère « présence ou absence d’anticorps anti-TNF ».

Les résultats définitifs publiés aujourd’hui confirment également le très bon profil d’innocuité du TNF-Kinoïde® ; aucun patient n’est sorti de l’étude pour effet secondaire et aucun effet secondaire majeur associé au Kinoïde n’a été rapporté.

Des données d’efficacité clinique encourageantes

L’étude permet de constater une amélioration des symptômes liés à la polyarthrite rhumatoïde chez les patients ayant développé des anticorps anti-TNF. Cette observation est objectivée par : 1/ la réponse clinique modérée à bonne selon les critères de l’EULAR (baisse d’au moins 0,6 point du score DAS28* et score DAS28 final ≤ 5,1), 2/ la baisse du score DAS28 moyen et 3/ la baisse de la CRP (protéine réactive C), marqueur de l’inflammation.

1. Chez 21**patients sur les 24 ayant développé des anticorps anti-TNF mesurables pendant les 84 premiers jours, 48% ont une réponse clinique modérée à bonne-soit une baisse de 0,6 point minimum - contre seulement 31% dans le groupe de 16 patients n’ayant pas développé d’anticorps anti-TNF.

2. La baisse moyenne du score DAS est de 0,8 point mesurée chez les patients ayant développé des anticorps anti-TNF, alors que chez les patients sans anticorps anti-TNF, cette baisse n’est que de 0,5 point.

3. Une baisse moyenne de 14% du taux de CRP a été mesurée chez les patients ayant développé des anticorps anti-TNF, alors que chez les patients sans anticorps anti-TNF, le taux moyen de CRP augmente de 5%.

«Le TNF-Kinoïde confirme son potentiel en tant que nouvelle option thérapeutique prometteuse pour les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde et ne répondant plus aux traitements anti-TNF. Le développement de TNF-Kinoïde progresse de manière très satisfaisante et le succès de cette étude vient valider l’approche innovante de notre technologie Kinoïde, déjà confortée par les résultats positifs obtenus dans la maladie de Crohn (avec le TNF-Kinoïde) et ceux obtenus dans le lupus avec l’IFNα-Kinoïde », souligne Guy-Charles Fanneau de La Horie, Directeur Général de Néovacs.

L'objectif principal de l’étude TNF-K-003 était de choisir la dose optimale et le schéma d'administration qui seront ensuite testés au cours d'une étude de phase IIb. L'efficacité clinique du traitement est un critère secondaire de l'étude. Cette étude fait partie du projet TRACKER, mené en partenariat avec biomedical diagnostics et soutenu financièrement par Oséo.


cours 4,02(a touché 4,4)
fait partie shortlist portzamparc
pleine page dernier numero investir(fin decembre)

voeux 2012 de la horie


MADAME, MONSIEUR, CHER(E) ACTIONNAIRE,
En ce début d’année un peu particulier au plan macro-économique, nous sommes fiers de vous réaffirmer que NEOVACS a réalisé une très belle année 2011 : l’excellente qualité des essais finalisés en 2011 ouvrent la porte à de
nouvelles avancées cliniques et stratégiques majeures dès 2012.

Des résultats cliniques salués par la communauté scientifique et médicale

2011 aura été une année clef en termes de développement clinique, avec des résultats prometteurs, publiés dans chacune des 3 pathologies adressées.
Dans le lupus tout d’abord, indication pour laquelle les résultats définitifs de l’étude de phase I/II de l’IFNα-Kinoïde ont été accueillis avec enthousiasme par la communauté scientifique et
médicale, réunie à Chicago à l’occasion du prestigieux American College of Rheumatology : non seulement ces résultats avèrent la très bonne tolérance du produit, mais encore ils révèlent une puissante activité pharmacologique et
transcriptomique, présomption d’efficacité forte.

Dans la polyarthrite rhumatoïde également, où les résultats de l’étude de phase IIa publiés ce jour suscitent notre plus vif optimisme : le très bon profil d’innocuité du TNF-Kinoïde ainsi que sa capacité à induire une réponse immunitaire anti-TNF ont renforcé la valeur des résultats déjà obtenus avec le TNF-Kinoïde dans la maladie de Crohn.
Un attrait renforcé auprès de l’industrie pharmaceutique
Notre approche innovante et notre positionnement sur des pathologies touchant d’importantes populations de patients, pour lesquelles il n’existe aujourd’hui pas de solution thérapeutique durable, nous valaient déjà d’être très
attentivement « surveillés » par bon nombre de laboratoires. La qualité des résultats publiés s’est aussi traduite par un intérêt accru de ces laboratoires pour nos candidats-médicaments. Soit des opportunités nouvelles pour entamer
des discussions avec plusieurs d’entre eux, en phase avec notre modèle économique qui est de licencier nos produits afin que nos partenaires assurent, à terme, les phases de développement cliniques les plus avancées et la
commercialisation.

De nouvelles étapes de développement clés dès 2012
Dans l’immédiat, NEOVACS dispose de toute la flexibilité financière pour poursuivre son plan de marche : forte d’une trésorerie de 15,3 millions d’euros au 30 juin 2011, d’un endettement financier quasi nul, NEOVACS est parfaitement confiant quant à la publication dès le 2ème trimestre 2012 des résultats de phase II dans la maladie de Crohn ; l’étude de phase II dans le lupus sera quant à elle initiée dans le courant du 1er semestre. Autant d’annonces clés à court terme, qui devraient conforter encore la valeur médicale de nos produits, auprès de la communauté scientifique et médicale comme de partenaires potentiels.
C’est donc avec confiance que nous entamons ce nouvel exercice 2012. Mais aussi avec hâte puisque nos avancées cliniques nous confortent chaque jour davantage dans nos choix technologiques et stratégiques.
Au nom de toute l’équipe de NEOVACS, je souhaitais saisir cette opportunité pour vous remercier personnellement pour
la confiance que vous continuez à accorder à notre entreprise et vous réitérer tout notre engagement dans le
développement de NEOVACS.

suite

interview du 9 sur easybourse
+revenutv video
Publié le 09 Janvier 2012


A quel niveau de développement en êtes-vous sur vos traitements phare contre la polyarthrite rhumatoïde [PR], la maladie de Crohn et le Lupus ?
Nous venons de présenter les résultats de phase II sur le TNF-Kinoïde dans le traitement de la PR qui révèlent trois éléments principaux: d'abord, que le produit a été bien toléré ; deuxièmement que le produit a été efficace au niveau immunologique, c'est-à-dire qu'il a bien provoqué l'apparition d'anticorps qui vont viser le TNF ce qui était l'objectif principal de l'étude ; enfin, nous avons relevé des signes très prometteurs d'activité clinique en relevant un score clinique et également au niveau biologique en regardant les taux d'une molécule appelée CRP et qui est un marqueur de l'inflammation.

Pour ce même produit, nous avions présenté l'an dernier des résultats dans la maladie de Crohn, avec là encore trois enseignements majeurs : une bonne tolérance u produit, une très bonne efficacité immunologique, et des signes très prometteurs d'activité clinique dans la mesure où la moitié des patients étaient entrés en rémission ce qui est deux fois mieux que les traitements classiques aux anticorps monoclonaux...

Enfin nous développons un produit [l'interferon kinoïde] qui vise l'interféron dans le traitement du Lupus. Nous avons présenté en novembre les résultats de sa première phase d'étude clinique chez l'homme, en démontrant que ce produit est très bien toléré, très efficace au niveau immunologique puisque 100% des patientes ont développé des anticorps dotés d'une très forte activité.

Quid du développement de ces produits en 2012 ?
Dans un premier temps, nous souhaitons trouver au moins un partenaire pour l'un des produits, étant donné que le développement requiert énormément de ressources, à la fois financières et humaines. Cela étant, nous poursuivons en parallèle de cette recherche de partenaire, les études cliniques sur nos produits, de phase IIb voire III donc sur plusieurs centaines de patients...

De fait, étant donné le montant de notre trésorerie, de 15,3 millions d’euros au 30 juin 2011, nous sommes suffisamment armés pour poursuivre notre activité jusqu'au quatrième trimestre 2012, il est donc évident qu'un évènement majeur de ce type devra se produire d'ici là...

Au total, nous prévoyons la publication des résultats de phase II dans la maladie de Crohn dès le 2ème trimestre 2012 ; quant à l’étude de phase II dans le lupus, cette dernière sera initiée dans le courant du 1er semestre...

Pouvez-vous nous rappeler quel est la taille de votre marché ?
Le marché des produits biologiques anti-TNF est supérieur à 20 milliards de dollars, et est toujours en progression. Ces 20 milliards de dollars représentent en fait les ventes 2010 des 3 principaux produits existants [Enbrel ; Humira ; Remicade].

Dans le détail, l'indication pour la PR en est le principal débouché et représentait déjà 12,7 milliards de dollars en 2010. Or elle devrait atteindre les 17 milliards de dollars en 2015 d'après les prévisions du Vision Gain Report. Quant au Datamonitor, il avance une croissance de 7,3% annuelle entre 2009 et 2019 sur ce marché.

Quant à la maladie de Crohn, le marché représente entre 3 et 4 milliards de dollars. Enfin, l'interféron kinoïde qui vise le Lupus, s'adresse à un marché complètement vierge. Or quand on observe le montant très élevé des traitements qui arrivent sur le marché et les prévisions de patients que cela concerne, on arrive assez vite à un marché potentiel de 5 milliards de dollars.

Quelles sont les atouts de vos produits face aux autres ?
Dans le cas de notre produit visant le TNF-Kinoïde, ce dernier a de nombreuses caractéristiques qui le différencie des anticorps monoclonaux: son spectre d'activité est plus large [contrairement aux anticorps monoclonaux qui attaquent le TNF sur un seul angle, nos anticorps sont polyclonaux et attaquent donc le TNF sous différents angles] ; les anticorps polyclonaux sont produits par le système immunitaire du patient, ils sont donc totalement naturels, et il n'y aura donc pas de phénomènes de résistance ; notre traitement sera également plus simple avec 3 ou 4 injections par an contre une en moyenne tous les 15 jours dans le cas des anticorps monoclonaux.

Enfin, nous estimons que notre structure de coût de production est très nettement inférieure à celle des anticorps monoclonaux. Cet avantage concurrentiel en termes de coûts de production est dû au fait qu'une année de traitement avec notre produit requiert un milligramme de protéines contre plus d'un gramme dans le cas des anticorps monoclonaux


DE LA HORIE ODDOmidcaps 5/01
http://www.labourseetlavie.com/Videos/Entreprises-strategie-et-resultats/video-Guy-Charles-de-la-Horie-Directeur-General-de-Neovacs

pour mémoire les deals pr




Dernière édition par vinsse le Dim 4 Mar - 13:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinsse



Nombre de messages : 515
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Un point intermédiaire avec le DG à la suite des résultats 2011   Mer 22 Fév - 10:43

Publié le 22 Février 2012
Pourriez-vous revenir sur les principaux chiffres que vous venez publiés ?
Le modèle de Néovacs est un modèle où il n'y a pas de revenu, autrement dit nous dépensons de l'argent et nous annonçons un résultat négatif en fin d'année. Or, avec toutes les avancées et toutes les activités que nous menons, nous avons réussi à très bien maîtriser nos coûts, ce qui nous permet d'atteindre un résultat net négatif pour 2011 de 8,114 millions d'euros, contre un résultat net négatif d'environ 9 millions d'euros en 2010, soit une amélioration de 10% cette année.

Le plus important ici a trait à notre trésorerie disponible, de 10,5 millions d'euros au 31 décembre 2011, notamment grâce aux augmentations de capital menées en cours d'exercice, à la bonne maîtrise de nos coûts, et une subvention de la part d'Oséo pour notre programme de recherche sur le TNF-Kinoïde dans le cas de patients souffrant de polyarthrite-rhumatoïde.

Quels ont été les principaux évènements de l'exercice 2011 ?
2011 a été une année extrêmement riche puisque nous avons annoncé des résultats d'études cliniques significatifs: en février, nous avons présenté les résultats obtenus avec notre produit TNF-Kinoïde chez des patients souffrant de la maladie de Crohn, dans lesquels nous indiquions que notre traitement était très bien toléré, qu'il avait bien déclenché l'apparition d'anticorps anti-TNF chez ces patients, et que chez 50% des patients, nous avons pu noter une rémission clinique c'est-à-dire une disparition des symptômes cliniques de la maladie.

Ces premiers résultats ont par ailleurs été présentés lors de deux congrès scientifiques internationaux, l'un en Europe [Congrès ECCO de Dublin] et l'autre aux Etats-Unis [Congrès DDW de Chicago de gastro-entérologie] ; ensuite, nous avons annoncé des résultats sur un second produit, l'interféron Kinoïde [IFNα-Kinoïde], qui a été administré à des patients souffrant de Lupus. Nous avons démontré ici que le produit était également bien toléré, très immunogène [après au moins une injection, les patients produisent des anticorps anti-interférons], et nous avons enfin pu mettre en évidence des signes très puissants d'activité biologique des anticorps dans la mesure où nous avons observé une régulation de la signature génomique liée à l'interféron qui joue un rôle essentiel dans le Lupus. Ces résultats ont par ailleurs été présentés au congrès américain de rhumatologie, étant donné que le Lupus est principalement diagnostiqué et traité par les rhumatologues.

Enfin, le 5 janvier dernier, nous avons annoncé les résultats d'une troisième étude clinique avec le TNF-Kinoïde, cette fois chez des patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde. Ces patients sont particuliers dans la mesure où ils ne répondent plus aux traitements habituels employant des anticorps monoclonaux. Nous avons donc démontré la bonne tolérance de notre produit, qu'il y avait bien production d'anticorps anti-TNF chez les patients traités, et nous avons observé une évolution très intéressante de certains paramètres liés à la maladie, en particulier la protéine réactive C, qui diminue chez les patients ayant des anticorps alors qu'elle augmente chez les autres, et une amélioration d'un des scores cliniques suivi chez les patients ayant des anticorps, meilleure que chez les patients n'en ayant pas.
Au total, du point de vue évolution technologique et scientifique, et du développement de nos produits, cette année 2011 s'est révélée très riche et prometteuse...

Pourriez-vous nous détailler l'usage que vous ferez de votre trésorerie ?
Les études cliniques citées plus haut donnent des résultats à un moment T, mais nous continuons de suivre les patients de ces études afin de nous assurer de la bonne tolérance de nos produits. Il y a donc déjà des coûts qui continuent après les études pour nous permettre de suivre les patients plus longtemps et ainsi démontrer plus fermement que notre approche est bénéfique pour le patient.

Par ailleurs, nous avons une étude très importante [66 patients sont concernés] actuellement en cours, qui est une étude de phase II avec le TNF-Kinoïde chez des patients souffrant de la maladie de Crohn et ne répondant plus aux traitements habituels. Cette étude doit durer 4 mois, et nous devrions donc disposé des premiers résultats au cours du second trimestre de 2012. Cette étude est très importante car l'objectif ici sera de démontrer que les patients sous notre traitement vont nettement mieux cliniquement que les autres ayant seulement reçu un placebo.

Nous avons également toute une série de dépenses liées aux développements pharmaceutiques des produits, dans la mesure où nous devons prouver que nous savons produire nos traitements de façon répétée, mesurée et contrôlée, tout cela étant très vorace en termes de trésorerie.
Enfin nous allons débuter en 2012-2013 deux grandes études cliniques : l'une avec le TNF-Kinoïde dans la polyarthrite rhumatoïde, l'autre avec l'IFNα-Kinoïde dans le Lupus.

Etant donnés vos besoins financiers pour assurer les études, votre objectif est-il de demeurer indépendant en cherchant des partenariats avec de grands groupes pharmaceutiques...
Actuellement et jusqu'à un horizon moyen terme, nous sommes un "pure player" dans le domaine Recherche & Développement précoce. Il est clair en effet que pour mener à bien des études de phase III, obtenir des AMM [Autorisation de mise sur le marché] et lancer les produits, il faut que nous établissions des partenariats. Nous avons donc une activité très intense de recherche de partenariats, de communication de nos résultats et de discussion avec des laboratoires pharmaceutiques... Nous avons d'ailleurs des contacts pour chacun de nos produits en cours de développement.

NS


cours 4,05
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tekate



Nombre de messages : 187
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: NEOVACS 2011.2012.201.....suivi actu   Mer 22 Fév - 19:43

Merci vinsse pour ce rappel
Penses- tu qu'il peut y avoir une synergie entre eux et Nicox ?
CORDIALEMENT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinsse



Nombre de messages : 515
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: NEOVACS 2011.2012.201.....suivi actu   Mer 22 Fév - 20:03

je ne crois pas du tout à une quelconque synergie avec cox qui semble chercher aux us une commercialisation

mais il y a des points communs avec le nicox d'une époque révolue maintenant;des blockbusters en puissance,un reconnaissance scientifique marquée (j'ai quelques articles payant pour le public )et des publications dans des congrés type acr ,des contacts avec des pharmas,beaucoup de presence dans les conf américaines

j'espère simplement qu'ils signeront des beaux contrats de partenariats à temps contrairement à un certain mg, mais le fait qu'ils disposent d'une tréso limitée les engage à nouer des partenariats dans les six mois
alors neovacs changera de categorie

nicox à l'argent mais pas le pipeline ,nev à le pipe et la techno de rupture mais pas la treso...mais ça ne devrait pas les réunir (à moins que le fsi ....pur délire)

neovacs attaquera le psoriasis dés que ses moyens le permettront ,,de la horie l'a confirmé lors de son dernier passage à bfm

leur site est complet en tout cas,neovacs est mon premier pari pour 2012(avec metex,toujours une histoire de partenaire lol)


Calendrier prévisionnel pour le développement des
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: NEOVACS 2011.2012.201.....suivi actu   Aujourd'hui à 5:42

Revenir en haut Aller en bas
 
NEOVACS 2011.2012.201.....suivi actu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» appel à cotisation 2011/2012 ...
» projet d'installation pour 2011/2012
» petits congés 2011/2012
» BEPECASER 2011/2012 Admissibilité... SUJET !!!
» BEPECASER 2011/2012 Admissibilité... SUJET ORAL !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMicale des COXiens :: Forum public :: Autres idées d'investissements-
Sauter vers: