AMicale des COXiens

Forum des actionnaires particuliers de NicOx
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 2011 sera-t-elle l’année de Nicox ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Vaillantpvailla8



Nombre de messages : 1765
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: 2011 sera-t-elle l’année de Nicox ?   Sam 1 Jan - 21:46

2011 sera-t-elle l’année de Nicox ?

Tous les ans nous pensons que ce sera l’année de Nicox. Les pessimistes diront que c’est toujours le même discours et que cela n’arrive jamais, les autres que cela finira bien par arriver…
2010 devait être l’année de l’explosion du cours, de la révélation du potentiel de Nicox, de la définition d’une nouvelle stratégie avec la transformation de Nicox en pharma intégrée…
Nicox a sans doute effrayé les décideurs, dans une année de récession majeure avec une modification importante dans le système de santé aux USA permettant à 40 millions d’américains un accès aux soins. Le syndrome du traumatisme des COX2 est toujours latent avec un principe de précaution exacerbé, d’autant plus que Nicox ne représentait que peu aux USA.
2010 a été l’année où les autorités de santé américaines ont crucifié le Naproxcinod. La stratégie de Nicox reposait essentiellement sur la commercialisation du Naproxcinod aux USA mettant à mal la stratégie de Nicox.
Les NO-antiHTA ont achevé la déroute des actionnaires même si l’abandon des NO-antiHTA par Merck a été présenté comme un nouveau départ dans la recherche d’une nouvelle forme de libération de NO. Nicox a perdu au passage un partage des droits au co marketing et doit partager avec Merck les droits de développement sur des nouvelles NO-molécules développées par Nicox hors cardiologie et certains de ses secteurs. L’absence de cash à la signature du nouveau deal avec Merck a conclu cette nouvelle déception.

Aujourd’hui les actionnaires survivants se comptent en même temps que leur perte sur l’année.
Aujourd’hui les salariés rescapés de Nicox se comptent, résultat d’une déroute de la stratégie de développement de Nicox.
Aujourd’hui si pour certain la dinde est encore dans l’assiette, tous ont l’impression en regardant leur assiette de s’y voir en dindon…
Il reste tout de même une satisfaction pour Nicox. Le partenariat avec Bausch and Lomb pour le NO-Xalatan apparaît la seule bonne nouvelle de 2010 avec une reprise des études en phase IIb (bien qu’une phase III directe ait été espérée). Le cash issu de ce deal a été le bien venu. L’intérêt de Bausch and Lomb pour le NCX 116 permet d’accréditer l’intérêt prometteur d’une nouvelle molécule traitant la rétinopathie diabétique qui pourrait entrer en phase I.
Les coûts fixes de Nicox ont été drastiquement diminués permettant d’envisager un cash suffisant pour 8 ans. La politique de développement de Nicox est clairement de trouver des partenaires en phase précoce après la phase I, limitant ainsi le coût des études et le risque d’échec.
Le NCX 6560 est un candidat à la recherche d’un partenaire de développement sur une indication ciblée.
On peut supposer qu’il en serait de même pour les molécules identifiées en ophtalmologie pour la rétinopathie diabétique ou pour la douleur en rhumatologie.
Nicox a toujours pour projet d’acheter ou de fusionner avec une biotech. Les analystes ne semblent pas dénigrer cette stratégie couplée aux restrictions de coûts fixes que Nicox a du s’infliger.
2011 sera l’année de l’avis de l’EMEA pour le Naproxcinod que Nicox aborde avec des prétentions bien plus modestes. Le prémarketing lourd des USA est devenu quasiment inexistant, avec des possibilités de vente plus modérées, un partenariat est espéré au plus tôt.
Nicox désire toujours devenir une pharma intégrée. Nous ignorons pour quel produit dans quel domaine ou dans quels pays.
Nicox est devenu une biotech avec 3 domaines de développement où l’ophtalmologie est présentée maintenant comme un axe majeur. La commercialisation du Naproxcinod pourrait rendre le domaine de la douleur comme base stratégique de développement en Europe ou au moins certains pays mais repose sur des inconnues majeures. L’axe cardio-vasculaire est devenu incertain, le NCX 6560 a réduit ses ambitions et recherche toujours un partenaire de développement, Merck a réduit les possibilités marketing de Nicox et a repris les études à leur départ.
Une fusion avec une biotech pourrait permettre une modification complète des possibilités de développement.
Le choix de la biotech et le moment de la fusion seront déterminants.
Nous savons qu’une ou plusieurs biotech pourraient être acquises. L’acquisition serait privilégiée par échange d’action. Actuellement le cours de Nicox est très défavorable à ses actionnaires. De nombreuses biotechs, en particulier aux USA ont de grandes difficultés à trouver du cash, d’autant que certaines ne sont pas cotés. Certaines biotech ne peuvent commercialiser ou terminer leur études de phase III leur permettant d’exploiter leur produit faute de cash.
Une hausse du cours de Nicox pourrait offrir une opportunité d’acquisition. Encore faut-il qu’il y ait un motif de hausse de cours :
Une acceptation de la commercialisation du Naproxcinod (d’ici 1 mois l’EMEA pourrait donner une deuxième liste de questions à Nicox et dans les 6 mois l’acceptation ou non de la commercialisation),
Une signature d’un partenariat (Naproxcinod, NCX6560, une autre molécule en phase précoce, un nouveau domaine de développement…),
Une annonce de passage en phase II d’un NO-antiHTA (nous ignorons où en sont les recherche de Merck et si les résultats de phase I sont favorables ou encore si cette annone pourrait intervenir en 2011),
Une annonce de résultats favorables de la phase IIb de Bausch and Lomb d’ici fin 2011,
Une annonce de Ferrer qui développe lentement un NO-corticoide cutané.
Les possibilités sont certes multiples mais toutes incertaines.
La diversification technologique de Nicox ou encore des possibilité de revenus récurrents par l’acquisition de molécules commercialisées restent encore des variables d’évaluation majeures.
Nicox reste une société difficilement évaluable hormis son cash de 110 millions d’euros. Le Naproxcinod est marqué par son échec de commercialisation aux USA grevant son évaluation de chance de commercialisation en Europe.
Le partenariat avec Merck est difficilement évaluable.
Le partenariat avec Bausch and Lomb, seul succès de 2010 pourrait réitérer son succès en 2011.
Les partenariats en phase précoce sont actuellement générateur de peu de cash pour la phase II mais deviennent plus rémunérateur en fin de développement ou pour leur commercialisation. Ainsi un partenariat précoce serait très favorable pour le cours mais n’engendrait pas forcément de cash. Ce pourrait être l’une des raisons d’absence de cash pour l’élargissement du partenariat avec Merck pour les NO-antiHTA.
La présence du FSI au capital de Nicox avec plus de 5% de titres reste rassurante et pourrait être garante d’une stratégie performante de Nicox à moyen et long terme. La présence au capital de Pfizer souligne le caractère stratégique de son investissement alors qu’il n’a plus de partenariat et que son cours a été divisé par 5 depuis son entrée au capital. A travers les accords de rétrocession des droits en ophtalmologie à Nicox, Pfizer reste intéressé à une future commercialisation du NCX116.
Le NO endogène a un rôle physiologique capital en particulier dans la physiologie immuno-inflammatoire. Les études du Naproxcinod ont montré que le NO pouvait être libéré de façon prolongée dans la circulation sans accident ou sans interactions majeures avec d’autres médicaments dans une population âgée.
Les espoirs de développement en ophtalmologie sont très importants, d’autant que la rétine pourrait extrapoler à une action sur certains territoires cérébraux.
Nicox en 2011 reste une biotech sans revenu fixe avec un médicament en cours d’examen par les autorités de santé européennes pour acceptation à la commercialisation. Le cours actuel reflète les incertitudes de développement de la société après les déceptions de 2010. Le cash, la diminution des coûts fixes, l’examen par les autorités européennes du Naproxcinod pour commercialisation ainsi que les partenariats de Bausch and Lomb et de Merck constituent le potentiel de Nicox, d’autant qu’une fusion acquisition reste pertinente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
2011 sera-t-elle l’année de Nicox ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Adieu 2011!
» Liberté, Egalité, Fraternité. Grève du 1er juin 2011.
» Elle est des vôtres !
» Fin d'année
» l'herbe est elle plus verte dans le pré voisin?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMicale des COXiens :: Forum public :: Echanges sur NicOx-
Sauter vers: