AMicale des COXiens

Forum des actionnaires particuliers de NicOx
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interview michele dans sa langue maternelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
vinsse

avatar

Nombre de messages : 515
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Interview michele dans sa langue maternelle    Dim 12 Déc - 22:34

http://siliconvalley.corriere.it/2010/12/la_francia_sostiene_di_piu_le.html


Al CrESIT-Workshop Assobiotec 2010, che si è tenuto lo scorso 22 novembre a Varese, ho avuto tra i miei ospiti Michele Garufi (qui trovate la sua bio), fondatore e CEO di NicOx, azienda italo-francese operante nel campo delle biotecnologie.
NicOx è stata fondata da un gruppo di quattro managers (2 italiani, 1 americana, 1 svedese) nel 1996 attorno a una nuova tecnologia capace di generare nuovi farmaci capaci di cedere ossido nitrico in modalità e quantità differenti rispetto a tutti gli altri farmaci esistenti sul mercato e permettere così di trovare applicazione per terapie su nuove patologie. Garufi ha raccolto, tra il 1996 e il 1997, circa 10 milioni di dollari di finanziamenti da venture capitalist francesi e da un fondo svedese. Per questo motivo, fin dal primo giorno di esistenza, l'azienda ha posto la propria sede in Francia (dal 1998 sono anche presenti nel Parco Tecnologico di Sophia-Antipolis in Costa Azzurra). Dal novembre 1999 NicOx è anche quotata aulla Borsa di Parigi, dove ha raccolto in 10 anni circa 400 millioni di euro di capitale. Attualmente il suo prodotto più avanzato, il naproxcinod (per il trattamento dei segni e sintomi dell’osteoartrosi) è in fase di registrazione in USA e in Europa. Di seguito un breve scambio di battute con Michele.

Alberto Onetti: Che differenze ci sono tra fare impresa e ricerca in Italia e in Francia?

Michele Garufi: Le differenze principali fra Italia e Francia nel settore delle società di ricerca risiedono soprattutto negli aiuti e supporti che la Francia offre a questo tipo di aziende ed in genere all’importanza che la Francia ripone in questo settore che è gustamente considerato come strategico per un paese leader a livello mondiale.
Inoltre, il tessuto nazionale di aziende di ricerca è sicuramente molto più ampio in Francia che in Italia, con tutti i vantaggi che ne conseguono.

Alberto Onetti: Quali iniziative a sostegno dell’innovazione prese in Francia sono interessanti?

Michele Garufi: Le principali iniziative a sostegno dell’innovazione in Francia sono la possibilità di vedere rimborsati entro 4 anni le spese di ricerca effettuate dalle aziende, se l’azienda non è ancora ruiscito ad essere “profitable”, oltre ad altri vantaggi sul costo del lavoro dei ricercatori.

Alberto Onetti: Quali di queste potrebbero essere adottate in Italia?

Michele Garufi: Credo che iniziare ad adottare semplicemente le 2 principali azioni di supporto citate in precedenza, potrebbe fornire dei grossi incentivi all’investimento in ricerca da parte di investitori italiani e stranieri, oggi alquanto restii ad investire in ricerca in Italia.
Alberto Onetti: Per quali aspetti l’Italia continua ad essere una location interessanteper chi opera nel biotech?
Michele Garufi: Credo che l’Italia possa essere una location interessante per le biotech in quanto ci sono molti ricercatori italiani di grande qualità attualmente all’estero, pronti forse a rientrare nel nostro Paese qualora ci siano i giusti incentivi per farlo. Inoltre l’italiano, per sua mentalità e cultura, è forse ancor più portato rispetto a molti altri colleghi esteri per lavorare in piccole società, con un alto grado di flessibilità, piuttosto che essere inquadrato in grosse aziende. E ciò non solo nel settore della ricerca. Considerando che la ricerca sarà sempre più appannaggio di “piccoli gruppi”, credo che ciò sia un grosso vantaggio

Alberto Onetti: Cosa invece manca? Che problemi avete riscontrato nello sviluppo di attività di impresa biotech in Italia?

Michele Garufi: Ciò che manca è la propensione al rischio e l’accettazione dell’insuccesso, sia nei manager che negli imprenditori ed investitori. Questi sono purtroppo una costante del nostro settore.
Mancano poi managers con una buona esperienza e professionalità legate allo sviluppo clinico e regolatorio di un farmaco che abbiano una visione integrata fra scienza e necessità di mercato, sia dal punto di prospettiva del medico che del paziente.
Insomma, abbiamo ottimi scienziati e ricercatori ma pochi managers!

Alberto Onetti: Il biotech è un caso paradigmatico di rollercoasting? È specifico del biotech o è forse sempre più un tratto del fare impresa oggi?

Michele Garufi: Sì, credo che il biotech sia il massimo del rollercoaster, le “Space Mountains di Dysneyland” dell’Industria.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D@n (Daniel Beldio)

avatar

Nombre de messages : 3210
Age : 65
Localisation : Pays de l'Arbre et de l'Eau
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Re: Interview michele dans sa langue maternelle    Mar 14 Déc - 12:45

Merci Vinsse !

Pour les non italophones et pour ceux qui sont (encore) intéressés... voilà une traduction automatique... donc approximative.



10/12/2010 La France fait valoir que plus d’entreprises sont à la recherche

Rédigé par: Alberto Onetti à 18:27
Tags: Alberto Onetti , la biotechnologie , des incitations , Michele Garufi

Lors du -CrESIT Assobiotec Workshop 2010 , qui s’est tenu le 22 Novembre àVarese, j’ai eu parmi mes invités Michele Garufi ( ici vous trouverez sa biographie), fondateur et PDG de NicOx , la société italienne d’exploitation français dans le domaine de la biotechnologie.
NicOx a été fondée par un groupe de quatre gestionnaires (dont deux Italiens, un Américain, un suédois) en 1996 autour d’une nouvelle technologie capable de créer de nouveaux médicaments pour vendre et comment d’oxyde nitrique en quantités différentes que ceux qui existent d’autres médicaments sur la marché et lui permettent d’être appliqué sur de nouvelles thérapies pour les maladies.
Garufi a collecté entre 1996 et 1997, environ 10 millions $ de financement de capital-risque français et d’origine suédoise. Pour cette raison, depuis le premier jour d’existence, la société a mis son siège en France (à partir de 1998 sont également présents dans le parc technologique de Sophia-Antipolis en Côte d’Azur). Depuis Novembre 1999, NicOx est également cotée à la Bourse de Paris, où il a recueilli en 10 ans environ 400 millions d’euros d’augmentation de capital. Actuellement, son produit le plus avancé, le naproxcinod (pour le traitement des signes et symptômes de l’arthrose) est enregistrée aux États-Unis et en Europe.
Ci-dessous un bref échange avec Michael.

Alberto Onetti: Quelles sont les différences entre faire des affaires et de la recherche en Italie et en France?
Michele Garufi: Les principales différences entre l’Italie et la France dans le domaine des sociétés de recherche se situent principalement dans l’aide et le soutien que la France donne à ce type d’entreprises et en général l’importance que les endroits de France dans ce domaine qui est considéré comme le goût stratégiques un pays leader dans le monde. En outre, le tissu des sociétés d’exploration nationaux est certainement beaucoup plus important en France qu’en Italie, avec tous les avantages que cela comporte.

Alberto Onetti: Quelles sont les mesures prises pour soutenir l’innovation en France sont intéressants?
Michele Garufi: Les principales initiatives pour soutenir l’innovation en France ont la chance de voir remboursé dans les 4 ans le coût des recherches effectuées par les entreprises, si l’entreprise n’a pas encore ruiscito être «rentable» ainsi que d’autres avantages de coûts le travail des chercheurs.

Alberto Onetti: Lequel de ces pourraient être adoptées en Italie?
Michele Garufi: Je pense que commencer à prendre les deux principales mesures de soutien mentionnés ci-dessus, pourrait fournir des incitations pour les grands investissements dans la recherche et à l’étranger par des investisseurs italiens, aujourd’hui quelque peu réticents à investir dans la recherche en Italie.

Alberto Onetti: Quels sont les aspects de l’Italie continue d’être un lieu interessante pour ceux qui travaillent dans les biotechnologies?
Garufi Michele: Je pense que l’Italie peut être un site attractif pour les biotechnologies parce qu’il ya beaucoup italien de grande qualité des chercheurs de haut actuellement à l’étranger , peut-être prêt à retourner à notre pays si nous sommes les incitations droit de le faire. En outre, l’italien pour sa mentalité et la culture, est peut-être même plus enclins que beaucoup d’autres collègues étrangers de travailler dans les petites entreprises, avec un degré élevé de flexibilité, plutôt que d’être encadrée dans les grandes entreprises. Et ce, non seulement dans la recherche. Considérant que la recherche sera de plus en plus dominé par les "petits groupes", je pense que c'est un gros avantage..

Alberto Onetti: Ce qui manque? Quels problèmes avez-vous rencontrés dans le développement des activités des entreprises de biotechnologie en Italie?
Michele Garufi: Qu'est-ce qui manque, c'est la volonté de prendre des risques et accepter l'échec, les deux gestionnaires des entrepreneurs et des investisseurs. Ce sont, malheureusement, une constante dans notre industrie.
Aussi les gestionnaires beaucoup avec une bonne expérience et le professionnalisme liés au développement clinique et réglementaire d'un médicament ayant une vision intégrée des besoins scientifiques et du marché, tant du point de vue du médecin et du patient.
En bref, nous avons d'excellents scientifiques et chercheurs, mais peu de gestionnaires !

Alberto Onetti: L'industrie de la biotechnologie est un cas paradigmatique de rollercoasting? Il est spécifique à la biotechnologie ou est-il plus une partie de faire des affaires aujourd'hui?
Michele Garufi: Oui, je crois que la biotechnologie est le nec plus ultra des montagnes russes, les «Montagnes de Disneyland Space" de l'industrie.
Je ne pense pas qu'il y est un domaine similaire dans toute recherche de l'industrie.
J'ai maintenant ou je m'y suis habitué, même si parfois je souffre de douleurs à l'estomac et plus ....!

... Nous, y'a pas qu'à l'estomac que nous avons mal !...
What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seb

avatar

Nombre de messages : 751
Age : 45
Localisation : 64122 URRUGNE
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: Interview michele dans sa langue maternelle    Mar 14 Déc - 20:54

Merci Vinsse pour le partage et merci D@n pour m'avoir fait rigoler avec ta phrase : . Nous, y'a pas qu'à l'estomac que nous avons mal !... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caco012



Nombre de messages : 181
Age : 52
Localisation : Sympa l' Auvergne!!
Date d'inscription : 07/07/2008

MessageSujet: Re: Interview michele dans sa langue maternelle    Mer 15 Déc - 4:08

Oui, ça fait cher le tour de manège.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D@n (Daniel Beldio)

avatar

Nombre de messages : 3210
Age : 65
Localisation : Pays de l'Arbre et de l'Eau
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Re: Interview michele dans sa langue maternelle    Jeu 16 Déc - 13:41

Le tour de manège continue...
Entre hier et today, c'est Space Mountain...
pale
J'espère que Michele a pris ses pilules gastriques...
Nous, nous n'avons plus de vaseline ; on supporte "à sec" !
Nous aurons les boules pour Noël !

santa rendeer rendeer rendeer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interview michele dans sa langue maternelle    

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview michele dans sa langue maternelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rajouter une nouvelle devise dans le module Inventaire
» DSA obligatoire dans les ASSU ?
» Cherche stage en entreprise dans le cadre d'une reconversion
» Un trader se lâche sur BFM et ça donne!
» PARKER fait la Chasse à l'eau dans le kérosène !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMicale des COXiens :: Forum public :: Echanges sur NicOx-
Sauter vers: