AMicale des COXiens

Forum des actionnaires particuliers de NicOx
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The perils of journal and supplement publishing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chopy

avatar

Nombre de messages : 203
Age : 39
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: The perils of journal and supplement publishing   Jeu 20 Mai - 22:16

The perils of journal and supplement publishing
Original Text
The Lancet
Some years ago, The Lancet's editors were asked to consider the publication of commercially sponsored supplements. We were against the idea. But the circumstances at the time led us to experiment with the proposal. It was a disaster. The supplement papers—all reviews—that were sent to us all failed at peer-review. Our reviewers sent us the strong message that to publish supplements at all would signal a commercial step too far. Supplements are now firmly off this journal's agenda.
That said, it would be foolish and naive to ignore the fact that supplements and custom publications are a familiar part of modern journal, including society journal, publishing. They can be made to work, although research suggests that the quality of supplement material is usually much inferior to that of any parent title. Elsevier, our publishers, produces supplements with many of its journal titles with success and without controversy, although recent publicity around an Australian non-journal paid for by a sponsor and not acknowledged as such was deemed “unacceptable practice” by Elsevier publishers last year.
Supplements to medical journals and custom publications can therefore cause a great deal of trouble to editors. An interesting twist to what a supplement is landed in our office recently. Accompanying the January, 2010, issue of the Annals of Rheumatic Diseases was a supplement on “Advances in targeted therapies XI”. It looks like the parent journal (the cover and layout are identical) and it contains a summary of presentations to a meeting. The preface to the supplement reports that “The pharmaceutical industry had no part in the decisions about the specific programme and, with the exception of a few observers, participants were selected and solely invited by the Organising Committee”. The conference was supported by unrestricted educational grants from seven companies. So far, so usual in the world of supplement publishing.
With the journal and supplement was a very different publication branded “Satellites”, and co-branded with the logos of a pharmaceutical company, NicOx, and Affinity, “a publishing service provided by BMJ Group”. NicOx is, according to its website, “dedicated to the development of nitric oxide donating drugs”. The symposium on which the content of this supplement is based was funded by NicOx. The company has had a new drug application filed with the US Food and Drug Administration (FDA)—naproxcinod for osteoarthritis—since September, 2009. The FDA has set an “action date” of July 24, 2010 to make a decision on its approval. The evolution of expert opinion about naproxcinod in advance of that meeting may be an important influence on the FDA's thinking.
The publication of this “Satellites” supplement with the official journal of the European League Against Rheumatism (EULAR) is a coup for NicOx. It looks as if EULAR's decision to allow this supplement to be mailed with its own journal is close to an endorsement of naproxcinod in the run up to the FDA's decision. Especially so when the editor of the parent journal has written an article for the supplement.
Affinity's website calls “Satellites” an “on-demand publication service”. It says that “approved content is supplied by the sponsor, with editorial management and production undertaken by BMJ Group editorial staff”. It adds that “Satellites are not peer-reviewed by BMJ Group”. This policy seems problematic when it concerns a supplement that contains an Introduction (which misleadingly states that “the articles…represent the current state of the art in the pharmacological management of OA [osteoarthritis]”), together with three articles, two of which are dedicated largely to the subject of nitric oxide in inflammation and naproxcinod as an “attractive alternative” to existing therapies. It is even more problematic when naproxcinod is undergoing FDA review at the same time as the publication and wide distribution of this non-peer-reviewed supplement.
Some may argue that supplements and custom publications are routinely thrown away, so why worry. But the deliberate effort to subvert peer-review at a delicate time for an as yet unlicensed product should be a cause for concern. Others may say that this kind of publication is no worse than display advertising. Except that a display advertisement can only be for a licensed product, which naproxcinod is not. It may even be said that the publisher is only providing a publishing and distribution service, with no implied oversight or endorsement by the parent journal title. But again, this would be an attempt to evade responsibility. The supplement was, after all, sent out with that parent journal.
Publishing supplements is a perilous business. And editors will always need to be vigilant in making sure that their journal's good name is not abused.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chopy

avatar

Nombre de messages : 203
Age : 39
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: The perils of journal and supplement publishing   Jeu 20 Mai - 22:20

Traduc Google. Ca date de janvier 2010

Les périls de la revue et la publication de supplément
Texte original
The Lancet
Il ya quelques années, les éditeurs de la revue The Lancet ont été invités à envisager la publication des suppléments commandités par le commerce. Nous avons été contre l'idée. Mais les circonstances de l'époque nous a conduit à expérimenter avec la proposition. Ce fut un désastre. Le supplément de documents-tous les commentaires, qui ont été envoyés pour nous tous échoué à examen par les pairs. Nos commentateurs nous a envoyé le message fort que de publier des suppléments à tous serait le signe d'une démarche commerciale trop loin. Les suppléments sont maintenant fermement l'ordre du jour de cette revue.
Cela dit, il serait stupide et naïf d'ignorer le fait que des suppléments et des publications personnalisées sont une partie familière de la revue moderne, y compris Journal de la société, de l'édition. Ils peuvent être mis en oeuvre, même si la recherche donne à penser que la qualité de compléter le matériel est généralement bien inférieure à celle de tout titre principal. Elsevier, nos éditeurs, produit des suppléments avec plusieurs de ses titres de revues avec succès et sans polémique, bien que la publicité récente autour d'un Australien non-Journal payée par un commanditaire et non reconnu comme tel a été jugé «pratique inacceptable" par les éditeurs Elsevier l'an dernier.
Suppléments de revues médicales et publications personnalisées peuvent donc causer beaucoup d'ennuis aux rédacteurs en chef. Une dimension intéressante à ce supplément est débarqué dans notre bureau récemment. Accompagnement du Janvier 2010, numéro des Annales des maladies rhumatismales est un supplément sur les "progrès des traitements ciblés XI". Il ressemble à la revue des parents (la couverture et la présentation sont identiques) et il contient un résumé des présentations à une réunion. La préface du rapport de compléter que «L'industrie pharmaceutique n'a pas participé aux décisions concernant le programme spécifique et, à l'exception de quelques observateurs, les participants ont été sélectionnés et invités par le seul comité d'organisation". La conférence a été financée par des subventions sans restrictions d'enseignement de sept entreprises. Jusqu'à présent, si habituel dans le monde de l'édition supplément.
Avec le journal et supplément était une publication très différente de marque "Satellites", et co-brandée avec les logos d'une entreprise pharmaceutique, NicOx et d'affinité », un service d'édition fournis par BMJ Group". NicOx est, selon son site internet, "dédié au développement de médicaments donneurs d'oxyde nitrique". Le symposium sur lequel le contenu de ce supplément est fondé a été financé par NicOx. La société a eu une demande de drogue nouvelle déposée auprès de la US Food and Drug Administration (FDA) pour le naproxcinod-arthrose-depuis Septembre 2009. La FDA a fixé une date d'action "du 24 Juillet 2010 à prendre une décision sur son approbation. L'évolution de l'opinion d'expert sur le naproxcinod à l'avance de cette réunion peut être une influence importante sur la pensée de la FDA.
La publication de ce "Satellites" supplément à la revue officielle de l'European League Against Rheumatism (EULAR) est un coup de NicOx. Il semble que si la décision de l'EULAR de permettre ce supplément doit être envoyée avec son propre journal est proche d'une approbation du naproxcinod dans la perspective de la décision de la FDA. Particulièrement vrai lorsque l'éditeur de la revue mère a écrit un article pour le supplément.
site internet d'Affinity appelle "Satellites" un "service à la publication à la demande". Il dit que «le contenu approuvé est fourni par le promoteur, avec la direction éditoriale et la production réalisée par le personnel éditorial du BMJ Group". Il ajoute qu '«satellites ne sont pas examinés par groupe BMJ". Cette politique semble problématique quand il s'agit d'un supplément qui contient une introduction (qui indique à tort que "les articles ... représentent l'état actuel de la technique dans le traitement pharmacologique de] OA arthrose ["), ainsi que trois articles, dont deux sont destinés essentiellement à l'objet de l'oxyde nitrique dans l'inflammation et le naproxcinod comme une alternative «attrayante» pour les thérapies existantes. Il est encore plus problématique lorsque le naproxcinod est en cours de révision par la FDA dans le même temps que la publication et la large diffusion de ce non-revues avec comité de supplément.
Certains peuvent prétendre que les suppléments et des publications personnalisées sont systématiquement jetés, alors pourquoi vous inquiétez pas. Mais l'effort délibéré de subversion par les pairs à un moment délicat pour un produit encore non autorisée doit être un sujet de préoccupation. D'autres peuvent dire que ce genre de publication n'est pas pire que l'affichage publicitaire. Sauf que l'affichage d'une publicité ne peut être pour un produit sous licence, ce qui n'est pas le naproxcinod. On peut même dire que l'éditeur ne fournit une maison d'édition et de distribution, sans contrôle implicite ou approbation par le titre de la revue parent. Mais encore une fois, ce serait une tentative de se soustraire à la responsabilité. Le supplément était, après tout, envoyé avec ce journal parent.
Édition complète est une entreprise périlleuse. Et les éditeurs devront toujours être vigilants pour s'assurer que la réputation de leur journal ne soit pas détournée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pumpo

avatar

Nombre de messages : 692
Age : 42
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: The perils of journal and supplement publishing   Jeu 20 Mai - 22:24

si j'ai bien compris pas terrible pour nicox
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sidelcr

avatar

Nombre de messages : 369
Localisation : Groland
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: The perils of journal and supplement publishing   Jeu 20 Mai - 22:42

L'arroseur arrosé ou comment se marcher soi même sur les pieds .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ncx



Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 15/03/2010

MessageSujet: Re: The perils of journal and supplement publishing   Jeu 20 Mai - 23:10

Article original ici : http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2810%2960147-X/fulltext

Ca relativise la portée du discours envers les particuliers lorsque l'on voit les méthodes utilisées envers les professionnels Sad
Et après faut continuer de croire à la seule manigance américaine et que le dossier était parfait...
Je suis très surpris et déçu sur ce coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The perils of journal and supplement publishing   

Revenir en haut Aller en bas
 
The perils of journal and supplement publishing
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Petit Journal et autres suppléments illustrés
» UN T-SHIRT SIGLÉ "PALESTINE" CRÉE UN MALAISE AU "GRAND JOURNAL"
» journal des remises
» Journal officiel n°27
» JOURNAL OFFICIELN°40 l fixant les postes supérieurs au titre des corps des paramédicaux,des sages-femmes,des auxiliaires médicaux en anesthésie réanimation et des biologistes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMicale des COXiens :: Forum public :: Echanges sur NicOx-
Sauter vers: