AMicale des COXiens

Forum des actionnaires particuliers de NicOx
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 France Biotech présente les résultats de son panorama 2008/2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pwelcome



Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: France Biotech présente les résultats de son panorama 2008/2009   Mar 13 Avr - 14:57

Communiqués presse France Biotech France Biotech présente les résultats de son panorama 2008/2009
13 avril 2010 |9:00 |francebiotech





Communiqué de presse

Biotech-Pharma : l’innovation au cœur de la restructuration

France Biotech présente les résultats de son panorama 2008/2009

Paris, le Mardi 13 avril 2010, Le secteur Biotech-Pharma est un secteur très innovant avec un marché mondial toujours en croissance malgré une importante restructuration liée à la récente crise financière. Les big pharmas, contraintes de faire évoluer leur stratégie de développement aux nouveaux enjeux, rationalisent leurs coûts, s’ouvrent vers des marchés émergents et se tournent vers les technologies de rupture.

Les petites entreprises biopharmaceutiques et des sciences de la vie fragilisées par la crise et ont dû faire face à une baisse drastique des investissements en 2009. Elles ont, plus que jamais, besoin de trouver des fonds pour valoriser leurs innovations et diversifier leurs sources de financement, notamment en renforçant leurs accords avec les big pharmas.

Une priorité nationale

Les biotechnologies dédiées à la santé sont une priorité nationale, avec, notamment, la création du Fonds Stratégique d’Investissement Innobio et le grand emprunt national dont 6,5 milliards d’euros seront destinés au soutien de l’industrie et aux PME. L’objectif étant de renforcer les partenariats entre recherche publique et industrie en créant notamment des structures d’excellence à dimension internationale.



Chiffres clefs Oséo 2009[1]

- Secteur Pharma-Biotech très innovant : les innovations de rupture concernent 83% des montants investis pour 55% des projets ;
- 2/3 des entreprises du secteur ont moins de 10 ans et emploient moins de 20 salariés ;
- Quatre régions se détachent en nombre de projets soutenus : Ile-de-France (49 projets), Nord-Pas-de-Calais (38 projets), Languedoc-Roussillon (33 projets) et Rhône-Alpes (29 projets) ;
- 283 projets soutenus en 2009 par OSEO dans le secteur Pharma-Biotech pour 91 millions d’euros dont 6 projets ISI ;
- 32 qualifications FCPI ;
- 10% des aides OSEO en innovation vont au secteur Pharma-Biotech.

« La France a une longueur d’avance dans le domaine Pharma-Biotech et s’impose aujourd’hui comme un acteur incontournable », a déclaré François Drouin, Président Directeur Général d’OSEO. Puis il a ajouté : « C’est un secteur qui a entamé une profonde restructuration ces dernières années, accentuée par la crise. OSEO doit accompagner cette restructuration en aidant les biotechs à aller sur le marché en les accompagnant le plus loin possible dans leur développement ».

« Les données du Panorama 2008/2009 confirment la chute des investissements dans le secteur des sciences de la vie tandis que les efforts de financement public se sont accrus en 2009 et ont permis à l’industrie de poursuivre sa croissance, notamment grâce aux soutiens d’OSEO et du FSI. Nous sommes ravis que les sciences de la vie soient reconnues comme un secteur stratégique en France et nous souhaitons que les efforts de financement se poursuivent et s’accroissent en 2010, afin de faire des sciences de la vie françaises un acteur de premier plan au niveau mondial », selon André Choulika, Président de France Biotech.

France Biotech présente la 8ème édition de son Panorama de l’industrie des sciences de la vie 2008/2009 en France et à l’international

L’industrie française résiste et émerge comme acteur stratégique reconnu et incontournable;
Le marché global poursuit sa croissance et s’impose comme modèle face à l’industrie pharmaceutique.
En France

L’industrie française des sciences de la vie poursuit sa maturation et résiste malgré la crise. Elle s’impose aujourd’hui comme un moteur incontournable de croissance économique et sociétale, et comme un axe stratégique de développement de l’industrie française.

Poursuite des innovations et des développements dans le domaine thérapeutique - En santé humaine, notre panorama révèle que l’industrie des sciences de la vie poursuit durablement son développement puisqu’elle compte 11 produits commercialisés en 2009 et 84 en développement clinique dont 10 en phase III et 4 en cours d’enregistrement. Ceci confirme la maturation du portefeuille des sociétés des sciences de la vie puisque le nombre de produits en phase de développement clinique a augmenté de 20%, passant de 55 à 66 produits (à périmètre constant de 2008 à 2009 sur 54 sociétés).

Ralentissement des financements privés - Avec la crise de ces deux dernières années, l’industrie des sciences de la vie a connu une forte chute des investissements. Le montant total des investissements des capitaux risqueurs a chuté de 56% entre 2008 et 2009, atteignant 65 millions d’euros en 2009 contre 151 millions en 2008. Sur ces 65 millions, 22 millions d’euros ont été investis en phase d’amorçage et premier tour, avec un ticket moyen de 1,3 millions d’euros. Si le montant moyen des phases d’amorçage a diminué, le nombre d’opérations reste stable (18 en 2008 et 17 en 2009), ce qui souligne l’intérêt continu des investisseurs pour les sciences de la vie. En revanche, les financements des seconds et troisièmes tours ont fortement chuté passant de 115 millions d’euros en 2008 à 43 millions d’euros en 2009, et même si le nombre d’opérations est resté stable en 2009 avec 16 opérations, le ticket moyen a chuté de 76%.

En 2009, la fenêtre boursière est restée complètement fermée. Néanmoins, 2009 a été marquée par des opérations boursières secondaires, permettant à 4 sociétés de lever 122 millions d’euros en 6 opérations (Cellectis, ExonHit Therapeutics, NicOx et Innate Pharma).
Poursuite des efforts en Recherche et Développement - En 2008, le chiffre d’affaires des 170 sociétés des sciences de la vie ayant répondu à l’étude France Biotech était de 194,2 millions d’euros et leurs dépenses R&D s’élevaient à 981 millions d’euros avec un résultat net négatif à -239 millions d’euros. En ayant conservé les périmètres constants par rapport aux chiffres de l’année passée, on note que le chiffre d’affaires global a diminué 2% entre 2007 et 2008 ; contre 67% entre 2006 et 2008 ; alors que les dépenses de R&D ont poursuivi leur progression avec une augmentation de 42% (36% entre 2007 et 2008 et 40% entre 2005 et 2006). Ces chiffres soulignent une diminution relative de la progression du chiffre d’affaires, qui reflète les répercutions de la crise économique alors que l’on constate un effort d’investissement en Recherche et Développement, soutenu par les politiques de soutien à la recherche.

En effet, les différentes mesures incitatives en faveur de l’innovation en France, notamment le statut Jeune Entreprise Innovante (JEI) et le Crédit Impôt Recherche (CIR), ont permis de soutenir la croissance de la recherche malgré un ralentissement du chiffre d’affaires global. Sur les données du Panorama, 164 sociétés ont renseigné les éléments relatifs au statut de JEI, 68% bénéficient de ce statut, parmi elles, 62% ont pu embaucher du personnel R&D (de 1 à 10 personnes essentiellement) ; 59% ont pu lancer de nouveaux projets de R&D et 48% ont pu investir dans du matériel R&D. En 2008, 102 sociétés ont déclaré bénéficier du Crédit Impôt Recherche, soit 60% de notre échantillon.

Reconnaissance de l’industrie comme axe stratégique d’innovation - Fin 2008 et 2009 ont été marquées par les politiques de relance des pouvoirs publics et par la création des fonds gouvernementaux pour enrayer la crise, notamment avec, en décembre 2008, la création du Fond Stratégique d’Investissement (FSI) doté de 20 milliards d’euros et dont le secteur pharma/biotech représente 10% des dossiers traités (2ème secteur ciblé en termes d’investissements). Rappelons le partenariat signé entre France Biotech et le FSI en juin 2009 (Communiqué du 3 juin).

Autre grand volet de la politique de relance du gouvernement, le grand emprunt national dont 6,5 milliards d’euros seront destinés au soutien de l’industrie et aux PME, à travers une dotation de fonds propres à hauteur de 500 millions d’euros pour OSEO et 8 milliards d’euros destinés à la recherche, dont 2,5 milliards d’euros pour les sciences de la vie. (Note Grand Emprunt France Biotech)



A l’International
Le marché global des sciences de la vie poursuit sa croissance, malgré un contexte économique fragile, et les Etats-Unis maintiennent leur position de leader mondial.

Emergence des biotechnologies face au modèle Big Pharma - Malgré une augmentation prévue de 4 à 6% du marché pharmaceutique mondial en 2010 (IMS Health), on constate un ralentissement net de ce secteur face à l’émergence des biotechnologies, qui développent actuellement plus de 50% des médicaments innovants. Cette évolution s’explique d’une part par la capacité d’innovation grandissante du secteur, mais aussi par la création, en avril 2008, de l’indice boursier Next Biotech, permettant aux investisseurs et acteurs financiers de suivre la performance du secteur.

Crise des financements - Le nombre de sociétés financées par capital risque a connu une diminution de 8% en 2009 avec 279 entreprises -pour un montant total de 5,1 milliards USD-, témoignant d’une baisse de 24% entre 2007 et 2009. Cette crise est renforcée par l’effondrement des IPOs, passant de 51 en 2007 pour 2950 millions USD à seulement 6 en 2008 pour un montant total de 133 millions USD. Les levées de fonds, elles aussi, ont connu une chute importante de 60% du montant total investi en 2008, passant de 20,8 milliards USD à 8,2 milliards USD. Malgré une nette amélioration en 2009, les investissements restent globalement inferieurs à leur niveau de 2007. Cette crise financière aura donc eut de lourdes conséquences sur les entreprises de biotechnologie, particulièrement pour les petites structures, tandis que les Big Pharmas et les grandes sociétés de biotechnologie ont été globalement épargnés. Cela a conduit à de nombreuses opérations de fusion/acquisition et alliances, dont le nombre a doublé entre 2005 et 2009. (Source : BioCentury)

Les Etats-Unis, toujours leader mondial - dans le secteur des biotechnologies avec sept sociétés américaines (Pacific Biosciences Inc., Clovis Oncology Inc., Sangart Inc., Zogenix Inc., BioVex Inc., Hyperion Therapeutics Inc., et Sopherion Therapeutics LLC) présentent dans le top 10 du financement par capital risque de 2009 (Biocentury). L’un des faits marquants pour les Etats-Unis reste l’acquisition de Genentech par Roche, -pour un montant total de 46,8 milliards USD (Source BioWorld et Recombinant Capital janvier 2010). Les Etats-Unis restent leader dans tous les domaines, avec, pour ses sociétés cotées, qui représentent 48% du total des sociétés cotées mondiales, une part de marché mondiale 2008 de 74% pour un effectif de 64%. Avec un chiffre d’affaires 2008 de 66,1 milliards de dollars et des dépenses de R&D s’élevant à 25,2 milliards USD, le secteur a atteint, pour la première fois de son histoire, son seuil de rentabilité avec un bénéfice net de 417 millions USD.

Marché Européen - L’Europe a vu son chiffre d’affaires augmenter de 26% entre 2007 et 2008, passant de 13,1 milliards à 16,5 milliards USD. De même, ses dépenses de R&D ont augmenté de 11%, passant de 4,6 milliards à 5,1 milliards USD en 2008. L’Europe a elle aussi subi les conséquences de la crise des financements, avec l’entrée en bourse de seulement trois entreprises (D-Pharm Ltd., Human Stem Cell Institute, Movetis N.V.) en 2009, pour un montant total investi de 158 millions USD. (Source BioCentury, 1er février 2010). Les petites sociétés ont vu leur trésorerie considérablement diminuer et on dénombre 66 sociétés avec moins d’une année de liquidité en 2008, contre 33 en 2007, et 50 sociétés de plus de cinq ans de trésorerie en 2008 contre 68 en 2007. (Source : Ernest & Young 2008).

Le Royaume-Uni, qui tenait une place dominante sur le marché des sciences de la vie, s’est effondré, passant de 37% des investissements totaux en Europe en 2007 pour un montant total de 2511 millions USD, à 6% en 2009 pour un montant de 381 millions USD. La Suisse, quant à elle, ne cesse de progresser, et est désormais passée devant la France au niveau du montant total investi avec 310 millions en 2009 contre 277 millions USD pour l’hexagone.

Zone Asie/Pacifique - Longtemps dominée par l’Australie et le Japon, la zone Asie/Pacifique voit émerger de nouveaux acteurs majeurs tels que la Chine, l’Inde ou Singapour. Malgré certaines difficultés, l’Australie a bien résisté en 2008, grâce notamment aux bons résultats de la société CSL, qui a enregistré une augmentation de 4% de sa capitalisation boursière lorsque le secteur s’effondrait (perte de 57% de sa valeur en bourse). La Chine a réalisé l’importance d’investir dans le monde des sciences du vivant, et compte bien combler son retard. Elle a prévu, d’ici 2020, de doubler son investissement en R&D pour atteindre 2,5% du PIB. La zone Asie/Pacifique, malgré son retard actuel face aux géants du secteur, doit être considérée comme un acteur à part entière dans le domaine puisqu’elle présente de nombreux avantages concurrentiels.

A propos de France Biotech

France Biotech (www.france-biotech.org) est l’association française des entreprises des sciences de la vie et de leurs partenaires. Sa mission est de contribuer à hisser l’industrie française des sciences de la vie au rang de leader en Europe. France Biotech est un moteur de changement qui agit auprès des pouvoirs publics, des organisations économiques, de la recherche académique, des media et de la communauté des investisseurs notamment, pour favoriser l’émergence des biotechnologies comme industrie de pointe prioritaire, et améliorer l’environnement économique, juridique, réglementaire et managérial de ces entreprises. France Biotech compte aujourd’hui 150 adhérents. Les entreprises des sciences de la vie membres de l’association regroupent la grande majorité des investissements, des employés et des produits innovants du secteur.

A propos d’OSEO

Entreprise publique, OSEO apporte aux entrepreneurs les moyens de leur développement en finançant leurs projets d’innovation, d’investissement et à l’international. Il exerce trois métiers : aide à l’innovation, garantie des financements bancaires et des interventions en fonds propres, financement des investissements et du cycle d’exploitation. Plus d’informations sur www.oseo.fr



Contacts Presse

France Biotech
Haude Costa
Haude.costa@france-biotech.org
01 56 58 10 70 / 06 84 25 88 27

Alizé RP
Caroline Carmagnol
caroline@alizerp.com
06 64 18 99 59

Juliette Vandenbroucque
juliette@alizerp.com
01 42 68 86 41

OSEO
vanessa.godet@oseo.fr
01 41 79 84 33

Sabina Cristova
sabina.cristova@oseo.fr
01 41 79 98 85

Tags: choulika, france-biotech, oseo, panorama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
France Biotech présente les résultats de son panorama 2008/2009
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle venue !! je me présente.
» Je me présente!
» le 42 représente...
» Un air de n'oeuf se présente à vous
» Je me présente

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMicale des COXiens :: Forum public :: Le coin du barman...-
Sauter vers: