AMicale des COXiens

Forum des actionnaires particuliers de NicOx
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Advisory comitee ou débat d'experts..il a débuté il y a 1 an déjà

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
vinsse



Nombre de messages : 515
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Advisory comitee ou débat d'experts..il a débuté il y a 1 an déjà   Jeu 18 Mar - 12:43

Paru en mai 2009 et jusqu'à peu sous embargo
en lecture libre depuis
peu
...pour les fouineurs ,de
nouveaux articles scientifiques complets passés dans le domaine public
disponibles sur amjmed


William B.
White, MD (Farmington,
Connecticut, USA):
We have heard a great deal about endothelial
dysfunction in the literature and at this meeting. Dr. Pepine, in your
experience, what has been the best way to assess endothelial
dysfunction, and to evaluate the effects of a drug that could donate
nitric oxide (NO), in patients with clinical conditions such as
cigarette smoking, diabetes mellitus, or hypertension? Are there too
many confounding factors to clearly observe an effect?
Carl J. Pepine, MD (Gainseville, Florida, USA):
I do not believe that these confounding factors pose too great a
barrier: the 3-hydroxy-3-methylglutaryl coenzyme A reductase inhibitors
(statins) and angiotensin-converting enzyme inhibitors have all been
tested in patients who had these kinds of conditions, and changes in
endothelial function have been demonstrated. It should be possible to
show an improvement and, ultimately, this represents the real clinical
situation where you are targeting a population of patients with
cardiovascular disease, which comprises all of these conditions.
Michael A. Weber, MD (Brooklyn, New York, USA):
In relation to this issue, organic nitrates have been used for many
years now for treating angina. How does NO get into the vessel wall?
Does it just diffuse in from the circulating plasma?
Dr. Pepine: Transport of NO is dominated by
diffusion and reaction with hemoglobin. There are various pathways for
nitrate bioactivation and metabolism, including the liver. An important
aspect of virtually all nitrate dosing regimens is the phenomenon of
tolerance, whereby prolonged continuous administration of nitrates for
>12 to 24 hours can result in impaired responsiveness to the nitrate,
demonstrated by reduced vasodilation and blood pressure–lowering
effects. This can be minimized by restricting exposure to the organic
nitrate to a few hours a day so that there is a nitrate-free period of
about 10 hours.


Dr. White: Dr. Weber, I
know you have spent considerable time reviewing the literature on the
cardiovascular effects of nonsteroidal anti-inflammatory drugs (NSAIDs).
What do you believe is the more important issue associated with the use
of NSAIDs in older patients with arthritis: the increase in blood
pressure induced by some of these drugs, or the potential for
prothrombotic alterations that may lead to cardiovascular events?


Dr. Weber: I
believe that we have to worry
about both issues. High doses of some of these drugs, rofecoxib in
particular, have clearly resulted in an increased incidence of
cardiovascular events, and this may have been owing, in part, to
prothrombotic effects and elevations in blood pressure. However, in
arthritis we are dealing with patients who have chronic pain arising
from an inflammatory condition, which itself is a source of threat to
the vasculature. It is not yet clear in my mind, with the exception of
high-dose rofecoxib, what the relative prothrombotic contribution is of
the underlying arthritic inflammatory disease as opposed to the
medication used to treat the disease. Take the example of acetaminophen:
there is no reason to believe that acetaminophen should be
prothrombotic, and yet the Nurses' Health Study demonstrated a
significantly increased risk for cardiovascular events associated with
its frequent use.1


Dr.
White:
What might the advantages be of a drug like naproxcinod,
which delivers anti-inflammatory benefits and an NO donor as a single
molecule, versus giving naproxen and a separate oral nitrate? Would you
expect to get the same effect on blood pressure?
Dr. Pepine: That is a good question. NO
donors are some of the more effective blood pressure–lowering agents
that we have used, and they are particularly effective at reducing
systolic blood pressure. However, tolerance is an issue with nitrates
and it can lead to increases in blood pressure. Ultimately, I think that
studies to evaluate the simple administration of an organic nitrate
with a conventional anti-inflammatory agent will need to be conducted.


Dr. Weber:
Dr. White, we understand that
low-dose aspirin has antiplatelet activity but also that at higher doses
it can become prothrombotic. Where does the switchover occur, and what
have we learned about how to use aspirin in arthritis?
Dr. White: I believe that with high doses of
any NSAID (greater than the equivalent of aspirin 325 mg/day) you have
to question the balance of benefit versus risk. Additionally, a
particular problem with the assessment of aspirin in clinical arthritis
studies is that patients entering the clinical study who have been
prescribed low-dose aspirin are at high or very high risk before study
randomization. In these studies, patients taking aspirin, compared with
versus those not using aspirin, have a 3-fold increased risk of adverse
cardiovascular events. Hence, it is difficult to distinguish between the
underlying cardiovascular disease process and the effects of drugs used
for treatment in these clinical trials. The ongoing Prospective
Randomized Evaluation of Celecoxib Integrated Safety vs Ibuprofen or
Naproxen (PRECISION) trial is evaluating long-term exposure to
celecoxib, naproxen, and ibuprofen in patients with arthritis, and will
be invaluable given the intent to stratify for low-dose aspirin use.


Question:
In the study by Solomon and
coworkers2 that reported the risk of
cardiovascular events based on celecoxib dose and stratified by baseline
cardiovascular risk, what was the age that was used to determine
baseline risk?


Dr. White: Patients who
were >75 years of age with no other risk factors were considered at
moderate risk. Note that the long-term trials that were evaluated in
this study were not conducted in arthritis populations but rather were
conducted in patients with Alzheimer disease, with colonic polyp
progression, or patients in other kinds of cancer prevention studies,
and were conducted exclusively against placebo. Such long-term studies
against placebo in patients with arthritis have not been possible owing
to high withdrawal rates due to pain and lack of efficacy. Indeed,
long-term trials using subjects on high-dose aspirin or acetaminophen as
control groups would also be problematic.3


Dr.
Pepine:
I think this touches on an important issue:
physician-diagnosed arthritis versus joint “aches and pains” in elderly
people who consume NSAIDs. Many people >65 years have joint aches and
pains but have not been formally diagnosed with arthritis. These joint
aches and pains are problematic in cardiovascular practice because they
act as a barrier to recommended improvements in lifestyle that include
increased physical activity. So, the need for safe analgesics is not
limited to patients with diagnosed arthritis, but would also include the
population of elderly individuals who are just trying to stay active.


Dr. White:
Thanks for that comment. I think
that is an extremely important point. Untreated pain is
counterproductive to the kind of preventive medicine lifestyle that many
of our elderly individuals with underlying hypertension want to lead,
and so we have to come up with some kind of solution for the management
of their problems.


Question: Dr.
White, in your analysis of the data, you showed that acetaminophen use
is associated with an increased risk for cardiovascular events. Do you
think these data are robust enough for us to warn our patients who are
taking large doses of acetaminophen when all of the rheumatological
societies are advocating increasing doses of acetaminophen?


Dr. White:
No, I do not believe the data
have that level of robustness. I think they comprise an important
observation that should be further assessed. Indeed, we actually know
very little about older pain drugs, including acetaminophen. The only
reason we know what we do about naproxen and ibuprofen is because they
were used as comparator agents in studies of the cyclooxygenase (COX)-2
inhibitors. However, we have very little understanding of drugs like
indomethacin and acetaminophen, except our own clinical perspective on
what they do to blood pressure and to renal function. The only thing we
know clearly about acetaminophen is that it has a very carefully studied
dose-related hepatotoxicity phenomenon. Is there a 24-hour blood
pressure study with acetaminophen over 12 weeks? No. Is there an
evaluation of the impact of the drug in patients with stage 3 chronic
kidney disease? No. We cannot assume that acetaminophen is entirely
benign because we just do not understand it that well. The epidemiologic
assessment of Curhan and coworkers4 certainly suggests, particularly in
women, that the same relative risks exist for acetaminophen as for the
NSAIDs they might be taking. Alternatively, as Dr. Weber pointed out, it
may be channeling bias (the underlying disease) that is contributing to
the observed risks, or there may be a drug–disease interaction. I would
not discount the recommendations of the American College of
Rheumatology (ACR) or the American Geriatrics Society (AGS) at this
time. I do believe that research with acetaminophen is warranted.
However, because the drug is generic, large-scale outcome studies are
not likely to be performed.


Dr. Pepine:
I endorse everything that you just said about acetaminophen. I would
also like to point out that this was the reason that the American Heart
Association (AHA) consensus statement for managing arthritis in patients
with cardiovascular disease does not advocate only acetaminophen, but
consists of other suggested therapies, including opioids.5 Opioids may themselves create problems
in the elderly population. However, we must be aware that we just do
not have all the information for acetaminophen.


Dr. White:
Dr. Weber, what else do we need
to understand about naproxcinod in patients with hypertension? What
other studies do you think we should conduct, and what kinds of patients
might we be prescribing it for once it is on the market in the United
States?


Dr.
Weber:
I think that the
main patient population will be the individuals described earlier: those
in their 60s who complain of joint aches and pains, who have not
necessarily been given an official diagnosis of arthritis but clearly
have underlying issues and who are going to need chronic pain control.
As yet, we cannot guarantee that naproxcinod would avoid possible
adverse cardiovascular effects. All we can say so far is that it is
looking very different from regular NSAIDs. Certainly, the data on the
lack of a hypertensive effect of naproxcinod are compelling.6, 7, 8 The other attraction, of course, is
that naproxcinod may be a viable alternative to the COX-2 drugs
altogether, if we can confirm the relative safety of this drug from the
gastrointestinal point of view. Again, the data are very encouraging so
far, both in animal models9, 10 and in humans.11, 12 If we can confirm these studies, I
believe that naproxcinod could be an attractive choice for a large
number of patients who present with pain.


Dr.
White:
Thank you very much for that analysis. I would like to
extend my appreciation to Dr. Weber and Dr. Pepine for participating in
this very interesting symposium today.Author
Disclosures



The
authors who contributed to this article have disclosed the following
industry relationships:
Carl J. Pepine,
MD
, has received research/grant support from Abbott Laboratories,
AstraZeneca, Baxter International Inc., Berlex Laboratories/Bayer
HealthCare, Boehringer Ingelheim, Cardium Therapeutics, CV Therapeutics,
Inc., Daiichi-Sankyo Co. Ltd., Eli Lilly and Company, Forest
Laboratories, Inc., GlaxoSmithKline, Merck & Co. Inc., Novartis
Pharmaceuticals Corp., Pfizer Inc, Reliant Pharmaceuticals, Inc., and
sanofi-aventis.

Michael A.
Weber, MD
, is a member of the Speakers' Bureau for Boehringer
Ingelheim, Bristol-Myers Squibb, Daiichi-Sankyo Co. Ltd., Forest
Laboratories, Inc., GlaxoSmithKline, Novartis Pharmaceuticals Corp., and
sanofi-aventis; and has worked as a consultant to Boehringer Ingelheim,
Bristol-Myers Squibb, Daiichi-Sankyo Co. Ltd., Forest Laboratories,
Inc., Gilead Sciences, Inc., Novartis Pharmaceuticals Corp., and Takeda
Pharmaceuticals North America, Inc.

William B.
White, MD
, has worked as a consultant to Boehringer Ingelheim, NicOx
SA, Takeda Global Research and Development Center, Inc., and Teva
Neuroscience, Ltd.; and has received research/grant support from
Novartis Pharmaceuticals Corp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JeanCox



Nombre de messages : 1008
Age : 62
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Advisory comitee ou débat d'experts..il a débuté il y a 1 an déjà   Jeu 18 Mar - 12:45

Merci beaucoup Vinsse, pas le temps de tout lire maintenant, mais je me garde cet article pour le dessert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinsse



Nombre de messages : 515
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Advisory comitee ou débat d'experts..il a débuté il y a 1 an déjà   Jeu 18 Mar - 12:47

comment tu ne l'avais pas encore lu!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier Guyonnet(nicoxyd)
Admin


Nombre de messages : 2361
Age : 58
Localisation : Seine et Marne (77)
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Advisory comitee ou débat d'experts..il a débuté il y a 1 an déjà   Jeu 18 Mar - 20:02

Très intéressant, l'avis de ces 2 médecins (Carl J. Pepine et Michael A.
Weber)
qui n'ont pas travaillé pour NicOx (contrairement à William B.
White)


Dr.
White:
quels pourraient être les avantages d'un médicament comme le naproxcinod,
qui produit un effet anti-inflamatoire et donne du NO en une seule molécule, versus donner du naproxène et du NO par voie orale ? Vous attendriez-vous aux mêmes effets sur la pression artérielle ?

Dr. Pepine: C'est une bonne question. Les donneurs de NO
sont parmi les plus efficaces agents de diminution de la pression artérielle que nous ayons utilisés, et ils sont particulièrement efficaces pour la réduction de la pression systolique. Toutefois, le phénomène de tolérance est un problème avec les nitrates, qui peut conduire à une augmentation de la pression artérielle. Finalement, je pense qu'il faudra conduire des études pour évaluer la simple administration d'un nitrate organique avec agent anti-inflamatoire conventionnel.

Dr. White:
Dr. Weber, de quels autres éléments de compréhension avons-nous besoin au sujet du naproxcinod pour les patients hypertendus ? Quelles autres études pensez-vous qu'il soit nécessaire de conduire, et à quels types de patients devrions-nous le prescrire dès lors qu'il viendrait sur le marché US ?


Dr.
Weber:
Je pense que la principale population est celle décrite précédemment: ceux qui dans leur soixantaine se plaignent de douleurs aux articulations, pour lesquels il n'a pas été forcément porté un diagnostique d'artrose, mais qui clairement ont des problèmes sous-jascents et qui vont avoir besoin d'un traitement chronique de la douleur. Actuellement, nous ne pouvons garantir que le naproxcinod éviterait de possibles effets secondaires cardio-vasculaires. Tout ce que nous pouvons dire à ce jour est qu'il apparaît très différent des habituels NSAIDs.
Il est certain que les données sur l'absence d'effet hypertensif du naproxcinod sont irréfutables. L'autre intérêt est que le naproxcinod peut être une alternative viable à l'ensemble des médicaments COX-2, si nous pouvons confirmer une relative sécurité d'emploi du point de vue gastro-intestinal. Là aussi, les données sont très encourageantes, tant chez l'animal que chez l'homme. Si nous pouvons confirmer ces études, je pense que le naproxcinod pourrait être un choix attrayant pour un grand nombre de patients présentant ces douleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinsse



Nombre de messages : 515
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: 2 sujets + scientifiques mais toujours en rapport avec nicox   Jeu 18 Mar - 20:17

..Defining the Problem of Treating the Patient with
Hypertension and
Arthritis Pain
William B. White, MD

http://www.amjmed.com/article/S0002-9343%2809%2900206-X/fulltext




Treatment
of Patients with Hypertension and Arthritis
Pain: New Concepts
http://www.amjmed.com/article/S0002-9343%2809%2900208-3/fulltext


d'ailleurs la discussion ci dessus faisait partie de la mème conférence
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cambl62



Nombre de messages : 92
Age : 68
Localisation : Arras
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Advisory comitee ou débat d'experts..il a débuté il y a 1 an déjà   Jeu 18 Mar - 20:30

"Actuellement, nous ne pouvons garantir que le naproxcinod éviterait de possibles effets secondaires cardio-vasculaires.
...Il est certain que les données sur l'absence d'effet hypertensif du naproxcinod sont irréfutables."

N'y a-t-il pas comme une contradiction dans ces deux phrases qui me semblent par ailleurs correctement traduites?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bagdraft



Nombre de messages : 419
Age : 52
Localisation : France
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: Advisory comitee ou débat d'experts..il a débuté il y a 1 an déjà   Jeu 18 Mar - 21:19

>> traduction merdique.. bonne soirée à tous.. Merci à Vinsse..


William B. White, MD (Farmington, Connecticut, USA): Nous avons entendu beaucoup de choses sur l'endothélium un dysfonctionnement dans la littérature et à cette réunion. Dr. Pepine, dans votre expérience, quelle a été la meilleure façon d'évaluer endothéliales dysfonctionnement, et d'évaluer les effets d'un médicament qui pourrait faire un don d'oxyde nitrique (NO), chez les patients présentant des problèmes cliniques tels que tabagisme, diabète, ou hypertension? Y a t-il trop nombreux facteurs de confusion d'observer clairement un effet?

Carl J. Pepine, MD (Gainseville, Floride, USA):
Je ne crois pas que ces facteurs de confusion pose un trop grand Obstacle: Le 3-hydroxy-3-methylglutaryl coenzyme A réductase (statines) et conversion de l'angiotensine inhibiteurs de l'enzyme ont tous été testé chez des patients qui avaient ce genre de conditions, et les changements dans la fonction endothéliale a été démontrée. Il devrait être possible de montrer une amélioration et, finalement, ce qui représente le réel clinique situation où vous ciblez une population de patients ayant les maladies cardiovasculaires, qui constituent l'ensemble de ces conditions.

Michael A. Weber, MD (Brooklyn, New York, USA):
En ce qui concerne cette question, les nitrates organiques ont été utilisées pour de nombreux années pour le traitement de l'angine. Comment arrive le NO dans la paroi de la cuve?
Diffuse-t-elle juste à partir du plasma circulant?
Dr. Pepine: Transport de NO est dominée par la diffusion et la réaction avec l'hémoglobine. Il existe différentes voies pour nitrate bioactivation et le métabolisme, y compris le foie. Un important aspect de la quasi-totalité des régimes de dosage de nitrate est le phénomène de la tolérance, en vertu duquel l'administration continue et prolongée de nitrates par > 12 à 24 heures peut conduire à la réactivité avec facultés affaiblies au nitrate, démontrée par une vasodilatation réduite et réduisant la pression artérielle effets. Cela peut être minimisée en limitant l'exposition à l'organique nitrate en quelques heures par jour, afin qu'il y ait un nitrate période sans environ 10 heures.


Dr White: Dr. Weber, je sais que vous avez passé un temps considérable en revue la documentation sur le Effets cardiovasculaires des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).
Quel est selon vous l'enjeu plus important associé à l'utilisation d'AINS chez les patients âgés atteints d'arthrite: l'augmentation dans le sang la pression induite par certains de ces médicaments, ou le potentiel de altérations prothrombotique mai que mener à des événements cardio-vasculaires?


Dr. Weber: Je crois que nous avons à vous inquiéter à propos de deux questions. Des doses élevées de certains de ces médicaments, le rofécoxib dans particulier, ont clairement abouti à une incidence accrue d'événements cardiovasculaires, et ce mai ont été dus, en partie, à prothrombotique effets et les élévations de la tension artérielle. Toutefois, dans l'arthrite nous avons affaire à des patients souffrant de douleur chronique découlant d'un état inflammatoire, qui est elle-même une source de menace pour le système vasculaire. Il n'est pas encore clair dans mon esprit, à l'exception de rofecoxib à haute dose, ce que la contribution relative est de prothrombotique la maladie arthritique inflammatoire sous-jacente, par opposition à la médicament utilisé pour traiter la maladie. Prenons l'exemple de l'acétaminophène:
il n'y a aucune raison de croire que l'acétaminophène doit être prothrombotique, et pourtant la Nurses 'Health Study a démontré une augmentait considérablement le risque d'événements cardiovasculaires liés à ses fréquents use.1


Dr. Blanc: Quelles pourraient être les avantages d'un médicament comme le naproxcinod, qui délivre bienfaits anti-inflammatoires et un donneur de NO comme un seul molécule, versus naproxène et donnant un nitrate orale séparée?

Souhaitez-vous s'attendre à obtenir le même effet sur la tension artérielle?
Dr. Pepine: C'est une bonne question. NO les donateurs sont quelque peu la pression sanguine plus efficace d'agents de réduction que nous avons utilisées, et elles sont particulièrement efficaces pour réduire la pression artérielle systolique. Cependant, la tolérance est une question avec des nitrates et il peut entraîner une élévation de la pression artérielle. En fin de compte, je pense que études visant à évaluer l'administration simple d'un nitrate organique avec un anti-inflammatoire classique devra être menée.


Dr. Weber:
M. White, nous comprenons que faible dose d'aspirine a une activité antiplaquettaire mais aussi à des doses supérieures elle peut devenir pro-thrombotique. D'où vient le passage au numérique se produisent, et ce avons-nous appris sur la façon d'utiliser l'aspirine dans l'arthrite?

Dr White: Je crois que, avec de fortes doses de tout AINS (supérieure à l'équivalent de l'aspirine à 325 mg / jour) que vous avez à la question de l'équilibre des avantages par rapport aux risques. En outre, un problème particulier avec l'évaluation de l'aspirine dans la polyarthrite cliniques études est que les patients admis dans l'étude clinique qui ont été
prescrit l'aspirine à faible dose sont à haut ou très haut risque avant l'étude randomisation. Dans ces études, les patients prenant de l'aspirine, comparativement à par rapport à ceux qui n'utilisent pas d'aspirine, ont un 3 fois plus de risque de réactions indésirables
événements cardiovasculaires. Par conséquent, il est difficile de distinguer entre les
processus sous-jacents des maladies cardiovasculaires et les effets de certains médicaments utilisés pour un traitement dans ces essais cliniques. La prospective en cours
Randomized Evaluation de célécoxib vs Safety Integrated ibuprofène ou Naproxène (précision) d'essai est d'évaluer l'exposition à long terme pour célécoxib, le naproxène et l'ibuprofène chez les patients souffrant d'arthrite, et d'une valeur inestimable compte tenu de l'intention de stratifier pour l'utilisation d'aspirine à faible dose.


Question:
Dans l'étude de Salomon et coworkers2 qui a signalé le risque d'événements cardiovasculaires en fonction de la dose du célécoxib et stratifié par référence risque cardio-vasculaire, quel est l'âge qui a été utilisé pour déterminer base des risques?


Dr White: Les patients qui étaient âgés de> 75 ans sans facteurs de risque et d'autres ont été examinées à risque modéré. Notez que les essais à long terme qui ont été évaluées dans cette étude n'ont pas été effectuées dans les populations de l'arthrite, mais ont plutôt été menée chez des patients atteints de la maladie d'Alzheimer, avec des polypes du côlon progression, ou des patients dans d'autres types d'études de prévention du cancer, et ont été menées exclusivement contre placebo. À long terme tels les études contre placebo chez des patients souffrant d'arthrite ont pas été possible en raison à taux de retrait élevé dû à la douleur et le manque d'efficacité. En effet, Les essais à long terme en utilisant des sujets de l'aspirine à forte dose ou de l'acétaminophène comme groupes de contrôle serait également problematic.3


Dr. Pepine: Je pense que cela touche à une question importante:
diagnostiqué par un médecin de l'arthrite par rapport conjoint "douleurs" chez la personne âgée les personnes qui consomment des AINS. Beaucoup de personnes> 65 ans ont des douleurs et des douleurs mais qui n'ont pas été formellement diagnostiqué avec l'arthrite. Ces communes douleurs et courbatures sont problématiques dans la pratique cardio-vasculaires car ils agissent comme un obstacle à des améliorations recommandées dans le mode de vie qui incluent augmentation de l'activité physique. Ainsi, le besoin d'analgésiques fort n'est pas limitée aux patients atteints de polyarthrite diagnostiquée, mais comprendrait aussi la population de personnes âgées qui tentent simplement de rester actif.


Le Dr White: Merci pour ce commentaire. Je pense C'est un point extrêmement important. Douleur non traitée est contre-productif pour le genre de style de vie que beaucoup de médecine préventive de nos personnes âgées souffrant d'hypertension sous-jacentes veulent mener, et si nous devons arriver à une sorte de solution pour la gestion de leurs problèmes.


Question: M. White, dans votre analyse des données, vous avez montré que l'utilisation d'acétaminophène est associée à un risque accru d'accidents cardiovasculaires. Avez-vous pense que ces données sont suffisamment robustes pour nous de prévenir nos patients qui sont prenant de fortes doses d'acétaminophène lorsque toutes les rhumatologiques sociétés prônent l'augmentation des doses d'acétaminophène?


Le Dr White:
Non, je ne crois pas que les données avoir ce degré de robustesse. Je pense qu'ils constituent un important d'observation qui doivent être mieux évalués. En effet, nous savons effectivement très peu de choses sur les drogues douleur âgées, notamment l'acétaminophène. Le seul Si nous savons ce que nous faisons à propos naproxène et l'ibuprofène c'est parce qu'ils ont été utilisés comme agents de comparaison dans les études de la cyclooxygénase (COX) -2 inhibiteurs. Toutefois, nous comprenons très peu de médicaments comme indométhacine et l'acétaminophène, à l'exception de notre propre point de vue clinique ce qu'ils font pour la pression artérielle et la fonction rénale. La seule chose que nous savoir clairement au sujet de l'acétaminophène, c'est qu'il a très soigneusement étudié dose-phénomène hépatotoxicité connexes. Yat-il un sang de 24 heures pression des études à l'acétaminophène plus de 12 semaines? N o Y a t-il une
évaluation de l'impact de la drogue chez les patients de stade 3 chroniques maladie rénale? Non, nous ne pouvons pas assumer que l'acétaminophène est entièrement bénigne, parce que nous ne comprends pas très bien. Le épidémiologiques évaluation des Curhan et coworkers4 laisse certainement entendre, en particulier dans les femmes, que les mêmes risques existent pour l'acétaminophène rapport que pour la AINS qu'ils pourraient prendre. Ou bien, comme M. Weber a souligné, il mai être canaliser biais (la maladie sous-jacente), qui contribue aux les risques observés, ou il n'y mai une interaction médicament-maladie. Je voudrais pas d'actualisation des recommandations de l'American College of Rheumatology (ACR) ou l'American Geriatrics Society (AGS), à cette heure. Je ne crois que la recherche avec l'acétaminophène est justifiée. Toutefois, parce que le médicament est générique, les études à grande échelle des résultats sont pas susceptibles d'être réalisées.


Dr. Pepine:
Je partage tout ce que vous venez de dire sur l'acétaminophène. Je voudrais également faire remarquer que c'était la raison pour laquelle l'American Heart Association (AHA) déclaration de consensus de la gestion de l'arthrite chez les patients souffrant de maladies cardiovasculaires ne préconise pas seulement de l'acétaminophène, mais se compose d'autres thérapies suggérées, dont opioids.5 opioïdes mai même créer des problèmes dans la population âgée. Toutefois, nous devons être conscients que nous ne vient ne pas avoir toutes les informations pour l'acétaminophène.


Le Dr White:
Dr. Weber, quoi d'autre avons-nous besoin à comprendre au sujet du naproxcinod chez des patients présentant une hypertension artérielle?
Quelles autres études pensez-vous que nous devrions mener et quels types de patients pourrions-nous que ce soit prescrire, pour une fois qu'il est sur le marché aux États-Unis Etats?


Dr.
Weber: Je pense que le population de patients principaux seront les individus décrits précédemment: les après 60 ans qui se plaignent de douleurs musculaires et articulaires, qui n'ont pas nécessairement été donné un diagnostic officiel de l'arthrite, mais clairement ont des problèmes sous-jacents et qui vont avoir besoin de contrôle de la douleur chronique. Pour l'instant, nous ne pouvons garantir que le naproxcinod pourrait éviter d'éventuels effets indésirables cardio-vasculaires.

Tout ce que nous pouvons dire à ce jour est qu'il est l'air très différent de AINS régulière. Certes, les données sur l'absence d'un effet hypertenseur du naproxcinod sont compelling.6, 7, 8 L'autre attraction, bien sûr, est que le naproxcinod mai être une alternative viable à la COX-2 médicaments Au total, si nous pouvons confirmer l'innocuité relative de cette drogue de la gastro-intestinal point de vue. Encore une fois, les données sont très encourageants jusqu'à présent, tant dans models9 animale, 10 et dans humans.11, 12 Si nous ne pouvons confirmer ces études, je crois que le naproxcinod pourrait être un choix attrayant pour un grand nombre de patients qui présentent une douleur.


Dr. Blanc: Je vous remercie beaucoup pour cette analyse. Je tiens à exprimer ma gratitude à M. Weber et le Dr Pepine pour avoir participé à today.Author ce colloque très intéressant divulgations


Les auteurs qui ont contribué à cet article ont révélé ce qui suit industry relationships:
Carl J. Pepine, MD, a reçu de la recherche / de la subvention de soutien des Laboratoires Abbott, AstraZeneca, Baxter International Inc, Berlex Laboratories / Bayer HealthCare, Boehringer Ingelheim, Cardium Therapeutics, CV Therapeutics, Inc, Daiichi-Sankyo Co. Ltd, Eli Lilly and Company, Forest Laboratories, Inc, GlaxoSmithKline, Merck & Co. Inc, Novartis Pharmaceuticals Corp, Pfizer Inc, Reliant Pharmaceuticals, Inc, et sanofi-aventis.

Michael A. Weber, MD, est un membre du Bureau des conférenciers pour Boehringer Ingelheim, Bristol-Myers Squibb, Daiichi-Sankyo Co. Ltd, Forest Laboratories, Inc, GlaxoSmithKline, Novartis Pharmaceuticals Corp, et sanofi-aventis, et a travaillé comme consultant auprès de Boehringer Ingelheim, Bristol-Myers Squibb, Daiichi-Sankyo Co. Ltd, Forest Laboratories, Inc, Gilead Sciences, Inc, Novartis Pharmaceuticals Corp, et Takeda Pharmaceuticals North America, Inc

William B. White, MD, a travaillé comme consultant à Boehringer Ingelheim, NicOx SA, Takeda Global Research and Development Center, Inc, et Teva Neuroscience, Ltd, et a reçu de la recherche ou de subvention le soutien de Novartis Pharmaceuticals Corp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JeanCox



Nombre de messages : 1008
Age : 62
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Advisory comitee ou débat d'experts..il a débuté il y a 1 an déjà   Jeu 18 Mar - 22:06

Tu as raison, c'est tellement nul que ça en devient incompréhensible !


Dernière édition par JeanCox le Ven 19 Mar - 7:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benoit Maritan



Nombre de messages : 428
Age : 41
Localisation : Nouméa
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: Advisory comitee ou débat d'experts..il a débuté il y a 1 an déjà   Ven 19 Mar - 3:07

Olivier Guyonnet(nicoxyd) a écrit:
Dr. Weber: Je pense que la principale population est celle décrite précédemment: ceux qui dans leur soixantaine se plaignent de douleurs aux articulations, pour lesquels il n'a pas été forcément porté un diagnostique d'artrose, mais qui clairement ont des problèmes sous-jascents et qui vont avoir besoin d'un traitement chronique de la douleur. Actuellement, nous ne pouvons garantir que le naproxcinod éviterait de possibles effets secondaires cardio-vasculaires. Tout ce que nous pouvons dire à ce jour est qu'il apparaît très différent des habituels NSAIDs.
Il est certain que les données sur l'absence d'effet hypertensif du naproxcinod sont irréfutables. L'autre intérêt est que le naproxcinod peut être une alternative viable à l'ensemble des médicaments COX-2, si nous pouvons confirmer une relative sécurité d'emploi du point de vue gastro-intestinal. Là aussi, les données sont très encourageantes, tant chez l'animal que chez l'homme. Si nous pouvons confirmer ces études, je pense que le naproxcinod pourrait être un choix attrayant pour un grand nombre de patients présentant ces douleurs.


C'est très intéressant, mais ils émettent encore de sérieux doutes...
Est-ce que de nouvelles études sont venues répondre à ces doutes depuis?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mbm.nc
vinsse



Nombre de messages : 515
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Advisory comitee ou débat d'experts..il a débuté il y a 1 an déjà   Ven 19 Mar - 10:13

benoit n'oublies pas que cette publication est sortie en mai 2009 donc sur des résultats partiels 2008 et que 4 mois plus tard ,des données supplémentaires avaient été dépouillées pour donner l'article du journal de cardiology avec une conclusion qui elle laissait beaucoup moins de doutes

"Differences of 3 to 4 mm Hg in systolic BP
control in an older population of patients with hypertension
with vascular diseases randomly assigned to 2 antihypertensive
treatment groups (amlodipine vs valsartan) resulted in a
significant relative increase in cardiac events of 40% in the
less well controlled group (valsartan recipients) during the first
6 months of the trial.19 The present study demonstrated that
naproxcinod was less likely to destabilize the control of
systolic BP compared to naproxen (Figure 3) and behaved
in a similar fashion to placebo in the entire study group as
well as in patients treated with antihypertensive therapies
involving blockade of the RAS. This has important implications,
because most patients with hypertension are treated
with 1 of these agents in modern-day clinical practice.20
In conclusion, we would infer that the hypertensive burden
induced by traditional NSAIDs in patients with osteoarthritis
and hypertension could be reduced by an NO-donating
agent such as naproxcinod."

bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bagdraft



Nombre de messages : 419
Age : 52
Localisation : France
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: Advisory comitee ou débat d'experts..il a débuté il y a 1 an déjà   Ven 19 Mar - 13:11

>> merci Vinsse.. encore une fois..

«Les différences de 3 à 4 mm Hg de la PA systolique contrôlée dans une population plus âgée des patients atteints d'hypertension souffrant de maladies vasculaires assignés au hasard à 2 anti-hypertenseurs groupes de traitement (vs amlodipine valsartan) a entraîné une augmentation significative par rapport à des événements cardiaques de 40% dans les
moins bien contrôlés groupe (les bénéficiaires de valsartan) au cours du premier
6 mois de la trial.19

La présente étude a démontré que le naproxcinod était moins susceptible de déstabiliser le contrôle de PA systolique par rapport au naproxène (figure 3) et se comportait d'une manière similaire au placebo dans le groupe d'étude entière comme ainsi que chez les patients traités avec des thérapies anti-hypertenseurs impliquant blocus de la RAS. Cela a des conséquences importantes, parce que la plupart des patients hypertendus sont traités
avec 1 de ces agents dans des temps modernes cliniques practice.20

En conclusion, nous en déduisons que la charge de l'hypertension induits par les AINS classiques chez les patients souffrant d'arthrose et de l'hypertension pourrait être réduit par un donneur de NO agent tel que le naproxcinod.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Advisory comitee ou débat d'experts..il a débuté il y a 1 an déjà   Aujourd'hui à 23:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Advisory comitee ou débat d'experts..il a débuté il y a 1 an déjà
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Traders Expert avec 2,8 % per jour du lundi - vendredi
» Expert Portfolio - Expertportfolio.com : 1.5 à 2% par jour pendant 12semaines
» Questions aux experts
» Marie Capelle Lafarge ou les premiers experts
» #Recrutement #Experts #indépendants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMicale des COXiens :: Forum public :: Echanges sur NicOx-
Sauter vers: