AMicale des COXiens

Forum des actionnaires particuliers de NicOx
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Plein la tronche du célébrex... ça cause dans le poste..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bagdraft



Nombre de messages : 419
Age : 52
Localisation : France
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Plein la tronche du célébrex... ça cause dans le poste..   Sam 27 Fév - 11:34

bonjour à tous...

http://catavioxx.spaces.live.com/

Profil de desastrevioxx, célébrex, bextra....BlogListes Outils


vioxx, célébrex, bextra... > "Aucune douleur ne justifie un coxib"



Les coxibs ou inhibiteurs COX-2 sélectifs (anti-inflammatoires)

À quand le retrait du marché des coxibs ?
Prescrire 15 décembre 2009
Les coxibs
Les coxibs ou inhibiteurs COX-2 sélectifs sont une forme d'AINS qui ciblent directement la COX-2, une enzyme responsable des états inflammatoires et de la douleur
vioxx (rofécoxib) Merck

hypertension, crise cardiaque et accident vasculaire cérébral : 140000 crises cardiaques et 60000 morts Américains
140.000 Américains ont été blessés et autant que 50.000 Américains peuvent êtres mort après avoir pris VIOXX.
Merck savait ce qu'il faisait. Le New York Times a rapporté que dès 2000 ( quatre ans avant pour le retrait du Vioxx), Merck savait que le Vioxx allait tuer des gens.
le Dr David Graham dénonce le scandale du vioxx : 60 000 morts
La FDA est responsable de 140000 crises cardiaques et 60000 morts Américains.C'est un plus grand nombre de personnes qui ont étés tuées que dans la guerre du Vietnam.
des liens vioxx
liste
Scandale Vioxx : Merck a laissé mourir des dizaines de milliers de personnes
Merck, le laboratoire ayant commercialisé le Vioxx entre 1999 et 2004, n'a pas publié le résultat de ses recherches qui montraient dès 2001 que son médicament augmentait nettement le risque de crise cardiaque.
Safer Medicines video
vioxx : 300 000 crise cardiques et AVC dont de très nombreux morts.
justice et vioxx

Campagne pour obtenir justice pour les victimes du Vioxx
Égalité de traitement pour les non-US victimes du Vioxx
Vioxx: Merck a dû payer 4,85 milliards de dollars.
138.000 crises cardiaques et 55.000 décès estimés rien qu’aux Etats-Unis…
vioxx class action
VIOXX RECOURS COLLECTIF et POURSUITES JUDICIAIRES
justice, médecins et médicaments
Avocats, class action, condamnations...
CELEBREX - Célécoxib Pfister

Décembre 2004,CELEBREX / PFIZER : augmente également les risques d’accidents cardiovasculaires.
Pfizer annonce que son antiinflammatoire augmente également les risques d’accidents cardiovasculaires. De la même famille que le Vioxx (les coxibes), ce médicament était pourtant mis hors de cause, un mois plus tôt, par la firme....
Célécoxib (Celebrex°) : Aucune douleur ne justifie un coxib
les essais cliniques n'ont pas démontré d'efficacité du célécoxib supérieure à celle d'un AINS classique
Celebrex
ATTENTION: Si vous prenez actuellement les médicaments Celebrex, il est possible que vous risquiez de graves problèmes de santé, notamment la crise cardiaque et accident vasculaire cérébral
Pfizer, le fabricant de Celebrex (célécoxib), dirigeait des essais parrainés par le Gouvernement de prévention du cancer
les patients Prenant 400 mg à 800 mg de Celebrex par jour de l'ONU avaient 2,5 fois plus de risques de Problèmes cardiaques Important Que Ceux qui prenaient des placebos
l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) apporte les précisions suivantes
le risque de perforation gastro-intestinale, d'ulcère et d'hémorragie digestive est clairement mentionné dans le résumé des caractéristiques du CELEBREX®,
santé Canada
les patients prenant CELEBREX couraient un risque accru de subir des complications cardiovasculaires graves, mortelles ou non - 2,5 et 3,4 fois plus élevé, respectivement, par comparaison aux sujets recevant le placebo.
justice et celebrex

Recours collectif contre Pfizer sur Celebrex
Représentations trompeuses sur l’innocuité du médicament Celebrex L’Union des consommateurs intente un recours collectif contre Pfizer Canada
Celebrex Class Action Lawsuit
COX-2 inhibitor(analgésiques) sont soupçonnés causer des maladie cardiaque mortelle et peuvent agir en lançant Le processus de durcissement des artères
Celebrex Class Action Lawsuit (procès)
recherche
justice, médecins et médicaments
Avocats, class action, condamnations...
Bextra (valdécoxib) Pfister

La liste est vide.
justice et Bextra

Bextra Class Action Lawsuit
Prescrits pour le traitement des douleurs menstruelles aiguë et d'autres symptômes menstruels...Pfizer a annoncé le retrait de ce médicament du marché en avril 2005
Bextra : Les recours collectifs
la FDA a trouvé le Bextra si dangereux qu'elle a forcé Pfizer a le retirer.
Bextra Class Action Lawsuit
attaque cardiaque et avc
justice, médicaments et médecins
Avocats, class action, condamnations...
Syndromes de Lyell et de Stevens- Johnson (SJS) et vioxx, celebrex, bextra...

Le Syndrome de Stevens Johnson (SJS) et nécrolyse épidermique toxique (RTE) sont deux formes de la maladie de la peau qui peuvent causer une éruption cutanée, desquamation cutanée, et des lésions sur les muqueuses. Syndrome de Stevens Johnson est un immuno-complexe d'hypersensibilité médiée désordre qui peut être causé par de nombreux médicaments, les infections virales et les tumeurs malignes. Souvent, les médicaments qui causent l'apparition du syndrome de Stevens Johnson, comme le Bextra, ne disposait pas d'avertissements placés sur leurs étiquettes jusqu'à récemment. Les patients sans le savoir, ont pris ces médicaments dans de nombreux pays développés alors que le syndrome de Stevens Johnson est potentiellement mortel .
Il y a tellement d'adresses sur le sujet que je vous laisse le soin de chercher
recherche google
Syndromes de Lyell et de Stevens- Johnson
63 cas de SJS et TEN provoqués par l'usage Bextra; 43 cas de SJS et TEN causé par Celebrex, et, 17 cas de SJS et TEN causés par le Vioxx.
Syndromes de Lyell et de Stevens- Johnson
sulfamides (antibiotiques) pénicilline (antibiotiques) barbituriques (sédatifs) phénytoïne - Dilantin (anticonvulsivant) coxibs : vioxx, celebrex, bextra...
Les images de stevens-johnson
Syndrome de Stevens Johnson
coxibs et autres
Avimedi est un regroupement informel de victimes
- empoisonnement médicamenteux - syndrome de stevens johnson - syndrome de lyell
liens

danger médicaments
La parole aux victimes
justice, médecins et médicaments
avocats, class action, condamnations...
Non Aux Benzodiazépines (NAB)
"il est plus difficile de sevrer les personnes des benzodiazépines que de l'héroïne"
médecins : la critique
" La personne qui a le plus de probabilité de vous tuer n'est pas un parent ou un ami ou un agresseur ou un cambrioleur ou un conducteur ivre. La personne qui risque le plus probablement de vous tuer est votre docteur."
afssaps : « Le travail de l’agence est une comédie, tout est décidé en amont ! »
"une agence du médicament en coma dépassé"
Blog

27 février
vioxx

02:28 | Ajouter un commentaire | Lien permanent | Ajouter au blog | vioxx
18 décembre
Vioxx aurait dû être retiré du marché dès l’an 2000

Des chercheurs suisses prouvent que le Vioxx aurait dû être retiré du marché dès l’an 2000

PHARMA. Deux professeurs de médecine bernois révèlent de graves lacunes dans le traitement des résultats des études cliniques du médicament de Merck retiré du marché le 30 septembre 2004. Le produit aurait dû être interdit de vente il y a quatre ans. L’absence de réaction du géant américain et de l’autorité de contrôle américaine (FDA) pose de graves questions de fond.

«Il est vraiment difficile de comprendre pourquoi Merck n’a pas retiré du marché le rofecoxib (Vioxx) dès l’an 2000, ou au plus tard en l’an 2001», s’étonne Matthias Egger, professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’Institut de médecine sociale et préventive de l’Université de Berne. A la tête d’une petite équipe de six chercheurs, financée par des fonds du programme national de recherche sur les douleurs chroniques (PNR 53), Matthias Egger a lancé une petite bombe jeudi à Berne. Ces affirmations auront très certainement une influence sur l’avenir de Merck, dont le cours de l’action a déjà chuté de quelque 40%, et relancera la polémique autour du fonctionnement et de l’indépendance de la Food and Drug Administration (FDA), instance américaine de contrôle des médicaments.

L’affirmation de l’équipe de chercheurs bernois, étayée scientifiquement et publiée dans la prochaine édition du journal scientifique The Lancet, selon laquelle Merck a manifestement repoussé de quatre ans le retrait du médicament antidouleur Vioxx malgré des preuves évidentes de risques cardio-vasculaires, tombe au moment où des centaines de plaintes affluent auprès de l’entreprise pharmaceutique américaine. Certains analystes financiers estiment que l’affaire pourrait lui coûter entre 10 et 18 milliards de dollars.

Des pressions à l’interne

La FDA n’est pas non plus au-dessus de tout soupçon. Elle disposait en effet dès juin 2000 des résultats de l’étude clinique Vigor, qui montrait clairement le risque cardio-vasculaire engendré par Vioxx, comparé à la molécule naproxen, présente notamment dans Apranax, un antidouleur de Roche. Or la FDA s’est bornée, dès 2001, à exiger la modification de la notice d’emballage de Vioxx, sans exiger d’études complémentaires de sécurité.

Suite aux récentes révélations du Wall Street Journal sur des pressions internes subies par des scientifiques se méfiant du Vioxx au sein de la FDA, l’autorité de contrôle a publié il y a quelques jours sur son site internet une étude comparative, qu’elle n’assume pas, mais qui fait état de 27 785 cas d’infarctus du myocarde ou de crise cardiaque qui auraient pu être provoqués par la prise du médicament entre 1999 et 2003. Ce produit, qui a fait l’objet de campagnes de publicité directe aux Etats-Unis, avait atteint des ventes annuelles de 2,5 milliards de dollars. Il a été prescrit 105 millions de fois à 20 millions de personnes outre-Atlantique.

L’équipe de chercheurs bernois a effectué, avec un petit budget de moins de 100 000 francs, le travail qui aurait dû être réalisé par Merck et la FDA, soit la mise en relation et le contrôle minutieux de tous les résultats des études cliniques publiées; 83 études, sur 383, ont été retenues. Or, dès l’an 2000, le profil risque/bénéfice du médicament est devenu clairement négatif. L’étude, qui aurait dû mettre la puce à l’oreille aux experts, a été mal interprétée. Au lieu de conclure à l’effet cardio-vasculaire néfaste de Vioxx, notamment le risque d’infarctus du myocarde cinq fois plus élevé, ils ont expliqué la différence comparative par un simple effet positif de naproxen.

Les scientifiques bernois contredisent sur plusieurs points les affirmations de Merck, puisque le risque cardio-vasculaire, admis du bout des lèvres en septembre 2004, ne dépend en réalité ni du dosage du médicament, ni de sa durée d’utilisation. En outre, il apparaît clairement que les études cliniques financées par l’entreprise, utilisées pour faire approuver le médicament, font état de conclusions nettement plus favorables, de l’ordre de 30%, que celles financées de manière indépendante.

«Le fait de mettre rapidement à la disposition de tous les chercheurs intéressés les données de sécurité d’un médicament ne dispense évidemment pas les autorités de leur devoir de contrôle permanent des effets secondaires des médicaments», indique l’équipe bernoise dans l’article publié dans The Lancet. Elle recommande la poursuite d’études sur l’ensemble de cette catégorie de médicaments anti-inflammatoires (COX-2), mais admet ne pas pouvoir donner un avis pertinent sur les produits similaires à Vioxx, tels Celebrex et Bextra de l’entreprise Pfizer.

http://www.amge.ch/2004/11/05/des-chercheurs-prouvent-que-le-vioxx-aurait-du-etre-retire-d/
04:18 | Ajouter un commentaire | Lien permanent | Ajouter au blog | vioxx
Prescription For Disaster (Gary Null)

Prescription For Disaster (Gary Null)



02:42 | Ajouter un commentaire | Lien permanent | Ajouter au blog | vioxx
catavioxx

"L'affaire du vioxx a eu aussi un énorme retentissement en France, ou le ministre de la santé lui avait rmis lui-même solannellement, au sénat, le "prix médical de l'année" en 2002, et lui avait accordé un niveau de prix cinq fois supérieur à celui des anti-inflamatoire courants. Une étude de l'Agence Française du médicament (par enquêtes téléphoniques) concluait en outre, seule au monde, en mai 2004, à l'absence de risques cardiaques des Coxibs."

extrait de

La vérité sur les compagnies pharmaceutiques : Comment elles nous trompent et comment les contrecarrer
de dr Marcia Angell
02:17 | Ajouter un commentaire | Lien permanent | Ajouter au blog | vioxx
11 décembre
la catastrophe sanitaire du Vioxx
Le Vioxx : aussi grave que l’affaire du sang contaminé

Miracle : après Tchernobyl, la France épargnée par le Vioxx!

Le Vioxx, cet anti-inflammatoire prescrit dans l'arthrose aurait fait des dizaines de milliers de victimes aux États-Unis. Et en France ? Selon l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), notre pays aurait été miraculeusement épargné. Un peu comme quand le nuage de Tchernobyl s'est arrêté aux frontières...

Merci Sainte Geneviève !

Quelle est donc cette force divine qui préserve notre beau pays des catastrophes qui ravagent le monde ? Il y a 19 ans, le nuage parti de Tchernobyl, s'était, souvenons-nous-en, miraculeusement arrêté à l'aplomb même des frontières belges, allemandes, suisses et italiennes déversant opportunément ses scories radioactives chez nos voisins avant de poursuivre sa route, rose joufflu et propre comme un poupon sortant du bain, poussé par la brise parfumée du printemps.

Eh bien, mes chers internautes, le miracle s'est reproduit ! La bonne fée qui veille sur la France a remis ça. Cette fois, nous lui devons d'avoir été totalement épargnés par la catastrophe sanitaire du Vioxx. Le Vioxx, ou rofecoxib, c'est ce médicament anti-inflammatoire de l'arthrose et de l'arthrite que le laboratoire Merck a retiré du marché le 30 septembre 2004 pour cause d'infarctus et de morts subites en série. Si l'on en croit les estimations de la Food and Drug Administration, le Vioxx n'a pas fait dans le détail : 88 000 à 139 000 accidents graves rien que pour les États-Unis, comme France-Inter l'a rapporté brièvement le 25 janvier 2005 dans son journal de la mi-journée. Et en France ? Pas plus France-Inter que France 2, qui a consacré une émission au Vioxx... aux États-Unis, ne se pose la question. Car en France, le Vioxx, pourtant prescrit neuf millions de fois, n'a quasiment pas fait de victimes. Merci Sainte Geneviève. Les mêmes conditions de prescription qu'aux États-Unis.

Ce n'est pas sur France-Inter ou sur France 2 que les autorités sanitaires françaises sont accusées de lenteur ou d'incompétence. C'est dans le Lancet, la revue médicale britannique, qui n'est pas forcément lu par vos voisins de palier. Dommage. Car dans le Lancet, Peter Jüni écrit "qu'une augmentation du risque d'infarctus du myocarde était évidente à partir de 2000. À la fin de l'année 2000, cet effet était substantiel, et il était peu probable qu'il fût dû au hasard." Jüni reproche donc aux agences sanitaires de n'avoir pas fait leur travail.

http://www.lanutrition.fr/Miracle-apr%C3%A8s-Tchernobyl-la-France-%C3%A9pargn%C3%A9e-par-le-Vioxx-a-707-142.html
00:49 | Ajouter un commentaire | Lien permanent | Ajouter au blog | vioxx
10 décembre
vioxx
http://www.amessi.org/La-merveilleuse-histoire-du-VIOXX
La merveilleuse histoire du VIOXX
jeudi 1er septembre 2005
par Grainede Ble
popularité : 1%

« Nous essayons de ne jamais oublier que les médicaments existent pour les gens. Pas pour les profits. Les profits suivent, et si nous nous en sommes bien souvenu, ils n’ont jamais manqué d’apparaître. Plus nous nous en sommes souvenus, plus les profits ont été conséquents. » George W. Merck II (1935) [ Déclaration en langage secret ?]

La merveilleuse histoire du VIOXX

Section « VIOXX : 2004, le premier tsunami » du chapitre 6 « Gouvernement et Industrie » du livre « Au nom de la science » de Andew Goliszek et Thierry Souccar.

C’est le plus grand scandale de l’histoire des médicaments. Pendant cin ans, le laboratoire américain Merck n’a pas dit la vérité sur l’innocuité de son anti-inflammatoire miracle, le VIOXX (rofécoxib). L’enjeu : les deux milliards et demi de dollars annuels que lui rapportait le médicament. Des autorités sanitaires létargiques ont fermé les yeux sur les preuves alarmantes qui s’accumulaient. Mais le 28 septembre 2004, acculé par les révélations de chercheurs indépendants qui se multipliaient, Merck est contraint de retirer le VIOXX du marché.

Aux USA la Food and Drug Administration (FDA) est violemment critiquée pour ne pas avoir réagi plus tôt. Mais en France, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) est étrangement épargnée.

En réalité l’affaire du VIOXX pose une nouvelle fois le problème de la police sanitaire, de ses incapacités à prévenir les crises et, comme le dit le Pr Bernard Debré, « la délicate question de l’indépendance des autorités de tutelle vis-à-vis du contexte économique et social que représente l’industrie pharmaceutique. Cette indépendance est un leurre ».

Après le crash du VIOXX, c’est maintenant l’heure des comptes. Chez Merck, on sort les calculettes : trene milliards de dollars évaporés en un jour sur le marché des actions. Aux USA, les épidémiologistes tentent de chiffrer le nombre de victimes en unités d’infarctus et d’arrêts cardiaques. On en annonce vingt-huit mille, puis cinquante mille, puis quatre-vingt-dix mille, puis cent quarante mille. Un décompte de tsunami. Six cent mille plaintes sont attendues par la justice américaine. Une commission d’enquête sénatoriale a déjà commencé ses auditions pour comprendre comment on en est arrivé là.

En France, une commission d’enquête était certe réclamée en janvier 2005 tant par les députés de la majorité que de l’opposition, mais au moment où ce livre est achevé, on en était encore aux palabres ...

Aprtès le retrait du VIOXX, les responsables de l’AFSSAPS se sont répandus dans les médias pour expliquer que la France n’est pas les USA, que les conditions de prescriptions y étaient différentes, avec des doses plus faibles et des durées plus courtes, que les autorités y ont été plus vigilantes et que l’on doit s’attendre à peu d’effets secondaires.

Hélas ! Comme on va le voir, ce discours ne résiste pas à l’examen des faits : Si la FDA a tergiversé, l’AFSSAPS n’a même pas vu venir la catastrophe. Alors que la traditionnelle transparence des débats permet aux USA de retracer le périmètre de la catastrophe et, surtout, d’évaluer à plusieurs dizaines de milliers le nombre de victimes, la tradition française du secret ne permettra certainement jamais de savoir ce qui s’est réellement passé chez nous. Le chiffre de « quelques centaines » de victimes évoqué par les autorités en janvier 2005 est vraisemblablement très en deçà des la réalité.

Les victimes du VIOXX, si elles survivent, pourront toujours demander à l’AFSSAPS pourquoi elle a avalé avec une singulière complaisance les affirmations que lui distillait le laboratoire Merck, jusqu’à les reprendre parfois à son compte. Pourquoi elle a fait preuve d’une si longue atonie devant les indices qui s’accumulaient. Car une catastrophe sanitaire comme celle du VIOXX, ce n’est finalement pas comme un tsunami. Il y a, des années plus tôt, des signes avant-coureurs, comme le montre l’histoire française de ce médicament, que nous avons reconstituée.

La merveilleuse histoire du VIOXX

Au moment où commence notre histoire, il existe sur le marché plusieurs médicaments concurrents du VIOXX, mais ils sont anciens, comme le diclofénac ou l’ibuprofène qui, eux, appartiennent à la classe anti-inflammatoires non-stéroïdiens.

Le VIOXX et son concurrent le CELEBREX sont les navires amiraux d’une nouvelle famille d’anti-inflammatoires, les coxibs, qui doit révolutionner le traitement de l’arthrose.

Un chercheur s’inquiète

En 1997, soit trois ans avant la commercialisation du CELEBREX et du VIOXX, le Dr John Schmedje (université du Texas, Galveston) a pressenti que le mécanisme d’action de ces nouveaux anti-inflammatoires portait en lui le risque d’accidents cardiovasculaires.

Premier drapeau rouge

Le 23 novembre 1999, le VIOXX (rofécoxib) de Merck, reçoit une AMM européenne, qui fait suite à l’autorisation de mise sur le marché américaine qu’a délivré la FDA le 21 mai. Il est commercialisé en France en mai 2000 à la dose maximum de 25mg/j, avec pour indication le « soulagement des symptômes dans le traitement de l’arthrose chez l’adulte ». Son concurrent, le CELEBREX (celecoxib) de Pfizer, reçoit son AMM le même mois et entre en officine en novembre 2000.

Pourtant, ni le CELEBREX ni le VIOXX n’ont, dans les études cliniques soumises par leurs fabricants aux agences sanitaires, fait mieux que les médicaments existants à l’époque. Pourquoi alors leur accorder une AMM ? Parce que les experts européens et ceux de l’AFSSAPS sont convaincus que ces nouveaux anti-inflammatoires entraînent moins d’effets indésirables digestifs « graves » que les anti-inflammatoires existants.

Pour persuader les experts des autorités sanitaires que leurs médicaments épargnent les muqueuses de l’estomac, chaque laboratoire a en effet mis sur pied une étude spécifique.

Merck a soumis dès 1999 à la FDA et aux agences européennes les résultats d’une étude baptisée VIGOR qui démontre que le VIOXX est moins toxique pour l’estomac qu’un autre anti-inflammatoire, le naproxène. (L’étude qui ne sera publiée que le 23 novembre 2000 dans un journal médical était signée de treize médecins et chercheurs. Parmi eux, onze avaient des liens financiers avec Merck. Les deux restants étaient directement salariés du laboratoire.)

L’étude VIGOR, si elle rapporte effectivement moins de complications digestives avec le VIOXX, révèle cependant un fait troublant : il y a quatre fois plus d’infarctus dans le groupe ayant pris le nouveau médicament ! Comment les agences ont-elles réagi à ces nouvelles inquiétantes ?

A la FDA, Shari Targum, qui dirige le département des médicaments anti-inflammatoires, rédige le 18 novembre 1999 un mémo dans lequel elle fait état de ses inquiétudes à propos « des décès et des événements cardiovasculaires en excès dans le groupe 1 [celui du VIOXX] par rapport au groupe B [celui du naproxène] ». C’est le premier drapeau rouge agité dans ce dossier.

Rien n’indique qu’en France l’AFSSAPS se soit à ce moment inquiétée du risque cardiovasculaire rapporté par l’étude VIGOR. Peut-être croit-elle que le dosage de 50 mg/j utilisé dans cette étude ne la concerne pas ?

A la fin de l’année 2000, les autorités sanitaires avaient connaissance des résultats de l’étude sur le VIOXX portant sur 20 742 personnes. Ces études montraient déjà qu’une personne qui prend du VIOXX voit son risque d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral multiplié par 2,3 par rapport à quelqu’un qui n’en prend pas.

Février 2001 : la vérité

Le 8 février 2001, soit près de deux ans après avoir eu vent des problèmes cardiovasculaires de l’étude VIGOR, la FDA se décide à réunir son commité d’experts sur l’arthrose. A l’ordre du jour : l’examen minutieux des données de VIGOR. Et là, surprise ! Les limiers de la FDA découvrent que les accidents cardiovasculaires du groupe qui prenait le VIOXX ont été minorés. En réalité il y a beaucoup plus d’événements cardiovasculaires que ceux qui ont été rapportés : cinq fois au lieu de quatre fois plus ! Et ils apparaissent dès le premier mois de prise.

En France, aucun communiqué, aucune mise en garde de l’AFSSAPS aux médecins et aux pharmaciens n’accompagne les « redressements » opérés par la FDA en février.

Merck conforté par l’AFSSAPS

Alerté par les graves indices de l’étude VIGOR, le Dr Eric Topol, un cardiologue américain de la Clinique Cleveland (Ohio) et son équipe publient le 22 août 2001, dans le Journal of the American Medical Association, une étude sur le risque cardiovasculaire lié à la prise de VIOXX et de CELEBREX.

Pour le VIOX, Topol et son groupe ont utilisé les données réelles de l’étude VIGOR, telles que la FDA les a corrigées. Ils y ont rajouté les résultats de deux autres études sur le VIOXX qui avaient été soumises par Merck aux agences sanitaires. L’étude n° 85 et l’étude n° 90 portaient sur un total de 2020 patients qui avaient pris soit du VIOXX, soit un placebo.

Pris collectivement, tous ces résultats confirment ce que l’on présentait, à savoir que le taux d’infarctus sont significativement plus élevés avec le VIOXX qu’avec un placebo. Ce n’est plus un drapeau rouge, c’est une fusée éclairante qui vient d’être tirée.

Le Dr Topol conclut ainsi son analyse : « Les données disponibles conduisent à tirer la sonnette d’alarme pour ce qui est du risque cardiovasculaire avec le coxibs. » Il ajoute : « Il est indispensable qu’une étude soit conduite pour évaluer de manière spécifique le risque cardiovasculaire de ces médicaments. »

En 2005, après le retrait du VIOXX, l’AFSSAPS tentera de se dédouaner de ses responsabilités en prétendant que les conditions de prescription en France (25 mg/j) mettaient les patients à l’abri de tous problème. Faux, car avec cette publication, une étape dans la connaissance du vrai visage du VIOXX a été franchie. Eric Topol vient de montrer que c’est toute la gamme des dosages du médicament qui est désormais suspecte.

Merck a d’abord tenté d’obtenir le retrait de cette étude ou de ses conclusions sévères en rencontrant Eric Topol avant la publication. Mais Topol reste inflexible. Alors le laboratoire réagit en réunissant ... son service marketing. Une question lui est posée : comment minimiser les effets indésirables du VIOXX qui commencent à émouvoir les professionnels de santé ? Le marketing de Merck trouve la parade. Ce n’est pas, explique-t-on chez Merck, que le VIOXX provoque plus d’infarctus que le naproxène auquel il était comparé dans l’étude VIGOR, c’est que le naproxène fluidifie le sang, donc diminue le risque d’infarctus ! Il fallait y penser.

Il s’agit bien sûr d’une explication montée de toutes pièces, qui ne repose sur aucune réalité scientifique. Mais armé d’une hypothèse plausible, Merck peut faire donner l’artillerie lourde. Des communiqués de presse assurent de « la sécurité cardiovasculaire du VIOXX. » Des professeurs de médecine, les fameux « leaders d’opinion » au service de Merck, écrivent aux journaux médicaux et infiltrent les congrès médicaux. Ils y reprennent en boucle l’argument imaginé par le service marketing du laboratoire pour expliquer le risque cardiovasculaire mis en évidence dans l’étude VIGOR avec le VIOXX. Et ça marche !

C’est ce moment que choisit notre agence nationale, l’AFSSAPS, pour réagir à la sonnette d’alarme tirée par Eric Topol. Va-t-elle, comme le demande Topol, exiger une étude sur les effets indésirables du VIOXX ? Va-t-elle retirer ou sévèrement restreindre l’usage du VIOXX comme elle en a les moyens et comme il lui arrive de la faire sans état d’âme pour les substances naturelles ( http://www.onnouscachetout.com/foru... Voir ici) ? Le 24 août 2001, deux jours après le cri d’alarme d’Eric Topol, l’AFSSAPS publie un communiqué de presse sur le risque cardiovasculaire du VIOXX et du CELEBREX.

C’est un satisfecit décerné à Merck.

L’AFSSAPS y critique le travail de Topol, accusé de comporter « différentes faiblesses méthodologiques ». Pour expliquer l’excès d’infarctus des patients qui prenaient du VIOXX, l’AFSSAPS assure que « cette différence serait liée à l’action antigrégante plaquettaire (fluidité sanguine) du naproxène que ne possède pas le rofécoxib ». C’est l’explication inventée par le marketing de Merck !

Il y a pourtant une autre hypothèse, bien plus logique : celle d’un effet indésirable du VIOXX. Mais l’AFSSAPS ne l’évoque à aucun moment. Conclusion de l’agence française : le travail publié par Topol « ne contient pas de données nouvelles « et « les effets indésirables de ces médicaments font l’objet d’une surveillance particulière depuis leur commercialisation ».

Septembre 2001 : le coup de sang de la FDA

A l’inverse, aux USA, la FDA n’a pas gobé le scénario imaginé par Merck. Et au contraire de l’agence française, elle durcit le ton.

L’agence américaine adresse le 17 septembre 2001 un courrier incendiaire à Merck. Elle l’y accuse de présenter « de manière sélective » l’explication hypothétique selon laquelle le naproxène préviendrait les accidents cardiovasculaires, et ce afin de faire apparaître les taux d’accidents provoqués par le VIOXX « artificiellement gonflés ». La FDA rappelle à Merck qu’il n’existe aucune étude pour soutenir cette affirmation. Elle exige du fabricant qu’il cesse immédiatement de présenter cette version des faits et qu’il adresse une lettre de mise au point à tous les médecins et pharmaciens devant il a développé cet argumentaire depuis mai 2001. Devant la colère de l’agence, le laboratoire recule : « Nous avons vu le problème, explique un porte-parole. Nous l’avons corrigé rapidement. » Peu de temps après, en effet, un courrier évoquant de possibles effets indésirables cardiovasculaires liés au VIOXX est adressé par Merck à cent médecins et deux mille pharmaciens.

A la fin de l’année 2001, cinquante-huit plaintes ont été déposées par des patients américains contre le VIOXX. En cause : des infarctus et plusieurs décès.

Décembre 2001 : des chercheurs s’émeuvent

Au moment où l’AFSSAPS reprenait à son compte les arguments de Merck pour expliquer les résultats de l’étude VIGOR, le Dr Peter Jüni (Berne, Suisse) adressait une lettre au journal Archives Of Internal Medecine. Publiée le 9 décembre, elle démontre, chiffres à l’appui, que l’argument selon lequel le naproxène protègerait le cœur ne peut à lui seul expliquer les infarctus relevés avec le VIOXX. Jüni, comme Topol, réclame une ré-analyse des données recueillies avec le VIOXX par des chercheurs indépendants.

A la fin de 2001, les autorités sanitaires avaient connaissance des résultats d’étude sur le VIOXX portant sur 21 432 patients. Ces études montraient qu’une personne qui prend du VIOXX voit son risque d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral multiplié par 2,24 par rapport à quelqu’un qui n’en prend pas.

2002 : le sacre du VIOXX

Dès son lancement en 2000, le CELEBREX, premier anti-COX2 remboursé, a été adopté par 80% des rhumatologues prescripteurs d’anti-inflammatoires. En janvier 2001, il représentait 15% de ces prescriptions. Un an après, confrontés par le soutien de l’AFSSAPS, CELEBREX et VIOXX sont prescrits dans 43% des cas de polyarthrose, 36% des cas d’arthrose périphérique et 30% des cas d’arthrose vertébrale, et même 12% des cas de lombalgies (alors qu’ils ne sont pas indiqués pour cela).

On estime que un million quatre-vingt-huit mille patients ont pris du VIOXX entre juillet 2001 et juin 2002, et deux millions deux cent seize mille patients du CELEBREX entre janvier 2001 et décembre 2002.

Le coût pour la collectivité suit la même pente. Les laboratoires qui vendent le VIOXX et le CELEBREX ont obtenu du Comité économique des produits de santé (Ceps) des prix de vente très élevés. Cette faveur est normalement accordée aux produits très efficaces. Dans la négociation, le Ceps avait imposé que le prix du VIOXX baisse à partir de début 2003, comme l’indique le Journal Officiel du 3 juillet 2001. Mais un avis paru au Journal Officiel du 3 janvier 2003 annulera la baisse de prix programmée pour le VIOXX !

Le prix du CELEBREX ne baissera, lui, qu’en juillet 2004. Encore cette baisse sera minime.

Les deux médicaments étant remboursés à 65%, la Caisse nationale d’assurance maladie a déboursé, en 2001, 125 millions d’euros pour le CELEBREX (troisième place des dépenses en médicaments) et 29 millions d’euros pour le VIOXX. Soit près de 155 millions d’euros. En 2002, la note est encore plus salée : 225 millions d’euros pour les deux médicaments.

Du 12 au 15 mars 2002, le salon du Medec, rendez-vous annuel de la formation des médecins généralistes, présente une conférence sur la rhumatologie. Trois grands professeurs français viennent y expliquer tout le bien qu’ils pensent des nouveaux anti-inflammatoires, et notamment du VIOXX. La conférence a été « parrainée » par Merck. Le Pr René-Marc Flipo (hopital Roger-Salengro, Lille) se voit confier une tâche délicate, celle de présenter la « tolérance » du VIOXX. Le Pr Flipo, qui est aussi rapporteur auprès de la Commission de la transparence - chargée de fixer le prix et le niveau de remboursement des médicaments - rassure les généralistes venus l’écouter : « Concernant les quatre accidents thrombotiques décrits dans la littérature, ils sont survenus chez des femmes à très haut risque sans prévention, insiste le Pr Flipo. Quand on reprend les banques de données sur le rofécoxib, on ne retrouve aucune différence significative. » Ainsi rassérénés, les participants au Medec sont invités à élire « le médicament de l’année ». Ils plébiscitent joyeusement ... le VIOXX ! En septembre, Merck reçoit le prix dans les salons du Sénat et en présence d’un ministre.

Le 11 avril, une étude publiée dans le journal Science dévoile le mécanisme par lequel les nouveaux anti-inflammatoires comme le VIOXX augmentent le risque cardiovasculaire.

Le 19 avril, alors que deux nouvelles analyses publiées aux USA donnent du poids aux craintes d’Eric Topol, la FDA demande à Merck de mettre spécifiquement en garde les utilisateurs de VIOXX sur le risque d’accident cardiovasculaire.

Le 22 juillet 2002, l’AFSSAPS publie un nouveau communiqué sur les anti-inflammatoires. En réussissant l’exploit de ne rien dire sur les risques cardiovasculaires du VIOXX.

Evoquant les « complications digestives » attribuées au CELEBREX et révélées quelques semaines plus tôt par un journal médical (lire l’encadré), l’AFSSAPS indique avoir saisi la Commission de la transparence afin de réévaluer le « service médical rendu » du VIOXX et du CELEBREX : en clair il s’agit simplement de réexaminer le prix de ces médicaments et leurs modalités de remboursement. (En fait, il faudra attendre deux ans pour que la Commission de la transparence reconnaisse que, par rapport aux anti-inflammatoires classiques, « la meilleure tolérance digestive est minime ».)

L’AFSSAPS ouvre parallèlement le parapluie de l’Agence européenne du médicament (Emea) en lui demandant une réévaluation européenne bénéfice-risque de ces médicaments. Et les mois passent.

En octobre 2002, une étude publiée dans le Lancet trouve que les utilisateurs de VIOXX à dose élévée ont un risque de maladie coronarienne multiplié par 1,7 par rapport aux non-utilisateurs. Pour les nouveaux utilisateurs, le risque est presque multiplié par deux.

Ce même mois, le Dr Eric Topol publie un nouvel article alarmant sur le risque cardiovasculaire attaché à la prise de coxibs et renouvelle sa demande aux agences sanitaires « d’une étude contrôlée pour évaluer la sécurité cardiovasculaire de ces médicaments ». Sans susciter de réaction du côté de l’AFSSAPS.

Une étude CLASS

Le fabricant de CELEBREX a publié en 2000 les résultats d’une étude baptisée CLASS, qui montre que sa molécule occasionne moins d’’lcères à l’estomac que les anti-inflammatoires classiques.

Le 1er juin 2002, un éditorial du British Medical Journal accuse Pfizer, le fabricant du CELEBREX, d’avoir falsifié les résultats de l’étude CLASS. Les données rassurantes de l’étude CLASS ne portaient que sur les six premiers mois de deux études en réalité distinctes. L’une des études avait duré quinze mois ; l’autre un an. En se ne rapportant que les résultats des six premiers mois alors qu’ils disposaient des résultats définitifs, les invistigateurs et le laboratoire avaient manifestement manipulé l’information. Et on comprend pourquoi : la plupart des effets indésirables enregistrés après les six premiers mois concernaient le groupe qui avait pris le CELEBREX. En fait, à l’issue des deux études complètes, on relevait autant d’ulcères compliquées de perforation, saignement ou sténose avec les trois médicaments. Donc aucun avantage réel du CELEBREX, comme le proclamait jusqu’ici le fabricant.

Ecrit par : José K. hier, 07:46 AM

QUOTE(Gascon @ Aug 29 2005, 03:36 PM) [b]Pour les victimes du VIOXX,

Tant que nous y sommes, voici l’adresse de l’UNADFI pour toutes les victimes des sectes qui proposent des régimes imbéciles et dangereux, des jeûnes au végétalisme le plus extrême, celles qui proposent des thérapies plus bidons les unes que les autres et celles qui profitent du malheur et de la détresse des gens pour leur vendre des poduits plus ou moins dangereux : UNADFI 130 rue de Clignancourt, 75018 Paris

Parmi les sectes proposant des régimes alimentaires irrationnels et autres techniques dangereuses pour la santé de leurs adeptes, on trouve : Eccovie Enfants Indigo Eglise Universelle du Royaume de Dieu Gurdjieff Kinésiologie Mahikari Hamer and co Reiki Soka Gakkaï Témoins de Jehovah

Si vous connaissez des adeptes de ces sectes, vous pouvez essayer de les aider en les adressant à leur http://www.unadfi.com/contact/.

Ecrit par : Gascon hier, 03:15 PM

Suite du premier post

du chapitre 6 « Gouvernement et Industrie » du livre « Au nom de la science » de Andew Goliszek et Thierry Souccar.

2003 : gros sous et nouvelles inquiétantes

Le 26 octobre, le Dr Daniel Solomon (Brigham & Women’s Hospita, Boston) intervient lors du 66eme congrès annuel de l’American College of Rheumatology à Orlando en Floride. Il y présente les résultats d’une étude sponsorisée par Merck sur 54 475 personnes qui montre que le VIOXX augmente de 24% le risque d’infarctus par rapport à son concurrent CELEBREX. Le risque est encore plus élevé dans le premier mois : +39%. Entre le trentième et le quatre-vingt-dixième jour, le risque est augmenté de 37% avec le VIOXX. Le Dr Salomon déclare lors de sa conférence : « Les coxibs sont devenus les traitements les plus courants de l’arthrose. Il est important que les médecins et les patients notent que le VIOXX augmente le risque d’infarctus dans cette étude et que son usage doit être jaugé par rapport à ce risque potentiel. »

Cette année-là, les ventes mondiales de VIOXX et de CELEBREX ont dépassé 6,6 milliards de dollars.

2004 le rideau tombe

En avril 2004, l’Agence européenne du médicament admet que les coxibs ne sont pas moins dangereux pour le tube digestif que les anti-inflammatoires non stéroïdiens classiques. L’Agence spécifie qu’ils entraînent probablement un risque cardiovasculaire plus élevé. Si ces médicaments n’ont pas plus d’intérêt que leurs prédécesseurs et qu’ils sont potentiellement dangereux, il paraît logique de ne plus les prescrire. Mais ni l’Agence Européenne ni l’AFSSAPS ne demandent le retrait de leur AMM, se contentant de nouvelles mises en garde.

Le même mois, Merck annonce que les ventes mondiales de VIOXX ont atteint 660 millions de dollars au premier trimestre, en hausse de 30% par rapport au premier trimestre 2003.

En juin, l’une des principales mutuelles de soins privéeé des USA émet un avis sévère sur la prescription de VIOXX et de CELEBREX. Express Scrips Inc., auprès de laquelle cinquante millions d’américains sont assurés, recommande aux médecins de « placer ces médicaments en queue de la liste des options thérapeutique, la première place étant réservée aux médicaments OTC comme l’aspirine et l’Ubuprofène ou aux versions génériques de médicaments comme le naproxène. Seule l’apparition d’effets secondaire ou l’échec du traitement doivent conduire les médecins à prescrire le VIOXX, le CELEBREX et les autres molécules de la même famille. »

Express Scripts Inc. n’est pas une agence sanitaire, mais son rôle dans le système de santé américain est capital. Express Scripts Inc. a donc pris ses responsabilités.

Une attitude qui contraste avec celle des agences européennes. Le même mois, en effet, les autorités européennes rendent leur verdict sur le rapport bénéfice-risque des coxibs. Il est entièrement repris à son compte le 1er juillet 2004 par l’AFSSAPS : « La sécurité d’emploi des coxibs, affirme l’agence française, n’est pas remise en cause dans les indications qui ont été approuvées par l’AMM. » L’AFSSAPS précise ainsi qu’il « est nécessaire de renforcer les mises en garde et les précautions. » Les coxibils sont contre-indiqués en cas d’ulcère ou de saignement de l’intestin, de maladie grave du foie, des reins, d’insuffisance cardiaque sévère, d’allergie. C’est le dernier avis avant le désastre.

L’AFSSAPS sait-elle que la FDA a financé une étude pour sonder le dossier médical d’un million quatre cent mille assurés californiens, à la recherche d’infarctus et d’accidents vasculaires cérébraux survenus entre 1999 et 2001 ?

Le mardi 24 août 2004, en dépit de l’opposition de ses supérieurs à une telle démarche, le Dr David Graham, du bureau de pharmacovigilance de la FDA, prend l’avion pour se rendre à Bordeaux où se tient la réunion annuelle de la Société internationnale de pharmacovigilance. Dans sa serviette, une véritable bombe qu’il fera exploser le lendemain : les résultats de l’étude californienne. Que dit-elle ? Elle prouve que la prise de VIOXX à dose élevée multiplie par plus de trois le risque d’infarctus et la mort subite par rapport au CELEBREX. Et même à dose faible (les doses pratiquées en France), ce risque est multiplié par un et demi. L’AFSSAPS reste muette.

Le 26 août 2004, devant les remous suscités par les révélations du Dr Graham, Merck publie un communiqué de presse surréaliste : « Le laboratoire Merck confirme l’efficacité et la sécurité, en particulier cardiovasculaire, du VIOXX. »

En réalité, derrière son communiqué bravache, Merck est déjà en train de préparer un enterrement de première classe à son médicament vedette. Les dirigeants ont entre les mains les résultats intermédiaires d’une autre étude qu’ils ont financée avec l’Institut national du cancer des USA pour savoir si le VIOXX prévient la réapparition de polypes du colon. L’étude devait durer trois ans. Mais après seulement dix-huit mois, le groupe qui reçoit le VIOXX a connu deux fois plus d’infarctus que le groupe placebo. Le 27 septembre 2004, les dirigeants de Merck font savoir aux agences sanitaires embarrassées qu’ils jettent l’éponge : le VIOXX va être retiré du marché. Le 30 septembre, c’est chose faite.

Le 7 octobre 2004, l’Agence européenne du médicament a annoncé qu’elle allait procéder à une nouvelle évaluation des coxibs pour savoir s’ils augmentent le risque cardiovasculaire. Après tout, il ne s’est guère passé que cinq ans depuis la communication des premières études inquiétantes ...

La FDA est aujourd’hui accusée outre-Atlantique d’avoir failli à sa mission. Trop de lenteur, trop d’atermoiements. Même les médecins français s’y mettent ! Le 17 décembre, sur France 2, l’émission Complément d’enquête se penchait sur le VIOXX et ses remous ... aux USA. Et la France ? Invité sur le plateau, l’adjointe au directeur de l’AFSSAPS est venue expliquer que chez nous, en raison de la vigilance des autorités, l’affaire du VIOXX était une non-affaire. Les arguments de l’AFSSAPS sont connus.

Le premier porte sur les doses : contrairement aux USA, où le VIOXX est prescrit à la dose dangereuse de 50 mg/j, les doses en France ne dépassaient pas 25 mg/j. D’où, assure-t-on à l’AFSSAPS, une bien meilleure protection des patients français par rapport aux patients américains. En réalité, plus de 80% des prescriptions américaines ont porté sur les mêmes doses qu’en France. En Californie, 93% des ordonnances étaient identiques aux ordonnances françaises. Selon une analyse publiée en décembre 2004 dans Lancet, il n’y a d’ailleurs pas de preuve que les doses de VIOXX inférieurs ou égales à 25 mg/j, comme c’est le cas en France, afssent courir un risque plus faible que les doses élevées.

L’AFSSAPS laisse aussi entendre que le VIOXX n’est dangereux que lors d’une prise au long cours. Selon l’agence, le médicament était prescrit en France pour de courtes durées, au contraire des USA. En réalité, les patients américains ont pris le VIOXX en moyenne pendant trois mois, ce qui n’est pas particulièrement long. En France, une enquête téléphonique certes rapide auprès de trente et une pharmacies, et douze médecins, réalisée pour ce livre, laisse penser qu’un grand nombre d’ordonnances portaient sur « six mois renouvelables ». Plusieurs patients français ont pris le VIOXX pendant des années. Il ne semble donc pas que les américains aient pris le VIOXX beaucoup plus longtemps que les français. Quoi qu’il en soit, même sur une durée courte, le VIOXX présenterait un risque.

Sur la base d’une étude auprès de 1 394 764 patients californiens suivis entre le 1er janvier 1999 et le 31 décembre 2001 (dont 26 748 ayant pris du VIOXX), le Dr David Graham a estimé qu’aux USA, le VIOXX a pu être responsable de 88 000 à 139 000 infarctus et morts subites, dont la majorité (53%) provoquée par les doses en vigueur en France.

En France, L’AFSSAPS rassure en annonçant que « quelques centaines d’accidents graves » seulement auraient été rapportés. C’est oublier un peu vite qu’une fraction seulement (certains auteurs disent 1 à 2%) des effets indésirables est signalée aux autorités sanitaires. Par exemple, la FDA a reçu une moyenne de quatre-vingt-deux rapports signalant chaque année des réactions indésirables à la digoxine. Un nombre relativement faible, qui a longtemps fait penser que ce médicament ne posait pas de gros problèmes, jusqu’à ce qu’une enquête sur les dossiers médicaux révèle 202 211 hospitalisations dues la digoxine au cours d’une période de sept ans.

L’AFSSAPS annonce aussi des données rassurantes issues de Cadeus, une étude sur quarante mille patients mise sur pied à l’initiative du ministère de la Santé pour suivre les conditions de prescription des nouveaux anti-inflammatoires. Au moment où ce livre est achevé, les résultats de Caldeus initialement prévus pour mars étaient repoussés à octobre 2005. Mais cette étude, certes précieuse, souffre selon les épidémiologistes que nous avons consultés de limitations importantes. Beaucoup doutent qu’elle permette de se faire une idée du nombre de victimes en France. Alors, comment l’estimer ?

Il y aurait eu, en France, environ dix fois moins d’ordonnances qu’aux USA pour le VIOXX. S’il se confirme que plus de la moitié des accidents attribués au VIOXX aux USA ont été provoqués par le dosage en vigueur en France, il faut s’attendre à plusieurs milliers d’accidents graves dans notre pays et non pas à « quelques centaines ».

Les dirigeants de Merck et les responsables de l’AFSSAPS partagent conjointement la responsabilité de la catastrophe sanitaire que représente le VIOXX. La passivité de l’AFSSAPS, alors que tous les clignotants passaient au rouge, dès 2000, est inacceptable lorsqu’on considère le nombre considérable de patients exposés et qu’on sait qu’il existe des alternatives plus sûres. L’AFSSAPS avait les moyens d’analyse pour se rendre compte que quelque chose clochait. « Si nous pouvons faire ce type d’analyse, a dit Peter Jüni en décembre 2004, on a du mal à comprendre pourquoi elle n’a pas été faite par les agences sanitaires il y a plusieurs années. »

Il y a plus inquiétant encore : jusqu’au bout, les autorités sanitaires ont donné l’impression de considérer que le VIOXX n’aurait pas dû être retiré du marché !

La réaction, le 4 janvier 2005, du ministère de la Santé, décidément toujours aussi mal conseillé depuis la campagne vaccinale contre l’hépatite B (), donne bien la mesure de l’autisme des experts français : « Le PDG de l’entreprise qui produit ce médicament, déclarait le ministre, a décidé de le retirer pour raisons de marketing. Il a eu peur pour le cours de Bourse de l’action de son entreprise et pour ses actionnaires. C’est lamentable. »

En clair, si cela n’avait tenu qu’aux autorités sanitaires françaises, le VIOXX serait toujours allègrement prescrit. Le 17 février 2005, l’AFSSAPS a d’ailleurs déclaré, par la voix de son directeur général, « assumer totalement la décision » de n’avoir pas retiré du marché les anti-inflammatoires de la famille des coxibs. « Nous avons estimé que ces produits gardaient un bénéfice-risque positif dans les indications prévues par l’autorisation de mise sur le marché (AMM) ».

L’AFSSAPS était conforté par l’avis de l’Agence européenne du médicament (EMEA) du même jour. L’EMEA a bien reconnu que les inhibiteurs de la Cox-2 augmentent le risque cardiovasculaire, mais elle s’est contentée de restreindre les conditions de prescription de ces médicaments.

Le 18 février 2005, un comité consultatif de la FDA s’est prononcé en faveur du maintient du VIOXX sur le marché. Cet avis n’est que consultatif, l’agence américaine étant libre de le suivre ou pas. Mais les conditions dans lesquelles il a été obtenu sont instructives. Le vote est intervenu à l’issue de 3 jours de débat. Le comité a également voté pour le maintient du CELEBREX et du BEXTRA. Contrairement à ce qui se passe au sein de l’EMEA, où les débats se tiennent à huis clos, les audiences de la FDA sont publiques. Cette transparence, inscrite dans la loi, permet d’en savoir un peu plus sur la manière dont les agences sanitaires prennent ce genre de décision.

Parmi les membres du comité réuni par la FDA, 17 ont voté en faveur du VIOXX, 15 pour son retrait. 31 membres ont voté pour le maintient du CELEBREX de Pfizer, 1 a voté contre. Pour le BEXTRA, également fabriqué par Pfizer, 17 ont voté pour le maintient, 13 ont voté pour un retrait, 2 se sont abstenus.

Selon une analyse conduite par une association de consommateurs de produits de santé - le Center for Science in the Public Interest - 10 des 32 membres du commité de la FDA appelés à se prononcer sur ce sujet avaient des liens avec Merck et/ou Pfizer. Ne serait-il pas instructif de savoir comment ils ont voté ? Hé bien, il suffit de demander. D’après l’agence Associated Press, les 10 experts liés à Merck et Pfizer ont tous voté en faveur du CELEBREX et du BEXTRA. Le vote sur le VIOXX fut presque aussi unanime : seul un expert sur les 10 s’est prononcé pour un retrait.

Si le panel n’avait compté aucun expert travaillant pour Merck ou Pfizer, il se serait prononcé à une large majorité pour le retrait du VIOXX(14-Cool, et pour celui du BEXTRA (13-7).

Ecrit par : José K. aujourd’hui, 07:21 AM

QUOTE(Gascon @ Aug 30 2005, 02:15 PM) VIOXX ... CELEBREX

Rappelons que 75% des médicaments sont à base de plantes et que parmi ceux-ci, certaines sont connues comme toxiques.Il faudrait donc, selon les ’raisonnements’ gasconniens se méfier de toutes les plantes. biggrin.gif Il vaut mieux écouter les avis de l’AFSSAPS que ceux de Gascon, finalement : ils sont plus modérés.

Ecrit par : Gascon aujourd’hui, 11:56 AM

Troisième extrait du livre sur l’affaire du VIOXX.

du chapitre 6 « Gouvernement et Industrie » du livre « Au nom de la science » de Andew Goliszek et Thierry Souccar.

VIOXX 2, le retour

« J’ai été traité par le VIOXX 25 mg entre août 2000 et mars 2004, soit environ quatre ans pour des problèmes d’arthrose, expliquait en décembre 2004 ce patient désemparé sur un forum de discussion. J’ai à présent une coronaire totalement bouchée, une fréquence cardiaque à 100-112 et suis soumis à des traitements pour risques cardio-vasculaires graves dont une nouvelle statine (CRESTOR) qui ne m’inspire pas confiance ».

Ce patient n’a peut-être pas tord de considérer son comprimé de CRESTOR avec circonspection.

Le 18 novembre 2004, devant une commission du Sénat américain consacrée à la catastrophe du VIOXX, le Dr David Graham a déclaré que la FDA est « virtuellement sans défense » devant une autre « tragédie terrible » comme celle du VIOXX. Si la FDA est sans défense, que dire de l’AFSSAPS ? Tout est donc en place pour VIOXX 2, le retour. D’où viendra-t-il ?

Le Dr Graham a fourni une liste de médicaments à surveiller de très près : l’isotrétinoïne (ROACCUTANE, traitement de l’acné), l’anti-inflammatoire valdécoxib (BEXTRA, non commercialisé en France), l’antiasthmatique salmétérol (SEREVENT), la sibutramine (SIBUTRAL), un coupe-faim, et ... notre CRESTOR (rosuvastatine).

La course aux milliards

Comme le VIOXX, tous ces médicaments participent à la course effrénée des laboratoires pharmaceutiques aux fameux « blockbusters », ces médicaments miracles capables chacun de générer plus d’un milliard de dollars de chiffre d’affaires dans le monde entier. Des molécules « hightech », comme le VIOXX qui devait libérer une population vieillissante des troubles et des maux qui leur pourrissent la vie : obésité, dépression, cholestérol, douleurs de l’arthrose,. Des médicaments vite testés, vite commercialisés, dressés comme des dindes de Noël et massivement promus pour bénéficier au mieux des vingt années d’exclusivité - dix lorsqu’on retire la phase de mise au point - que leur garantit leur brevet.

Les uns après les autres ou presque, ces médicaments sont retirés du marché ou menacés de l’être après une avalanche d’effets indésirables, voire de décès. Rappelons-nous les faits les plus marquants. En septembre 1997, l’ISOMERIDE (dexfenfluramine) et le PONDERAL (fenfluramine), deux coupe-faim très « tendance », sont poussés vers la sortie après avoir fait plusieurs dizaines de milliers de victimes. Le 9 août 2001, après la mort de cinquante-deux malades, Bayer décide de retirer sa Cérivastatine, un médicament vedette contre le cholestérol élevé, vendu en France sous le nom de CHOLSTAT et de STALTOR. La cérivastatine, petit tsunami, aurait fait 7577 décès dans le monde. Puis vient le VIOXX. La coupe est pleine le 1er janvier 2005 lorsque le British Medical Journal accuse le laboratoire Eli Lilly, à l’origine de l’antidépresseur-star PROZAC (fluoxétine), d’avoir caché aux autorités sanitaires les résultats d’une étude interne montrant un risque de suicide plus élevé que ce que l’on pensait jusqu’ici.

Ces affaires jettent, bien sûr, un éclairage singulier sur les pratiques des laboratoires pharmaceutiques, mais elles posent aussi le problème épineux du rôle de police des agences sanitaires.

En France, c’est à l’AFSSAPS que revient la délicate tâche de garantir que les médicaments sont efficaces et sont sûrs. Rien de bien facile dans un pays où la consommation de médicaments est la plus élevée d’Europe. En 1980, chaque français a acheté pour 95 euros de médicaments. Vingt-cinq ans après, ce chiffre a été multiplié par plus de cinq, enjeu d’une lutte sans merci entre les laboratoires.

Sur ce marché hexagonal juteux s’affrontent les poids lourds de l’industrie, à grands coups de molécules présentées sous leur jour le plus favorable. Et à grandes rasades de marketing. L’enjeu : la prévention et le traitement des troubles de nos sociétés riches et vieillissantes. Il arrive bien sûr qu’une de ces molécules hightech apporte un bénéfice incontestable [ pas sûr ! ]. Mais beaucoup n’offrent aucune réelle avancée et finissent souvent, comme on l’a vu, par être retirées pour cause d’effets secondaires inacceptables.

Comment, alors, ont-elles réussi haut la main leur examen de passage, décroché le fameux sésame, l’autorisation de mise sur le marché (AMM) ? Pourquoi ensuite les autorités sanitaires françaises sont-elles restées aveugles aux signes avant-coureurs des catastrophes ?

Le grand public l’ignore, mais la première cible du marketing des laboratoires pharmaceutiques en quête d’une nouvelle AMM, ce sont d’abord les agences sanitaires chargées de délivrer ce fameux sésame.

Avant de pouvoir être commercialisés, en effet, les nouveaux médicaments vendus en France doivent convaincre de leur efficacité et de leur innocuité soit l’AFSSAPS via sa commission d’AMM, soit la Commission européenne après avis du Comité des spécialités pharmaceutiques (CSP) de l’Agence européenne. L’AFSSAPS, comme toute agence des pays membres, peut restreindre la libre circulation d’un produit ayant obtenu l’estampille européenne s’il le juge dangereux.

L’entreprise de séduction des laboratoires en direction des autorités sanitaires commence dès les essais cliniques, qui interviennent après une phase de développement au cours de laquelle cultures cellulaires, micro-organisme et animaux sont mis à contribution.

Les essais cliniques à proprement parler se déroulent essentiellement en trois phases. Dans la phase 1, la molécule est testée sur un petit nombre de volontaires en bonne santé : on vérifie qu’elle n’est pas visiblement toxique, on étudie la manière dont le corps la métabolise. Dans la phase 2, le médicament est pour la première fois administré à un petit nombre de patients : on évalue sa tolérance et on recherche la posologie adéquate. En phase 3, le traitement est comparé soit à un placebo (une pilule sans effet), soit à un médicament de référence. Il faut bien comprendre qu’aucun des essais cliniques n’est mené par les agences sanitaires, comme l’AFSSAPS en France, ou la FDA aux USA. Les essais sont conduits et financés par les laboratoires, et ce sont leurs résultats qui sont analysés et interprétés par les experts des agences pour la délivrance de l’AMM.

Il existe une phase 4, peu connue du public et pourtant cruciale : c’est celle qui se déroule en conditions réelles. Elle permet d’affiner la connaissance du médicament. A ce stade apparaissent souvent les effets indésirables. Encore faut-il accepter de les voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D@n (Daniel Beldio)



Nombre de messages : 3210
Age : 64
Localisation : Pays de l'Arbre et de l'Eau
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Re: Plein la tronche du célébrex... ça cause dans le poste..   Sam 27 Fév - 13:27

Mais que fait la police !?!...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bagdraft



Nombre de messages : 419
Age : 52
Localisation : France
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: Plein la tronche du célébrex... ça cause dans le poste..   Dim 28 Fév - 18:45

Un autre site > MÉDICAMENTS, LA FRAUDE: TRISTE RÉALITÉ


Le Dr Scott Reuben qualifié par la presse américaine de “Dr Madoff de la pharmacie”

lien : http://www.jacques-lacaze.com/article-medicaments-la-fraude-triste-realite-45792586.html



Dans l'article ci-dessous, Sylvie Simon révèle la fraude aux conséquences dramatiques d'un ponte de la médecine. Ces pratiques sont monnaie courante. Souvenons nous entre autre de l'affaire du "traitement hormonal de la ménopause" - qualifiée brutalement de "maladie" - qui a causé des cancers du sein chez des milliers de femmes (depuis la mise en garde contre ce "traitement" et l'arrêt des prescriptions le nombre de cancers du sein chez les femmes ménopausées a diminué. Il est grand temps que les citoyens se ré-approprient leur santé collectivement. J. L.







Un cyclone a soufflé sur le monde scientifique et a fait ces derniers jours la Une de tous les journaux américains. Le Dr Scott Reuben, Professeur d’anesthésie au Baystate Medical Center de Springfield, ancien membre du bureau de la communication chez Pfizer, est au centre d’un scandale estimé la “plus grande fraude” dans l’histoire de la recherche médicale.



Considéré comme un chercheur incontournable dans le domaine de la douleur, le Dr Reuben était sur la sellette depuis plus d’un an car, dès mars 2009, la revueAnesthesiology News révélait que depuis 1996 il avait publié vingt-et-un articles scientifiques “bidon” qui décrivaient les bienfaits de certaines molécules miraculeuses et qui n'étaient qu'un tissu de statistiques fabriquées de toute pièce. Les patients supposés avoir testé certains médicaments n'ont jamais existé. Reuben a tout inventé et les revues scientifiques n'ont rien vu, mais, sur la foi de ces résultats frauduleux, des millions de personnes ont avalé des molécules bien réelles qui ont rapporté des sommes colossales aux compagnies qui les commercialisent, Pfizer, Merck ou Wyeth. Entre 2002 et 2007, Pfizer a octroyé cinq bourses de recherche à ce médecin qui était aussi un de ses intervenants attitrés pour faire des présentations rémunérées.



Ainsi, Reuben a touché 75 000 dollars de Pfizer pour “étudier” le Celebrex® qui est devenu un médicament vedette (blockbuster) grâce à ces mensonges qui lui ont prêté des qualités qu’il est loin de posséder, car il n’offre aucun avantage sur des drogues déjà existantes et bien meilleur marché. Cependant, en dépit des critiques, le porte-parole de Pfizer a déclaré que la compagnie n’avait pas l’intention de retirer le produit du marché, ce qui est compréhensible étant donné les énormes profits engendrés par ce médicament.



Déjà en décembre 2004, les responsables du National Cancer Institute aux États-Unis ont décidé d’arrêter les expériences qu’ils menaient sur les adénomes avec le Celebrex®, car ils avaient constaté que ce produit augmentait deux fois et demie les risques d’une attaque cardiaque chez les patients qui prenaient ce médicament en comparaison avec ceux qui prenaient un placebo. Et la même année, le journal canadien National Post signalait que les autorités canadiennes de santé accusaient le Celebrex® d’avoir causé la mort de 14 personnes qui l’utilisaient depuis 5 ans, et d’avoir généré plus de 100 effets secondaires graves, dont 19 attaques cardiaques. Évidemment, le fabricant s’est empressé de nier tout lien entre ces accidents et la prise du médicament.



D’après le journal Prescrire de septembre 2002, cet anti-inflammatoire exposerait au “risque d’aggravation d’une hypertension artérielle ou d’une insuffisance cardiaque”, mais, dix ans plus tard, il est toujours remboursé à 65 % par la Sécurité sociale.



À présent, Reuben, qualifié par la presse américaine de “Dr Madoff de la pharmacie” et qui a évidemment perdu son poste au Baystate Medical Center de Springfield, a signé un compromis qui l’oblige à rembourser 420 000 dollars aux laboratoires, mais il risque d’être condamné à 10 ans de prison suivis de 3 ans de liberté surveillée et à payer une amende de 250 000 dollars.



Il est toutefois difficile de croire que le laboratoire Pfizer ignorait tout de ces “magouilles” étant donné le profit qu’il en a tiré, d’autant que ce n’est pas la première fois que la firme Pfizer est impliquée dans ce genre de scandale.



Ainsi, un cas plaidé contre la firme au sujet de l’antidépresseur Zoloft®, lui aussi remboursé à 65 %, a permis de découvrir qu’elle travaillait avec une agence de nègres (rédacteurs anonymes) pour articles médicaux. Pfizer a aussi été accusé de manipulation des études sur l’efficacité du Neurontin® et a accepté de plaider coupable et de payer 430 millions de dollars d’amende, dont 240 au pénal en violation des règles de la FDA, plus 152 millions au civil, plus 38 millions destinés aux agences de protection des consommateurs. C’est l’une des plus importantes indemnités jamais payées pour fraude dans l’histoire des États-Unis.



De même, la rapidité avec laquelle ce laboratoire a obtenu l’autorisation de mise sur le marché du Viagra® est plus que suspecte. À ce sujet, Le Courrier international du 4 février 1999 nous informait : “Ce laboratoire est le plus gros donateur de l’industrie pharmaceutique. C’est dans ce contexte que le 25 novembre 1997, la FDA décide de se passer d’un panel de spécialistes cardiaques et rénaux. Le 27 mars 1998, le Viagra® est approuvé par l’agence.” Un an plus tard, le cours de l’action était passé de 41 à 119 dollars. Les laboratoires ont également violé les lois internationales en testant des produits non agréés au Nigeria sur des enfants et des nouveau-nés hospitalisés. En 2009, Pfizer a signé un accord avec l'État de Kano, au nord du Nigeria, pour verser des indemnisations de 75 millions de dollars car ces tests médicaux auraient tué 11 enfants.



Il existe des dizaines de cas semblables

Mais ce laboratoire n’est pas le seul à frauder et son cas est loin d’être isolé. J’ai cité des dizaines d’autres cas dans l’un de mes précédents ouvrages, Information ou désinformation ? qui montrent qu’on ne peut faire confiance à cette industrie qui utilise des moyens que l’on peut qualifier de “mafieux”, mais qui sont rarement sanctionnés.



En octobre 2006, le New York Times signalait un cas similaire à celui du Dr Scott Reuben. En 2005, Eric Poehlman, de l’Université de Vermont, a comparu devant le Tribunal de Burlington et a admis avoir fabriqué, pendant plus de dix ans, de fausses études sur l’obésité, la ménopause et la vieillesse, alors qu’il utilisait ces études pour obtenir des millions de dollars du NIH (National Institute of Health). Durant plus de cinq ans, le Dr Poehlman a nié les charges qui pesaient sur lui, a menti sous serment et a essayé de discréditer ses accusateurs. Son procès est le plus coûteux dans l’histoire de la fraude scientifique aux États-Unis.



Avant sa disgrâce, Poehlman dirigeait un laboratoire où une douzaine de chercheurs travaillaient pour lui. Ses recherches lui ont valu la reconnaissance générale et sa participation à des conférences mondiales. Il gagnait près de 140 000 dollars par an, l’un des plus hauts salaires donnés par cette Université.



Le 7 décembre 2003, le quotidien anglais The Observer publiait un article édifiant sur les “Géants pharmaceutiques qui ont recours au service de “nègres” pour rédiger des articles sous lesquels ils mettent des noms de médecins”.



Ces revues, considérées comme la Bible de la profession médicale, exercent une très forte influence sur les prescriptions des médecins, aussi bien aux États-Unis qu’en France et dans le reste du monde. L’enquête de l’Observer suggère qu’au moins 50 % des articles publiés par ces journaux médicaux émanent de personnes payées incognito par des laboratoires. Et leurs articles sont brandis devant les médecins prescripteurs comme émanant de la recherche indépendante. La procédure habituelle consiste à retirer le nom de l’agence ou celui des compagnies pharmaceutiques et à les remplacer par le nom de la personne invitée par la compagnie en tant qu’auteur principal de la publication, même si celui-ci n’avait rien à voir avec l’article.



Il est donc trompeur d’appeler le cas du Dr Reuben la “plus grande fraude” dans l’histoire de la recherche médicale. Les fraudes sont de plus en plus grandes et fréquentes, et le monde médical ferme les yeux, semblant ignorer que des centaines d’articles publiés dans des revues spécialisées sous des noms de scientifiques ou de médecins sont l’œuvre de “nègres” qui travaillent pour des agences grassement payées par les compagnies pharmaceutiques afin de promouvoir leurs produits.



Parfois, de plus en plus semble-t-il, ces auteurs sont découverts, confrontés à la justice, taxés d’amendes, mais rarement emprisonnés. Quant aux laboratoires qui ont financièrement profité de leurs mensonges (lorsqu’ils ne les ont pas initiés), ils sont rarement condamnés. Quand ils le sont, les amendes qu’ils doivent payer sont très inférieures aux sommes engendrées par ces mensonges, et jamais on n’a emprisonné un responsable de ces laboratoires. Non seulement, ils sont garantis d’impunité, mais ils continuent à vendre leurs produits et à financer des études biaisées, avec la bénédiction de tous les responsables de la santé publique.



Si Reuben est condamné à faire de la prison — ce qui n’est pas certain car ses avocats ont déclaré qu’il souffrait de troubles bipolaires, diagnostiqués en 2008, et qui ont affecté sa “capacité d’arrêter sa conduite coupable dans le domaine de la recherche” —, ce sera en effet une “première”. Mais nous pouvons être certains que les laboratoires en sortiront blanchis comme de coutume, ce qui est proprement scandaleux car, en matière de loi, les complices devraient normalement être aussi condamnés.



Il faut espérer que ces scandales feront réfléchir les consommateurs de médicaments qui comprendront enfin que les autorisations de mise sur le marché ne dépendent pas toujours d’études sérieuses et rigoureusement scientifiques, mais souvent de trafic d’influence.



Toutefois, nous sommes un peu responsables de l’arrogance de l’industrie du médicament étant donné le piédestal sur lequel nous l’avons placée, créant ainsi une classe d’élite à l’abri de toute contrainte, de toute suspicion et de toute condamnation. Nous avons naïvement pensé que leurs diplômes et leurs charges les mettaient à l’abri de comportements malhonnêtes, qu’ils étaient incapables de mentir, et que leur but principal était d’améliorer la vie d’autrui.



En outre, nombre de citoyens encaissent de confortables bénéfices boursiers grâce à cette industrie en plein essor et préfèrent ne pas savoir comment ces revenus sont générés. Il faut aussi espérer que le scandale de la grippe porcine et la mise en examen de l’OMS contribueront à faire tomber cette industrie et ses valets de leur piédestal et à leur supprimer des privilèges qui, en théorie, ont été abolis, il y a plus de deux cents ans.



Sylvie Simon, 26.02.2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe Vaillantpvailla8



Nombre de messages : 1765
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Plein la tronche du célébrex... ça cause dans le poste..   Dim 28 Fév - 19:56



Cancer du sein et traitement hormonal de la ménopause.

Les différentes études réalisées montrent un risque relatif de cancer du sein de 1.4 à 2.2.

L’obésité et le tabagisme ont un risque relatif du même ordre.

Le cancer du sein des patientes sous traitement hormonal substitutif est un cancer diagnostiqué plus précocement, mieux différentié et de meilleur pronostic.

Le cancer du sein n’a pas diminué depuis qu’il y a moins de prescription de traitement hormonal substitutif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plein la tronche du célébrex... ça cause dans le poste..   Aujourd'hui à 19:01

Revenir en haut Aller en bas
 
Plein la tronche du célébrex... ça cause dans le poste..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maman à plein temps et biographe près de Lyon
» Très contente de rejoindre mampreneurs "Mode plein sud"
» Calcul Heures Taux Plein
» temps complet vers temps partiel.....
» Premier président fixe du Conseil Européen: BINGO! En plein dans le... Bilderberg!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMicale des COXiens :: Forum public :: Echanges sur NicOx-
Sauter vers: