AMicale des COXiens

Forum des actionnaires particuliers de NicOx
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Itv de M. Garufi: "Le partenariat n'est pas tout"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alexatix1



Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 09/06/2009

MessageSujet: Itv de M. Garufi: "Le partenariat n'est pas tout"   Jeu 3 Déc - 16:54

http://www.tradingsat.com/interview-pdg-bourse-Nicox---Le-partenariat-n-est-pas-tout---Michele-Garufi--135741.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miko.b



Nombre de messages : 43
Age : 38
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 13/08/2008

MessageSujet: Re: Itv de M. Garufi: "Le partenariat n'est pas tout"   Jeu 3 Déc - 18:07

(Tradingsat.com) - Du 26 novembre 2009 au 9 décembre 2009 inclus, les actionnaires de NicOx peuvent souscrire à l'augmentation de capital annoncée à la fin du mois dernier par la biotech. Quels sont les enjeux associés à cette opération ? A quoi vont servir les fonds ? L'absence de partenariat au stade actuel pour le naproxcinod, l'anti-inflammatoire que la société compte commercialiser aux Etats-Unis, est-elle préjudiciable ? En plein road show aux Etats-Unis, Michele Garufi, le PDG de NicOx, répond aux interrogations du marché.

Tradingsat : Comment les investisseurs américains accueillent-ils l'opération ?

Michele Garufi : L'augmentation de capital est très bien perçue, très bien comprise. Les Etats-Unis sont les pionniers des biotechnologies. Beaucoup d'investisseurs américains sont donc spécialisés dans ce domaine, depuis longtemps. Le fait que nous n'ayons pas encore signé de partenariat ne les obsède pas. Ils comprennent la valeur du naproxcinod, connaissent bien les problèmes de pression artérielle des patients traités avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Ils souscrivent aussi à notre stratégie de ne pas conclure un deal avec des simples royalties, mais de construire la société autour du naproxcinod avec un accord de co-commercialisation.

Tradingsat : Souscrivent-ils aussi à votre augmentation de capital de 70 millions d'euros ?

Michele Garufi : C'est tout l'objet de ma visite aux investisseurs institutionnels américains. Leur accueil à l'opération est vraiment très favorable. Ceux qui avaient investi entre 2003 et 2006, après l'abandon du projet sur notre anti-inflammatoire par Astra Zeneca, à des niveaux de cours de 2 ou 3 euros, ne l'ont pas regretté. De la même façon, je pense qu'ils sont prêts à investir aujourd'hui dans notre histoire, alors que nous travaillons à la mise en production du médicament.

Tradingsat : Le Fonds Stratégique d'Investissement, donc l'Etat français, semble aussi croire en votre potentiel.

Michele Garufi : Il détient 5,1% du capital depuis le placement privé réalisé fin novembre grâce auquel nous avons levé 30 millions d'euros, dont 20 millions d'euros pour le FSI. Sa mission est d' « accompagner les entreprises dont les projets de croissance sont porteurs de compétitivité » pour la France, « dans le moyen-long terme ». Le signal envoyé au marché me paraît clair. D'ailleurs, la demande pour le placement privé a été forte, l'opération a été sursouscrite.

Tradingsat : A moins de 6 euros, le cours de Bourse de NicOx a de quoi décourager les petits actionnaires.

Michele Garufi : Je le comprends, et le prix de 3,49 euros de souscription à l'augmentation de capital est très décoté. Il est important que nos actionnaires se souviennent que, depuis l'augmentation de capital de 2007, nous avons beaucoup accompli pour le naproxcinod. Nous avons terminé les essais cliniques de phase 3 et étudié son profil de pression artérielle en détails, grâce à des mesures OPBM et MAPA, et nous avons soumis comme prévu un dossier de NDA, qui a été jugé recevable par la FDA américaine. Le marché semble avoir mis tous ses espoirs dans la signature avec un partenaire. Mais le partenariat n'est pas tout ! Ce qui compte, c'est la qualité des données de notre produit, l'intérêt de la communauté scientifique, des experts, des leaders d'opinion, bien plus que le fait d'avoir déjà signé ou non un partenariat.

Tradingsat : Comment convaincre alors le marché de la valeur du naproxcinod ?

Michele Garufi : Le marché devrait tenir compte du fait que si un millier d' opinion leaders et si des investisseurs spécialisés jugent que le produit est intéressant, c'est qu'il vaut quelque chose. Je rappelle que les ventes du Celebrex de Pfizer avoisinent les 2 milliards de dollars alors qu'il fait partie d'une classe d'anti-inflammatoires connue pour comporter certains risques cardiovasculaires. Les données de nos publications, présentées aux conférences réunissant les meilleurs spécialistes mondiaux en cardiologie et rhumatologie, suscitent un intérêt légitime.

Tradingsat : Mais on ne sait pas encore ce que la FDA permettra d'inscrire sur la notice du médicament.

Michele Garufi : Nous sommes très heureux que la FDA ait jugé le dossier de NDA recevable. Régulièrement, des groupes pharmaceutiques renommés se voient refuser la recevabilité de leur dossier de NDA, comme l'allemand Merck-Serono très récemment pour la Cladribine. Il est vrai que le contenu de la notice réglementaire (ce qu'on appelle « label » aux Etats-Unis) dépendra des discussions que nous aurons avec la FDA, et nous ne pouvons pas être certains de ce qui sera inclus dans cette notice en termes de données de pression artérielle.

Tradingsat : Les partenaires potentiels veulent néanmoins attendre de connaître cette notice pour signer avec vous.

Michele Garufi : C'est compréhensible. Mais je n'ai jamais vu un produit avec des données intéressantes, approuvées par les autorités réglementaires, qui ne trouve pas un partenaire.

Tradingsat : Le fait que le partenaire commercial ne soit pas déjà là ne risque-t-il pas de retarder le futur lancement commercial du produit ?

Michele Garufi : Absolument pas. C'est aussi pour cela que nous procédons à cette augmentation de capital. Il n'est bien sûr pas question, ni possible de faire ce lancement uniquement avec notre force de vente spécialiste. Les fonds levés vont en particulier servir à financer la chaîne de production, l'achat des matières premières, le paiement de plusieurs fournisseurs. Nous allons aussi bien sûr continuer à sensibiliser la communauté médicale aux bienfaits du naproxcinod. Ainsi, compte tenu du fait que nous avons déjà mis en place ces activités de pré-commercialisation et que nous allons continuer de les développer, le partenaire pourra rejoindre un programme « clé en main ».

Tradingsat : Quid de la force de vente ?

Michele Garufi : La force de vente n'est pas un problème. Elle peut être construite rapidement. On le fera juste avant le lancement, donc si tout va bien à la fin de l'année 2010.

Tradingsat : Vous croyez toujours que NicOx peut se développer comme Amgen ou Biogen ?

Michele Garufi : Sur le même modèle. NicOx veut grandir comme l'on fait Amgen ou Biogen, c'est-à-dire devenir une société qui participe aux ventes, dotée de sa propre structure commerciale. Toutes les sociétés de biotechnologies qui réussissent aujourd'hui ont emprunté ce chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Itv de M. Garufi: "Le partenariat n'est pas tout"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Impossible de poster ds "présentation de votre société"
» A partir du 2 novembre super bon plan jeux chez intermarché + lien catalogue"ma lettre au pere noël"
» Zone Interdite : " Conduire avec ou sans permis, ces français prêts à tout "
» Cherche "MEMENTO AUDIT ET COMMISSARIAT AUX COMPTES" édition LEFBVRE
» Damia - "La Veuve" - "La Guinguette a fermé ses volets"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMicale des COXiens :: Forum public :: Echanges sur NicOx-
Sauter vers: