AMicale des COXiens

Forum des actionnaires particuliers de NicOx
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Crise : les secteurs pharmaceutiques et des biotechnologies doivent se réinventer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
easycash



Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 20/06/2009

MessageSujet: Crise : les secteurs pharmaceutiques et des biotechnologies doivent se réinventer   Jeu 25 Juin - 16:27

Crise : les secteurs pharmaceutiques et des biotechnologies doivent se réinventer



Par Communique de presse le jeudi, juin 25 2009,

Actus Sante

RSA Executive Search, cabinet de conseil en recrutement international spécialisé dans l’approche directe et la sélection de cadres dirigeants dans le secteur de la Santé, a organisé le 24 juin 2009 la 12ème édition du CLUB BIOTECH®, réunissant une trentaine de décideurs du secteur de la santé, autour d’un débat sur « Les effets de la Crise économique sur l’industrie Pharmaceutique et des Biotechnologies ».
Une crise inédite par son ampleur. Après une année 2008 marquée conjointement par une érosion des ventes mondiales de médicaments à 773 milliards de dollars*, par une diminution du nombre de médicaments mis sur le marché, et la montée en puissance des génériques, les perspectives du marché pharmaceutique demeurent peu favorables.


« L’an dernier, les trois grands marchés (Etats‐Unis, Japon et Europe) ont enregistré une croissance inférieure à 5%. 2009-2010 ne va pas échapper à la sinistrose. Sur cette période, le marché mondial devrait croître de 2,5% à 3,5% en dollars constants avec, peut‐être, les premiers signes d’une reprise courant 2010. Dans l’intervalle, le marché mondial devrait baisser en valeur en 2009 en dollars courants, avec pour la première fois, une contribution négative des Etats‐Unis. Sur cette tendance, l’ensemble des pays émergents et du reste du monde devrait détrôner les Etats‐Unis d’ici à 2012», a indiqué Corinne Segalen, Présidente de IMS HEALTH France. Dans ce contexte de crise systémique globale, les produits de spécialités (vaccins, immunomodulateurs et anticancéreux) sont aujourd’hui les principaux vecteurs de croissance de l’industrie pharmaceutique. « Même les génériques avec une croissance des ventes de 3,5% ne suffisent plus à dynamiser le marché mondial du médicament », a-t-elle ajouté.
Un moteur de l’innovation en panne. Les participants au CLUB BIOTECH® se sont accordés sur la nature protéiforme de la criseaffectant l’industrie pharmaceutique : la part croissante des ventes tombant dans le domaine public (43 milliards de dollars d’ici à 2012), l’augmentation régulière des médicaments d’origine biologique (totalisant 5 des 12 produits de spécialités lancés sur le marché en 2008) au détriment des molécules issues de la chimie fine, et un manque de productivité de la R&D des grands acteurs de l’industrie. « En 1998, 15 milliards de dollars investis en R&D ont entrainé l’enregistrement de 39 nouvelles entités moléculaires. En 2007, pour l’enregistrement de 22 nouvelles molécules, les industriels ont dû investir 67 milliards de dollars », a détaillé Jean-Christophe Renondin, Directeur Associé de CDC INNOVATION.
50% des sociétés de biotechnologies européennes encourent un risque de faillite d’ici à 2 ans. Pour faire face à ces bouleversements, les grands groupes pharmaceutiques ont multiplié lesdéveloppements stratégiques : acquisitions dans les vaccins, réorganisation de leurs unités de R&D, ou rachats de sociétés de biotechnologies. «Malheureusement, l’ensemble de la chaîne de création de valeur est cassée et le secteur des biotechnologies, à la source de l’innovation thérapeutique, est gravement touché. Les investissements des sociétés de capital risque dans le secteur des biotech ont chuté de 30% l’an dernier par rapport à 2007. Et la correction actuelle semble encore plus sévère. De fait, on estime aujourd’hui que 50% des start-up de biotechnologies européennes risquent de disparaître d’ici à 2 ans. La question n’est plus d’identifier les perdants et les gagnants, mais bien de déceler celles qui vont survivre. Enfin, les relations entre les industriels du secteur pharmaceutique et ce type de sociétés se sont durcies tant dans la négociations d’accords que dans la prolongation de partenariats existants », a expliqué le Directeur Associé de CDC INNOVATION.
Des organisations à bouleverser. Les dirigeants présents à la 12ème édition du CLUB BIOTECH se sont accordés sur l’indispensable restructuration organisationnelle des acteurs de l’industrie pharmaceutique et sur le caractère obsolète du modèle de développement des sociétés de biotechnologies basé sur le seul capital risque.
« C’est presque à tous les niveaux de notre chaîne de la valeur que nous devons désormais trouver des points de convergence avec d’autres technologies ou savoir‐faire, que ce soit les équipes de R&D, que celles du marketing‐ventes. Pour les groupes pharmaceutiques l’une des voies possibles est de se penser, se muter en « acteurs global de santé » : leur coeur de métier ne peut plus être seulement le médicament ; il va falloir créer de la valeur autour du médicament, apporter des services aux offreurs de soins et aux patients. Cela peut se traduire par la convergence avec les réseaux sociaux dédiés, par de nouvelles formes de promotion des produits commercialisés, et par l’intégration d’autres technologies médicales au traitement prescrit », a prédit Alain Clergeot, Directeur Europe de Chugai Pharma.
Des fonctions et métiers à réinventer. «D’une manière générale, les chercheurs vont devoir s’adapter à ce nouveau contexte en évoluant soit en interne vers des fonctions marketing, soit en externe à travers des activités de conseils ou des fonctions de manager de transition. L’ensemble de ces mesures de rationalisation et de décloisonnement poseront également la question complexe du transfert de la connaissance, laquelle demeure fondamentale dans une industrie basée sur la recherche scientifique. Face à un contexte totalement inédit, l’industrie pharmaceutique va voir naître de nouveaux métiers, une étape supplémentaire aux mesures actuelles de réaffectation des ressources », a conclu Priscilla Motte‐Lecoeur, Managing Director de RSA Executive Search France et Présidente du CLUB BIOTECH®.
Ceci est un communiqué de presse de RSA Executive Search
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Crise : les secteurs pharmaceutiques et des biotechnologies doivent se réinventer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Effet de la crise sur la segmentation du marché
» La Crise des Subprime : Origines de l'Exces de Risque et Mécanismes de Propagation (Broché)
» La crise des subprimes
» Vers la crise du capitalisme américain ?
» crise des subprimes / décryptage de la propagande quotidienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMicale des COXiens :: Forum public :: Le coin du barman...-
Sauter vers: