AMicale des COXiens

Forum des actionnaires particuliers de NicOx
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pwelcome



Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne   Mar 3 Fév - 11:53

Publié le 03/02/2009 à 09:27 Reuters

Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne
Imprimez Réagissez Classez Confronté à des pertes de brevets, Sanofi-Aventis devra s'engager dans des acquisitions en 2009 pour redynamiser sa croissance, estiment des analystes qui parient sur des opérations ciblées de taille moyenne.

Les effets d'une telle démarche seraient, selon eux, plus rapidement visibles que ceux de la réorganisation de la recherche où de la rationalisation des sites de production, deux missions figurant dans la feuille de route officielle de Chris Viehbacher, le nouveau directeur général du laboratoire.

Nommé en décembre sous la pression des grands actionnaires de Sanofi que sont Total et L'Oréal, ce transfuge du britannique GlaxoSmithKline pourrait accentuer un mouvement de croissance externe engagé avec le rachat du fabricant britannique de vaccins Acambis et du spécialiste tchèque des médicaments génériques Zentiva.

Viehbacher l'a dit vendredi aux 100.000 salariés de l'entreprise en leur déclarant que Sanofi "devait grandir" en se servant de sa trésorerie de quatre milliards d'euros par an. Il devrait préciser ses projets le 11 février devant la communauté financière.

"Chris Viehbacher a pour stratégie de redéployer l'activité du groupe vers les segments de croissance et les points forts de Sanofi sont les vaccins, les pays émergents et les produits de santé à la limite de la pharmacie. Cela se fera en partie par acquisition", déclare Philippe Lanone, de Natixis.

Il pense que "Sanofi devrait réaliser une ou plusieurs acquisitions ciblées de taille moyenne afin de redynamiser la croissance de son top line (chiffre d'affaires), en augmentant ainsi la part des segments de croissance dans le total du groupe".

Même son de cloche chez Raymond James Euro Equities, où Eric Le Berrigaud voit bien Sanofi s'engager "dans des acquisitions ciblées mais pas dans des méga-fusions à la Wyeth", le groupe que Pfizer vient de racheter pour un montant annoncé de 68 milliards de dollars (53 milliards d'euros).

CRUCELL DANS LE COLLIMATEUR ?

Le spécialiste hollandais des vaccins Crucell, délaissé par Wyeth, avec lequel il avait prévu de se marier, est désormais considéré par certains analystes comme une proie possible pour Sanofi-Aventis.

Déjà partenaire de Crucell, "Sanofi, serait un acquéreur naturel de la société d'autant que tout le monde cherche à grossir dans les vaccins, où peu de cibles sont disponibles", déclare ainsi Eric Le Berrigaud.

Sous couvert d'anonymat, un autre analyste pense que "Chris Viehbacher va faire chez Sanofi ce qu'il a fait chez GSK : acheter des petites et moyennes sociétés de biotechnologie".

Selon lui, "le champ des possibles est immense : sociétés cotées ou non de 10 millions à cinq milliards d'euros. Viehbacher a son carnet d'adresses de biotechs et peut tirer des filets rapidement. Les banques devraient le suivre facilement".

Vendredi, Chris Viehbacher a dit réfléchir à la façon de diversifier le groupe dans les médicaments sans ordonnance (OTC), les vaccins et d'autres produits de santé. Il a aussi évoqué des rachats de technologie, un renforcement dans l'oncologie, des projets dans les nanotechnologies et un développement dans la biotechnologie. .

Mais certains analystes pensent que Sanofi devra faire le tri au sein de son portefeuille. "Rien ne les oblige à être à la fois dans la dépression, l'anxiété, la sclérose en plaque, la schizophrénie, les troubles du sommeil, l'Alzheimer, l'epilepsie...", juge l'un d'eux.

Dans ce contexte analystes et syndicats pensent que le nombre des sites de production risque de diminuer, ce qui entraînerait des suppressions d'emplois.

VERS UNE BAISSE DES EFFECTIFS EN FRANCE ?

"L'exercice des réductions de coûts n'est pas dans l'agenda officiel mais Sanofi va l'accentuer. Chris Viebacher ne le dira pas mais il le fera dès qu'il aura renouvelé le management du groupe. Il n'a pas le choix", estime un analyste.

Thierry Bodin, délégué syndical CGT, ne se fait pas d'illusion sur la stratégie que pourrait initier celui que certains surnomment déjà le "smiling killer", le tueur souriant.

"Toutes les activités risquent d'être touchées, de la recherche à la promotion. Cela peut prendre différentes formes: soit des ventes de sites, soit des plans de suppressions d'emplois, soit des fermetures de sites", déclare-t-il.

Il craint que les choix du groupe "de promouvoir davantage les produits à forte marge comme l'OTC, les génériques, les diagnostics ou les compléments alimentaires" aboutissent "à une diminution de la recherche interne au profit d'opportunités externes et conduisent à un déplacement de la production dans des pays à moindre coûts".

Si Viehbacher réussit son examen de passage du 11 février devant les analystes, cela pourrait doper un titre qui souffre d'une décote de près de 20% par rapport au secteur. L'an dernier, l'action Sanofi a chuté de 28% alors que l'indice européen des pharmaceutiques perdait 19%.

Edité par Marc Angrand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fosco



Nombre de messages : 521
Age : 49
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne   Mar 3 Fév - 12:13

Merci P Welcome

C'est bien, ça va relancer un peu la spéculation OPA sur le cours en attendant les annonces sur la phase II no-antiHTA et bien sûr le partenariat

Tiens d'ailleurs, les candidats-partenaires devraient avoir désormais accès à toutes les données cliniques, quelqu'un a des news là dessus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne   Mar 3 Fév - 12:20

pwelcome a écrit:
Publié le 03/02/2009 à 09:27 Reuters









"Chris Viehbacher a pour stratégie de redéployer l'activité du groupe vers les segments de croissance et les points forts de Sanofi sont les vaccins, les pays émergents et les produits de santé à la limite de la pharmacie. Cela se fera en partie par acquisition", déclare Philippe Lanone, de Natixis.



CRUCELL DANS LE COLLIMATEUR ?

Le spécialiste hollandais des vaccins Crucell, délaissé par Wyeth, avec lequel il avait prévu de se marier, est désormais considéré par certains analystes comme une proie possible pour Sanofi-Aventis.

Déjà partenaire de Crucell, "Sanofi, serait un acquéreur naturel de la société d'autant que tout le monde cherche à grossir dans les vaccins, où peu de cibles sont disponibles", déclare ainsi Eric Le Berrigaud.

Sous couvert d'anonymat, un autre analyste pense que "Chris Viehbacher va faire chez Sanofi ce qu'il a fait chez GSK : acheter des petites et moyennes sociétés de biotechnologie".

Selon lui, "le champ des possibles est immense : sociétés cotées ou non de 10 millions à cinq milliards d'euros. Viehbacher a son carnet d'adresses de biotechs et peut tirer des filets rapidement. Les banques devraient le suivre facilement".

Vendredi, Chris Viehbacher a dit réfléchir à la façon de diversifier le groupe dans les médicaments sans ordonnance (OTC), les vaccins et d'autres produits de santé. Il a aussi évoqué des rachats de technologie, un renforcement dans l'oncologie, des projets dans les nanotechnologies et un développement dans la biotechnologie. .

Mais certains analystes pensent que Sanofi devra faire le tri au sein de son portefeuille. "Rien ne les oblige à être à la fois dans la dépression, l'anxiété, la sclérose en plaque, la schizophrénie, les troubles du sommeil, l'Alzheimer, l'epilepsie...", juge l'un d'eux.

Dans ce contexte analystes et syndicats pensent que le nombre des sites de production risque de diminuer, ce qui entraînerait des suppressions d'emplois.


Il craint que les choix du groupe "de promouvoir davantage les produits à forte marge comme l'OTC, les génériques, les diagnostics ou les compléments alimentaires" aboutissent "à une diminution de la recherche interne au profit d'opportunités externes et conduisent à un déplacement de la production dans des pays à moindre coûts".


merci pw,on voit bien que sanofi va reduire ses segments de recherches ("Rien ne les oblige à être à la fois dans la
dépression, l'anxiété, la sclérose en plaque, la schizophrénie, les
troubles du sommeil, l'Alzheimer, l'epilepsie)
et privilegié les domaines ou il est fort..vaccins etc et tendre a se diversifié vers les generiques , complements alimentaires ,diagnostics...notez qu'ils ne sont pas dans l'arthrose/anti-infl..et comme ils vont plutot reduire dans leurs differends secteur de recherches (trop nombreux) ,cela semble ne pas etre sanofi,a priori donc..

sebi
Revenir en haut Aller en bas
Virtuelle



Nombre de messages : 1482
Localisation : Le Caire, Egypte
Date d'inscription : 14/08/2008

MessageSujet: Re: Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne   Mar 3 Fév - 12:24

...

Pffff Sebi, ne nous gâche pas le plaisir Sad

Déjà que tu te refuses obstinément de la rajouter à la liste lol!


Dernière édition par Virtuelle le Mar 3 Fév - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne   Mar 3 Fév - 12:30

on y verra plus clair le 11 fevrier,je dis bien "a priori".. Wink
Revenir en haut Aller en bas
danjojo1975



Nombre de messages : 221
Localisation : Paris
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Re: Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne   Mar 3 Fév - 13:36

c'est quoi le 11 février ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fiable



Nombre de messages : 346
Age : 53
Date d'inscription : 19/09/2008

MessageSujet: Re: Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne   Mar 3 Fév - 14:41

Bonjour danjojo1975,

pour répondre à ta question

"Si Viehbacher réussit son examen de passage du 11 février devant les analystes"

(Viehbacher nouveau PDG de Sanofi)

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pwelcome



Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: ENTRETIEN CHRIS VIEHBACHER 16/2   Lun 16 Fév - 11:23

Chris Viehbacher
Directeur général du groupe Sanofi Aventis

«Les besoins de se soigner restent, il y a tout lieu de regarder 2009 avec une certaine confiance»


Pourriez-vous nous commenter vos résultats de l’année 2008 ? La croissance du bénéfice net par action à taux de change constant est de 11 % et se situe au-delà de nos attentes. Nous avons observé une forte croissance de nos franchises cœur : Plavix, Lovenox, Lantus…

Quelles sont vos perspectives pour l’année 2009 ?

Nous prévoyons un taux de croissance des bénéfices net par action d’au moins 7% à taux constant, sauf évènements inverses majeurs. Ce qui est une croissance robuste, en particulier dans la situation économique dans laquelle nous nous trouvons. La croissance se fera sur les plateformes que nous avons, dans les vaccins, l’OTC [médicaments en vente libre, ndlr.], les pays émergents.
Nous allons continuer à avoir une discipline rigoureuse sur les dépenses. La réduction des coûts fait depuis toujours partie intégrante de notre culture. C’est ainsi que nous avons réduit nos effectifs en force de vente entre 2005 et 2008 de près de 3 000 personnes.
C’est dans la même logique que nous avons procédé à une rationalisation de nos unités de production. Il y a quelques années nous étions à 79 installations productives. Nous sommes à 64 installations aujourd'hui.

Vous avez conditionné votre objectif de bénéfice par action à un événement particulier..., comme la non arrivée sur le marché du générique du Lovenox ?

Le Lovenox n’a pas été approuvé comme produit biologique aux États-Unis sans doute car son approbation est antérieure à la mise en application des procédures particulières relatives aux produits biologiques.
La question de la substituabilité n'a pas été tranchée. Il est alors difficile pour nous de prévoir s'il y aura ou pas approbation d'un générique. Si cela se passait, les répercussions sur nos bénéfices seraient certains.
Mais je ne pense pas que cela se produira pour au moins trois raisons. La substituabilité suppose la prescription d'un autre produit par le médecin. S'agissant de produits biologiques, nous ne savons pas si un produit est véritablement équivalent et s’il peut se substituer à un autre. Une erreur pourrait être fatale pour le patient.
Qui plus est, tout un scandale est né sur l’héparine en provenance de Chine. À mon avis les agences feront preuve d'une grande prudence dans l'approbation de ces produits à la lumière de ces problèmes.
Enfin, l'approvisionnement en héparine est déjà sous contrainte. Nous avons suffisamment de difficultés à nous en procurer de source autorisée. Même si il y a approbation, nous ne sommes pas sûrs que l'offre sera suffisante pour répondre à la demande.
Il y a un risque mais la concrétisation de celui-ci est très faible.

20% de votre chiffre d’affaires va s’évaporer dans les trois prochaines années avec l’expiration de plusieurs brevets. Si vous avez un certain nombre de projets innovants et stimulants dans votre portefeuille, ils ne compenseront pas entièrement ce processus d’arrivée à expiration.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pwelcome



Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne   Lun 16 Fév - 11:24

De quelle manière envisagez-vous de compenser ce manque à gagner ? Quels seront les leviers de la croissance pour l’avenir : des petites molécules, des blockbusters? Tout d’abord, si nous considérons que la durée de vie d’un produit est de 20 ans, et que l’on analyse le positionnement des autres sociétés pharmaceutiques, nous pouvons remarquer que cette exposition à la perte du portefeuille de franchises se situe dans la moyenne.
Ensuite, nous sommes d’avis que la solution réside dans le développement de l’innovation. Nous souhaitons placer la R&D au coeur de nos préoccupations quels que soient nos choix de diversification. Nous avons 27 produits qui sont en phase avancée de développement. Certainement, ils n'arriveront pas tous sur le marché. Mais nous allons modifier en profondeur notre stratégie R&D pour revenir vers l'esprit pionnier qui était à l'origine de la création du groupe
Nous devons également réfléchir sur les stratégies que nous souhaitons adopter concernant les nanotechnologies, les biomarqueurs…
Enfin, nous avons la possibilité d’opter pour les acquisitions suivant par le biais de notre cash flow.

Vous souhaitez opérer un rééquilibrage entre les investissements dans l’innovation à l'intérieur et à l'extérieur de la société ? Nous avons une vingtaine d'années d'expérience qui nous ont montré qu'il ne suffisait pas de privilégier ses propres innovations et de perdre de vue ce qui se passe à l'extérieur. Nous avons arrêté plus de 30 produits. Ceci correspond à une réduction de 10% de notre portefeuille.
Il nous faut savoir tirer parti de l'expertise externe, trouver les meilleurs sciences et médecines au monde
Nous avons quelque 6 000 sociétés de biotechnologie, de multiples instituts de recherche subventionnés par les Etats. Certaines universités se caractérisent par une expertise grandissante s'agissant de problématiques médicales spécifiques. Il nous faut bénéficier de toute cette richesse.

Vous vous engagez à entrer dans la chasse des opportunités d’acquisitions et des partenariats. Mais, vous avez clairement décidé de miser sur les petites et moyennes sociétés. Pourquoi ce choix ?

En termes de capitalisation boursière, une entreprise est considérée comme petite jusqu'à 5 milliards de capitalisation boursières et moyenne entre 5 et 15 milliards de dollars.
Nous disposons déjà des plateformes de développement. Cela ouvre alors les potentialités d’opter pour des acquisitions plus petites ou moyennes. Cela nous permet de cibler nos opérations, de déterminer les opportunités dans un marché donné, avec un business spécifique comme l’OTC.
Le risque d’une grande acquisition est d’acheter des choses dont nous n’avons pas besoin.
Par ailleurs, dans le cadre de grandes acquisitions, nous devons faire face à de grosses structures ayant une culture d’entreprise significative ne correspondant pas à la nôtre.


Sur quelles zones géographiques étudiez-vous des dossiers actuellement? A combien d’opérations peut-on s’attendre cette année ? Il est difficile de répondre avec précision à cette question. Nous ne souhaitons pas acquérir n’importe quoi à n’importe quel prix. Il y a beaucoup de sociétés à étudier. Notre voulons prendre le temps d’instruire minutieusement chaque cas.
Nous allons privilégier les acquisitions qui vont renforcer nos plateformes de croissance : les vaccins, l’OTC, les génériques, la pharmacie…, en particulier dans les pays émergents et aux Etats-Unis.
J'ai trop travaillé sur des programmes de restructurations successifs pour croire que c'est ainsi que nous pouvons véritablement aller vers une croissance robuste et durable. Il est nécessaire d'avoir une certaine compréhension de la dynamique de marché. En cela, identifier les bonnes structures en place, les bons supports dont nous disposons déjà, les outils que nous avons.
Pfizer a racheté Wyeth pour 68 milliards de dollars parce qu'il n'avait pas de présence dans les vaccins et dans les génériques.
Nous avons fait trois acquisitions en 2008 parce qu'elles nous semblaient complémentaires : Symbion dans la nutrition en Australie, Acambis un producteur de vaccins, et Zentiva.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pwelcome



Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne   Lun 16 Fév - 11:26

Où en est votre offre d’acquisition sur Zentiva ?
Nous avons obtenu l’approbation de l’autorité européenne s’agissant de notre opération sur Zentiva. Il n’y a plus de litige en République tchèque. Nous sommes confiants sur notre possibilité de boucler cette transaction d’ici à la fin du premier trimestre 2009.
Suite à l'acquisition que vous avez faite d’Acambis, seriez-vous intéressés par l'acquisition de la société Crucial qui pourrait constituer un bon complément?
Ce n'est pas dans l'intérêt des actionnaires que je fasse des commentaires concernant une entreprise spécifique. Cela bénéficierait surtout aux éventuels acheteurs d'actions des autres entreprises. C'est la raison pour laquelle je ne souhaite pas me prononcer sur une cible spécifique
Vous avez pour ambition de devenir un leader de la santé et non un leader pharmaceutique. Qu’entendez-vous par là ?
Nous voulons que notre société ne consacre pas 80% de son CA à 20% de la population mondiale.
Dans le passé, nous sortions des médicaments puis nous cherchions les clients les plus riches. Nous avons été quelque peu hypnotisés par la technologie, la science sans aller vers les patients qui sont en mesure d'expliquer aux médecins ce dont ils ont besoin.
L’objectif à présent est de démarrer avec les patients et de voir comment on peut l’aider pas forcément avec des comprimés.
Il faut savoir orienter son regard vers ces éléments porteurs, notamment la population des pays émergents qui autorisent une longue durée de vie à nos produits. Nous sommes au-delà d’un milliard d’euros de CA en Chine, avec une croissance de 27%. Ce pays compte 47 millions de diabétiques déclarés. Nous ne répondons à la demande que d’un petit pourcentage de ces patients. Il y a une perspective de croissance en volume très significative. Nous disposons des produits adaptés.
Une des pistes pourrait être d’investir dans les aliments de santé ?
Absolument. Notamment dans la santé animale, où comme dans l’OTC, il y a une marque très forte, une relation directe avec le consommateur sur lesquels il est possible de bâtir de la croissance solide.
Portez-vous finalement un regard inquiet s’agissant de la dégradation de la conjoncture économique ?
Les impacts de la crise économique sur le secteur pharmaceutique sont certains. La dégradation de la conjoncture affectera soit le pouvoir d'achat des clients, soit la capacité d'investissement des gouvernements, ou les deux.
Nous pouvons raisonnablement penser que des pays comme l'Allemagne ou la France qui ont considérablement augmenté leurs déficits auront de moins en moins de possibilités de financer la santé publique.
Aux Etats Unis, où les ménages américains doivent en moyenne payer 50 dollars par mois pour se soigner, si le taux de chômage continue à progresser dans ce dernier pays, une bonne partie de la population a vocation à perdre son assurance maladie.
Dans les pays émergents, il n’existe généralement pas de couverture et les soins médicaux font partie intégrante du budget du foyer.
Si les pressions existent bel et bien venant notamment des mutuelles. A nous de nous efforcer de nous adapter à cela pour tirer de la croissance même en période de tourmente financière. C’est ainsi que s'agissant du marché allemand, nous avons changé de politique, nous proposons des médicaments abordables. Nous avons pu saisir une grande part des appels d'offres de régions allemandes.
Au demeurant, même si la crise économique nous touchera certainement d’une manière ou d’une autre, elle ne devrait pas nous affecter avec la même ampleur que dans d’autres industries. Les besoins de se soigner demeurent. La santé sera à mon sens un des derniers domaines que l’on va couper dans un budget familial. Je pense qu’il y a tout lieu de regarder 2009 avec une certaine confiance.

Quels sont les handicaps et les atouts de ce grand groupe dont vous venez récemment (il y a environs dix semaines) de prendre la tête ?
En arrivant à la société, j'ai enregistré une vidéo pour 100 000 personnes dans laquelle j'ai demandé aux employés de m'indiquer trois choses à changer et trois choses à ne pas changer au sein du groupe.
Sur les 7 500 personnes qui ont répondu à ce sondage, la demande majoritaire résidait dans une simplification, une rationalisation des procédures au sein de l'entreprise, en particulier de prise de décisions. Sortir de l'administratif, de la bureaucratie pour pouvoir être plus rapide, plus concurrentiel.
Nous n’avions pas suffisamment impliqué la voix du patient dans le choix des projets en développement.
Il n’y avait pas d’intégration des équipes commerciales. Nous n’avions pas fait suffisamment de partenariats à l’extérieur. Nous ne bénéficions pas comme d’autres sociétés pharmaceutiques du développement extérieur.
Nous avons une société bien diversifiée, qui n’a quasiment pas de dette, qui possède un cash-flow important, des franchises en forte croissance. Ce qui traduit l’existence d’équipes très compétentes et très engagées.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pwelcome



Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne   Lun 16 Fév - 11:36

De quelle manière vous positionnez-vous s’agissant des génériques ?


En Allemagne, où les caisses de santé ont permis à Sanofi de l’emporter sur d’autres fournisseurs de produits génériques, nous avons connu un succès certain.

Nous sommes une des entreprises qui a connu la plus forte croissance dans le domaine génériques en France grâce à Winthrop.

Cependant, nous occupons dans ce domaine la 23ème position mondiale.

Les coûts qui ressortent de nos investissements dans le domaine des vaccins qui présentent de grandes complexités, des investissements énormes en capitaux expliquent en grande partie le fait qu’il y ait peu d’investissements destinés à la production de génériques qui se fait sur la base de coût d’achat faible.

Nous sommes leader mondial en matière de vaccins. Nous ne saurions mieux investir en matière de santé publique qu’au niveau des vaccins. Nous avons toute une série de vaccins adaptés au monde émergent, à la dingue par exemple : plus de 200 millions de personnes sont infectés par ce virus, 2 millions d’enfants souffrent de la fièvre hémorragique liée à la dingue.

Nous avons un projet de construction d’usines de 315 millions d’euros en Europe pour contribuer à satisfaire les besoins correspondants.

Nous avons beaucoup avancé dans la lutte contre la tuberculose, la maladie du sommeil.

Acambis a apporté à la division un certain nombre de projets en stade précoce, notamment en matière de paludisme. Nous avons un projet de vaccination universelle contre la grippe et contre l'herpès simplex.

Nous souhaitons devenir une véritable société de santé pour le monde.

Quelle est votre stratégie dans ce domaine ?
Notre stratégie doit être construite région par région. Si nous souhaitons être présents dans les génériques, cela ne signifie pas pour autant que nous souhaitons être un génériqueur mondial. Il nous faut sélectionner les marchés dans lesquels nous allons trouver les véritables opportunités. Ainsi, je ne pense pas que nous ayons ce qu'il faut pour s'attaquer aux grands acteurs des génériques aux États-Unis.

A l’inverse, dans des pays qui dépensent moins de 500 dollars par personne par année dans la santé, les génériques sont un bon moyen de fournir de bons traitements à des prix abordables et permettent de générer un cash-flow autorisant le maintien de la présence de la société dans le pays en question.

Il nous faut nous assurer d'avoir une bonne structure, les fonctions supports, la production, la finance, les bonnes personnes pour être sûr que nous soyons là où nous voulons être



En quoi consistera la construction de l’usine en Europe ?
Il s'agit d'une usine à Neuville-sur-Saône près de notre site de Marcy pour notre vaccin contre la dingue que nous avons l'intention de vendre sur les marchés émergents d'ici 2015. Cela concerne trois sites, un investissement en capital fixe très important pour le groupe.




Quelles leçons tirez-vous de l'échec de l'Acomplia ?
Toutes les entreprises ont connu leur lot de déceptions dans la recherche et le développement. Il faut toujours être méfiant par rapport au modèle du blockbuster. Sur les 20 dernières années, pas un seul laboratoire n'a pu trouver le prochain blockbuster en deux ou trois ans de manière adéquate avant l'expiration du brevet. L'enseignement serait qu'il faut une plateforme diversifiée pour développer la croissance. L'ensemble de l'avenir de la société semblait lié à la réussite de l'Acomplia. L'échec de ce médicament a masqué les autres aspects de la société. Il faut se concentrer sur les fondamentaux.
Cela ne signifie pas que le modèle du blockbuster soit mort. Mais cela sous-entend qu'il ne faut pas tout miser en attendant que le prochain blockbuster sorte.




La diversification de l'entreprise ne conduirait-elle pas à plus long terme à une baisse de la rentabilité. Vous avez une marge d’Ebit de 35% actuellement. Si vous dépendez moins des blockbusters, ne craignez vous pas que cette marge se réduise automatiquement ?
Toutes nos activités ont des marges d'exploitation qui se situent aux alentours de 45%. Elles se caractérisent donc par une solidité certaine. En outre, nous n'investissons pas identiquement en matière de recherches dans ces activités.


Propos recueillis par Imen Hazgui
easybourse le 16/2/09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virtuelle



Nombre de messages : 1482
Localisation : Le Caire, Egypte
Date d'inscription : 14/08/2008

MessageSujet: Re: Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne   Lun 16 Fév - 12:03

...

Merci pwelcome.

Je n'avais pas bien compris le pourquoi des 4 posts (avec polices différentes, etc..) et je suis donc allée sur le site d'Easybourse où j'ai eu la confirmation qu'il s'agissait bien d'une seule et même longue interview.

Entre parenthèses, beau gosse le Chris Viehbacher ! Ouais, tentant une alliance avec lui lol!

PS...Voici le lien Easybourse :

http://www.easybourse.com/bourse-interview/marches/1451-chris-viehbacher-sanofi-aventis?p=accueil&e=interview

Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pwelcome



Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne   Lun 16 Fév - 16:20



PRESSE: Sanofi-Aventis en négo pour acquérir brésilien Medley

Lundi 16 février 2009 / 13h38




SAO PAULO (Dow Jones)--Le géant pharmaceutique Sanofi-Aventis SA (12057.FR) est en négociations en vue d'acquérir le fabricant brésilien de médicaments génériques Medley, rapporte lundi le quotidien économique brésilien Valor Economico.
Selon le journal, les discussions entre les deux parties sont à un stade avancé. Medley a été affecté par la crise du crédit, qui a réduit sa capacité à obtenir des financements, indique Valor Economico, qui cite des sources sans les nommer.
Le prix demandé par Medley en échange d'une participation de contrôle dans son capital est de 500 millions de reals brésiliens, soit environ 220 millions de dollars, selon le quotidien.
Les responsables de Medley n'ont pas encore pu être contactés pour fournir un commentaire lundi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne   Aujourd'hui à 5:02

Revenir en haut Aller en bas
 
Sanofi vers des acquisitions ciblées de taille moyenne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» temps complet vers temps partiel.....
» Western union vers liberty reserve
» Expédition vers Madagascar
» Les Nations Unis, vers un nouveau système monétaire international
» couches Pampers taille 1 à vendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMicale des COXiens :: Forum public :: Le coin du barman...-
Sauter vers: