AMicale des COXiens

Forum des actionnaires particuliers de NicOx
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Krach ou chantage boursier ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
D@n (Daniel Beldio)

avatar

Nombre de messages : 3210
Age : 65
Localisation : Pays de l'Arbre et de l'Eau
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Krach ou chantage boursier ?   Mer 23 Jan - 2:15

par Bernard Dugué
mardi 22 janvier 2008


Krach ou chantage boursier ?

Les dessous d’un 11 septembre financier

Ce billet tente un point de vue décalé sur cette crise boursière déjà
annoncée comme la plus grave depuis 1945 par un certain Georges Soros,
mais en est-on certain?

Vent de panique ce 21 janvier 2008, les rédactions affolées, le Monde
sur son site Internet met en une info majeure à 17 h 50, promettant des
informations supplémentaires d’ici quelques minutes. Le Cac 40 perd
près de 7 points, plus que lors du 11 septembre 2001. Plus exactement
6.87 %. Il est assez étrange de se mettre dans la position du
journaliste chargé de rédiger le papier où l’on est censé trouver des
informations supplémentaires. Quel scoop, quelle révélation subite va
nous proposer notre chroniqueur dans cette configuration des plus
délicates, où il faut affoler un peu le lecteur mais pas trop et
trouver matière à écrire un commentaire, une analyse substantielle, ou
apporter des faits nouveaux. Hélas, la bourse a clôturé et le chiffre
est définitif. C’est plus confortable quand il y a un attentat. Après
l’annonce, on donne le nombre de victimes, et puis quelques heures plus
tard, nouveau papier avec un bilan alourdi et quelques revendications
sur les commanditaires de l’attentats, et puis le lendemain, des
détails sur le déroulement des enquêtes, les indices etc. Mais là, la
bourse a chuté de 7 point et n’il n’y a aucune revendication. Mystère.

Pourtant, en filigrane, suit l’on suit les commentaires de DSK et de la
presse, on apprend, d’un air distrait, que les marchés n’ont pas
apprécié le plan de relance proposé par GW Bush. Sans porter un crédit
particulier à cette conjonction de deux faits. Pourtant, un enquêteur
scrupuleux mènera son investigation et se demandera par quel mécanisme
cette chute s’est produite. Les analystes financiers sérieux y voient
une sorte de purge effectuée dans le système, à l’instar d’un liquide
de refroidissement qu’on purge de ses éléments gazeux pour qu’il
retrouve son efficacité. Ainsi, des titres douteux auraient été
balancés et bradés au bénéfice d’une moralisation financière. De plus,
il est bien connu que les bourses se réajustent après des périodes
euphoriques. C’est arrivé à plusieurs reprises, notamment en 1987 et
plus récemment après la frénésie de la Net économie où des Start-up
avaient atteint des cotations déraisonnables eues égard à leur
potentiel de profit. Justement, les institutions financières ont bien
profité ces dernières années, avec des marges de profit démesurées si
bien qu’un réajustement semblait nécessaire selon les analystes, comme
au bon vieux temps de 1987 et une fois la bulle purgée, l’économie va
repartir, lentement mais sûrement, pour de nouveaux records d’ici cinq
ou dix ans.

Cela n’empêche pas la presse d’évoquer une inquiétude des marchés et
des investisseurs quant à une possible récession de l’économie
américaine. Et là, cette affaire vire au vaudeville
économico-politique. C’est incroyable, aujourd’hui, toutes les places
financières, tous les investisseurs ont découvert quelques menaces de
récession américaine et se sont donnés le mot, ou plutôt le change. Les
cours ont baissé. En vérité, les investisseurs attendaient de Bush une
annonce miracle. 140 milliards de dollars a-t-il mis sur la table. Une
paille. Pourtant, les banques centrales avaient déjà réagi pour la
crise des subprimes mais en vain. Pas de miracle. Quand le système est
vé rolé de l’intérieur, on ne peut pas traiter le mal. Mais c’est à se
demander si ces financiers ne prennent pas les politiques pour des
larbins. Faute de pouvoir dégager suffisamment de profit et de faire
surchauffer l’économie pour des rendements substantiels, ces gens là
espéraient que Bush, en grand sorcier de la première puissance, fasse
pleuvoir les dollars. C’est un peu se fou tre du monde. Du coup, il n’y
a pas eu de panique mais sans doute une fronde, peut-être inconsciente.
Tels des gamins capricieux qui n’ont pas eu les jouets qu’ils avaient
commandés et qui ont chahuté toute une journée, les investisseurs
auraient joué le jeu de la fronde et se seraient « employés » à faire
baisser les cours pour signaler à GW Bush que celui-ci est leur larbin,
à leur service, et qu’on ne se moque pas des gens qui ont l’argent du
beurre et le beurre. Du coup, ils ont vendu leur stock de beurre ranci
et voilà le fin mot de l’histoire.

La suite est connue. La bourse va se ressaisir et coller un peu plus à
l’économie réelle. Cela prendra du temps mesurable comme la durée du
fût du canon qui refroidit. Les interventions des Etats moduleront
légèrement le processus. Et comment dire, ce krach tombe à pic pour
expliquer les difficultés des ménages et toutes ces politiques qui
rament. Quelque vent de crainte souffle sur les populations. Rien que
de la propagande ordinaire. De quoi calmer les gens. Du reste bien
préparés. On leur a prédit, ce krach de 1929. Alors ils sont prêts et
ils y croient. Ainsi fonctionne ce doux système des affects et émotions
médiatiquement propagés avec peu de recul critique.

Quels enseignements et conclusions à tirer de cet épisode. De deux
choses l’une. Les marchés sont inquiets et ont réagi à la baisse. Les
marchés sont insatisfaits et ont réagi à la baisse. Mais une chose est
acquise, le dévoilement d’une connivence entre les Etats et la Finance
mondiale. Il se pourrait bien qu’un philosophe perçoive Dostoïevski
dans les bourses, en Europe et en Asie, captant ce nihilisme financier
qui, si on ose invoquer la présomption de chantage, aurait orchestré,
sans complot ni organisation, sur un coup de tête synchronisé, ce 11
septembre boursier où les indices s’effondrent à l’instar des tours
jumelles. Ce qui dévoile quelques similitudes dans les structures
mentales des gens concernés, le financier n’ayant, comme Ben Laden,
aucun souci des populations. Mais gare au amalgame, le premier fait des
affaires et la société en profite quand le deal est équilibré, alors
que le second veut dominer l’Occident, voir l’anéantir parce qu’il ne
convient pas à ses critères idéologiques. Le chantage est en usage. La
puissance des financiers leur offre les moyens d’exercer quelque
pression sur les Etats qui eux, ont certainement les moyens de contrer
cette voracité du profit (via une réelle politique monétaire) mais
hélas, ces Etats jouent perso (concurrence fiscale notamment) et de ce
fait, étant divisés, ils offrent aux investisseurs le levier pour
lancer quelques nuages sur l’économie mondiale à l’occasion de ce krach
du 21 janvier qui s’avère vain. Car l’économie a ses règles.

La presse aura beau dire que ce krach va avoir des incidences sur les
économies et la vie des gens, ce n’est pas exact. Le krach n’est pas
une cause en lui-même mais un résultat, celui de l’inconséquence des
marchés boursiers et financiers dont les pratiques douteuses et
spéculatives remontent à des années et se sont accumulées. Ce sont donc
ces opérations qui dans le temps, obèrent l’économie mondiale et
mettent en péril la possibilité d’un développement plus équitable des
nations avec un système qui répartit de manière moins inégalitaire les
biens.

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=34759
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Krach ou chantage boursier ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» crack boursier en vue?
» Le 17 novembre nous apportera-t-il le grand krach ?
» John Law, la banque royale et le krach de 1720 / documentaire sur Arte
» Alphonse-Jules Boursier / Bourcier - 1912
» silver, un signal de plus, LE signal? / zero livraisons le 2-09

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMicale des COXiens :: Forum public :: Le coin du barman...-
Sauter vers: